Réalisé par : Sherry Hormann
Avec : Liya Kebede, Sally Hawkins, Timothy Spall
Sur un scénario de : Sherry Horman avec une musique de : Martin Todsharow
Genre : Biopic
Film Allemand réalisé en 2009

 

 

Synopsis du film :
Issue d'une famille de nomades somaliens, Waris connaît une enfance rude mais heureuse car entourée des siens. Mais quand son père décide de la marier à l'âge de 13 ans, Waris prend la fuite. Traversant le désert au péril de sa vie, elle atteint la ville de Mogadiscio et retrouve sa grand-mère. Cette dernière lui fait quitter le pays en lui trouvant un poste de "bonne à tout faire" à l'ambassade de Somalie à Londres. Waris y travaille pendant 6 ans, telle une esclave, totalement recluse et coupée du monde extérieur. Quand la guerre civile éclate en Somalie, l'ambassade ferme. Waris se retrouve livrée à elle-même dans les rues de Londres, ne sachant pas un mot d'anglais. C'est alors qu'elle rencontre Marilyn avec qui elle se lie d'amitié. Cette jeune femme, délurée et originale, l'héberge et l'aide à trouver un emploi. Travaillant dans un fast food, Waris est remarquée par un célèbre photographe de mode. Grâce à lui, elle rejoint une agence de mannequins. Malgré de nombreuses péripéties, elle devient rapidement l'un des plus grands top model international...

 
 

Analyse de film :

Critique :

Fleur Du Désert est un biopic sur Waris Dirie, mannequin qui se bat toujours contre l'excision. Quand on est une femme, ce film peut peut-être plus nous concerner. Le sujet est touchant, les scènes où on voit l'excision de la petite Waris sont dures, le discours à la fin de Waris est convaincant (la religion et la culture doivent-elles excuser l'excision, acte de barbarie? Cette excision sert-elle vraiment à quelque chose ou rend-elle les choses pires et dangereuses?) et est un vrai coup de poing en pleine tronche. Sauf que c'est dommage qu'on parle du combat de Waris que vingt minutes dans le film. Qu'est-ce qu'on voit finalement ? Une jeune africaine qui a fui sa famille, a atterri en Angleterre, a découvert une autre culture et une autre manière de vivre. Et finalement au bout d'un moment on s'ennuie car on se demande "pourquoi un film sur cette femme?". Le combat de Dirie est très beau et je tiens à le souligner mais si elle a réussi à mener ce combat, c'est tout d'abord parce qu'elle était une mannequin connue. Et comment est-elle devenue mannequin? Par talent ou autre chose? Non. Finalement (comme beaucoup de mannequins), parce qu'elle était jolie et c'est tout. Elle a eu beaucoup de chance. Et est-ce intéressant de nous montrer pendant plus d'une heure la vie d'une femme jolie qui réussit à être célèbre? Franchement non. De plus, on ne sait plus finalement ce que veut nous montrer la réalisatrice : un conte de fées? le combat contre l'excision? la vie d'une étrangère? Hum difficile à dire. Certains moments manquent de crédibilité (même si c'est censé être vrai) : depuis quand un photographe de mode superstar (autant qu'une Madonna par exemple) bouffe dans le McDo du coin? Hum...

Fleur du désert

Liya Kebedee incarne en tout cas une Waris Dirie crédible. Elle est touchante, sensible et parfois drôle. Sally Hawkins joue encore une fille à la Poppy de Be Happy mais elle donne beaucoup de fraicheur dans ce film qui accumule les situations graves. Quant à Timothy Spall, même si on ne le voit pas beaucoup, il est excellent dans le rôle du photographe. Même si elle s'en sort bien, Juliet Stevenson joue un personnage trop caricatural et qui agace facilement. Craig Parkinson et Anthony Mackie s'en sortent correctement. Pour terminer cette critique, la musique (ou plutôt le thème principal) est superbe mais est répétitive et prend peut-être trop de place.

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :