Pedro Almodovar

 

Citation :

 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Né le 29 septembre 1949 à Calzada de Calatrava en Espagne, Pedro Almodovar Caballero quitte sa maison pour s'installer seul à Madrid dès ses 16 ans afin d'étudier le cinéma mais il lui est impossible de s'inscrire dans l'Ecole de cinéma officielle, Franco venant de la fermer. Il trouve un emploi à la Compagnie Nationale de Téléphone et s'offre une caméra super 8 avec laqelle il s'exerce. Il fréquente la classe moyenne espagnole qui lui inspirera de très bons sujets plus tard, écrit et fait du théâtre avec la troupe "Los Goliardos". L'œuvre de cet Espagnol symbole de la "movida" madrilène, bohême intellectuel du post-franquisme a peu à peu conquis une audience internationale. Ce ne sont que drames naturalistes, mélodrames flamboyants et satires sociales que marque une sexualité débridée. Gros succès pour Matador et Atame! en 1986. C'est avec Talons aiguilles, faux mélodrame aux personnages excentriques, qu'Almodovar s'impose en 1991. Kika en 1993 se situe dans la même inspiration, mais La Fleur de mon secret en 1995 laisse présage un certain essoufflement. Heureusement Tout sur ma mère en 1999 séduit le festival de Cannes, il remporte le prix de la mise en scène, et relance Almodovar. Parle avec elle en 2002 est son chef-d'œuvre : un conte de fées où une belle endormie est réveillée de façon très particulière par un aide-soignant. Une merveille servie par une extraordinaire musique. La Mauvaise éducation en 2004, sur l'homosexualité, déçoit mais avec Volver en 2006, Almodovar revient aux obsessions qui ont fait son succès et gagne à nouveau le prix du scénario à Cannes. Il est surnommé "Le Godard au visage humain". Les femmes ont souvent le rôle principal et leurs relations avec les hommes sont généralement perçues comme dangereuses. Carmen Maura, Pénélope Cruz, Marisa Paredes, Chus Lampreave, Victoria Abril, Julieta Serrano sont ses actrices fétiches. Chez les hommes, on peut citer la présence répétée d'Antonio Banderas qu'il a retrouvé notamment en 2011 dans La Piel que habito.

Bibliographie :