Ki-duk Kim

 

Citation :

 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Né le 20 décembre 1960 à Bonghwa en Corée du sud, Kim Ki-duk est un réalisateur coréen. Issu d'une famille modeste, Kim Ki-duk arrête ses études à l'âge de 17 ans pour travailler comme ouvrier. Trois années plus tard, il s'engage dans la marine pendant 5 ans avant de passer deux années dans un monastère pour devenir prêtre. Son amour pour la peinture sera plus fort et le pousse à étudier l'art à Paris. C'est là qu'il va pour la première fois de sa vie au cinéma et sera marqué par des films comme Le Silence des agneaux et Mauvais sang. De retour en Corée du sud en 1993, il écrit le scénario de A painter and a criminal condemned to death. L'année suivante il est récompensé pour le scénario de Double exposure. Il se lance en 1996 à la réalisation avec Crocodile, film inspiré de sa vie. Il enchaine l'année suivante avec Wild Animals qu'il tourne à Paris puis en 1998 avec Birdcage Inn. Il obtient la reconnaissance internationale en 2000 avec L'Ile. Le film sélectionné au Festival de Venise va, en effet, lui permettre de faire parler de lui en Europe alors que son film n'est guère apprécié en Corée. Enchainant toujours aussi vite les tournages, la même année il réalise Real Fiction et sort deux autres films l'année suivante : Adresse inconnue et Bad Guy. Le premier sera présenté au Festival de Venise et le deuxième au Festival de Berlin et permettra à Kim Ki-duk de rencontrer son premier grand succès dans son pays. Après la réalisation de The Coast Guard en 2002, il réalise Printemps, été, automne, hiver ... et printemps. Le film est marqué par son amour mystique de la peinture. En 2004, il réalise Samaria qui lui permettra de remporter le prix du meilleur réalisateur au Festival de Berlin. Le cinéma de Kim Ki-duk ne passe pas par les dialogues qui sont très rares mais s'appuie sur une vraie poésie visuelle. Son film suivant, Locataires, en est la preuve avec ses héros marginaux, son histoire sans dialogues et ses images évocatrices. Locataires lui permettra de remporter le Lion d'Argent du meilleur réalisateur au Festival de Venise et remportera le Grand Prix FIPRESCI en 2005. Ses films suivant : L'Arc, Time ou Dream seront dans la lignée des précédents. Après une absence remarquée de trois ans suite à des soucis personnels, il revient avec Arirang en 2011. Son vrai retour sera effectué l'année suivante avec Pieta qui obtiendra le Lion d'Or au Festival de Venise.

Bibliographie :