Aki Kaurismaki

 

Citation :

 
 
L'essentiel Biographie Filmographie

Né le 4 avril 1957 à Orimatilla en Finlande, Aki Olavi Kaurismäki est un réalisateur finlandais, souvent comparé à Jean-Pierre Laud des films de la nouvelle vague. Aki Kaurismäki était déjà passionné par le cinéma jeune mais fut recalé à l'école du cinéma car jugé trop cynique. Il s'est formé tout seul au cinéma, avec ses expériences, ses lectures et en regardant des films, notamment ceux de son "maître" Teuvo Tulio. Pour gagner sa vie, il exerce de nombreux métiers, facteur, ouvrier et critique de films.... Il débute au cinéma avec son frère Mika, il joue notamment dans les films de son frère comme Le Menteur en 1981, en écrit aussi les scénarios et en co-réalise certains. En 1983, il adapte le roman de Dostoïevski, Crime et Châtiment et enchaîne en 1985 avec Calamari Union. Il impose son style en 1988 avec Ariel, mélange de comédie déjantée et de drame désespéré. En 1989, il obtient la reconnaissance internationale avec Leningrad Cowboys Go America, il réalisera une suite en 1994 avec Les Leningrad Cowboys rencontre Moïse. Il s'exile à la fin des années 1980 en Grand Bretagne puis en France où il réalisera La Fille aux allumettes en 1989, J'ai engagé un tueur en 1990, La Vie de bohème avec Jean-Pierre Léaud en 1992. En 1996, son film Au loin s'en font les nuages, qui évoque le couple et le chômage, sera salué au Festival de Cannes. En 1999, il réalise Juha, un film muet, en noir et blanc. Son film suivant, L'Homme sans passé lui apportera une notoriété internationale, il remporte le Grand Prix et le Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes en 2002 et sera nommé aux Oscars pour le meilleur film en langue étrangère. En 2006, il clôt sa "trilogie des perdants" avec Les Lumières du faubourg (les deux précédents volets étaient Au loin s'en vont les nuages et L'Homme sans passé). Il fait son retour à Cannes en 2011 avec Le Havre, présenté en compétition officielle. Le film, salué par la critique, recevra le Prix FIPRESCI de la Critique internationale, le prix Oecuménique ainsi que le prix Louis-Delluc

Bibliographie :