Premier Âge d'Or du Cinéma Japonais 1936-1939

I. Épanouissement des Genres

Au cours des années 1920 et 1930, des genres qui deviendront les genres des âges d'or du cinéma japonais se développèrent. Ils traduisent l'attachement du public japonais à la littérature et au théâtre et se sont établis parce qu'ils sont la conséquence d'une production cinématographique très industrialisée. A côté des comédies musicales et des comédies "à non sens" inspirées du cinéma américain, apparaît le genre du shomingeki, consacré aux "petites gens". Ozu sera le maître du genre mais d'autres réalisateurs comme Shimizu Hiroshi, Shimazu Yazujiro, Yamanaka Sadao seront aussi des dignes représentants du shomingeki.
Très marqué par les idées progressistes européennes, se développe le keiko-eiga, film à tendance, dont les principaux représentants sont Daisuke Ito, Masahiro Makino et Tomu Uchida. Ces cinéastes prennent pour héros des personnages de samouraïs rebelles ou ronins dans de spectaculaires scènes de Chambara, combats de sabres.
Daisuke Ito devient une figure importante d'un cinéma contestataire bouleversant les conventions.
Parmi les films phares de la période on retrouve :
Une Auberge à Tokyo de Ozu en 1935 qui appartient au genre de films sociaux décrivant la crise économique mondiale qui touche aussi le Japon. Le film inspirera plus tard le néoréaliste italien, le film en effet parle d'un ouvrier au chômage cherchant désespérément un emploi, ce désespoir si présent chez Ozu et les néoréalistes italiens.
Pauvres humains et ballons de papier de Yamanaka en 1937, film se déroulant dans les bas quartiers de Tokyo à la fin du XVIIe.. Le héros est un ronin dont la femme confectionne jour et nuit des ballons de papier pour assurer la survie du ménage. Il commémorent ensemble en buvant de saké leur entourage, où le suicide est fréquent.

II. Le Premier âge d'or du Cinéma Japonais

Le parlant s'impose en 1936 et la deuxième partie de la décennie est d'une incroyable richesse et donne son premier âge d'or au cinéma japonais.
Yamanaka est un des réalisateurs les plus remarquables de cette période. Il ne refuse ni l'humour ni le ton moderne, ses jidaigeki dont son chef-d'oeuvre, Pauvres Humains et ballons de papier, sont peuplés de petites gens dont il évoque les conditions d'exploitations. Son film provoquera la colère des militaires qui l'enverront en Mandchourie pour se débarrasser de lui. Il y sera tué en 1938.
Pendant cete période, de nombreuses oeuvres littéraires seront adaptées. Gosho adapte La Danseuse d'Izu de Yasunari Kawabata, Shimazu adapte Okoto et Sasuke de Tanizaki. Un réalisateur comme Shiro Toyoda fera de ces adaptations un genre à part entière, le bungei-eiga ( "film culturel" avec Les Jeunes Gens en 1937, Le Printemps des petites îles en 1940 etc.

III. Les Femmes et Mizoguchi

En 1934, avec L'Epouse de Seisaku de Minoru Murata, une nouvelle tonalité shimpa de la Nikkatsu apparu. L'épouse était jouée non par un homme mais par une femme, Kumeko Urabe, une des premières actrices japonaises, ce film devint un des premiers films antiguerre, le héros étant un soldat devant partir au front pour servir l'empereur.
Dès lors les actrices devinrent de plus en plus populaires et de plus en plus présents à l'écran. La plus populaire étant Sumiko Kurishina.
Un nouveau genre, "film pour les femmes", par opposition au jidaigeki, fit son apparition et la Nikkatsu engagea de nouveaux réalisateurs dont Kenji Mizoguchi qui raconta : "Quand je travaillais pour la Nikkatsu, la compagnie avait déjà Minoru Murata qui dirigeait les films à héros, alors, pour équilibrer, on m'a fait faire des films avec des héroïnes."
Les femmes furent le sujet de prédilection de Mizoguchi au point qu'il fut considéré comme un "féministe". A l'opposé d'Ozu, Mizoguchi privilégiait la séquence par rapport au plan. Sur le style du réalisateur, Tadao Sato disait "sa technique caractéristique « une scène, un plan », par exemple, est comparable à l'accompagnement musical d'une danse traditionnelle, dans le théâtre de marionnettes bunraku, dans le nô..." Les plans-séquences chez Mizoguchi sont rarement statiques même si leur durée peut parfois se révéler longue.
Parmi les films phares de Mizoguchi de cette période on peut mentionner :
Les Sœurs de Gion en 1936 où deux soeurs, toutes les deux geishas à Kyoto, ont des conceptions opposées de leurs rapports avec les hommes. La première, d'une éducation traditionnelle, accepte sa soumission face aux hommes, la second réfute sa condition de prostituée et imagine un plan en abusant de l'amour d'un homme. Le film dénonce la condition féminine et on retient cette phrase que prononce la deuxième geisha : "Que vienne un monde où l'on n'ait plus besoin de geishas".
Contes des chrysanthèmes tardifs en 1939 sur un acteur de kabuki classique qui s'attache à une servante de sa famille, seule personne de son entourage à avoir le courage de lui dire que son jeu est défectueux. Cette relation le brouillera avec les siens et il ne trouvera un rôle que par le sacrifice de sa compagne. Il ne la reverra que sur son lit de mort. Ce film montre le sacrifice d'une femme amoureuse.

Contes des chrysanthèmes tardifs
Contes des chrysanthèmes tardifs de Kenji Mizoguchi

TitCalimero


Source :
*Atlas du cinéma de André Z. Labarrère, édition La Pochotèque 2002
*Le cinéma japonais de Donald Richie, édition du Rocher 2005
*cinéclub de caen
*cinémanageria
*cinemasie
*fluctuat.net