Réalisé par : Peter Jackson
Avec : Melanie Lynskey, Kate Winslet
Sur un scénario de : Fran Walsh et Peter Jackson avec une musique de : Peter Dasent
Genre : Criminel
Film Néo Zélandais réalisé en 1996

 

 

Synopsis du film :
L’amitié irrépressible et passionnée de deux jeunes filles, que rien ne pourra altérer. Pas même leur entourage, inquiet de leur relation qui les coupe du monde…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Bien avant avoir connu le succès avec la trilogie du Seigneur des anneaux, Peter Jackson s’est intéressé à un fait divers particulièrement sordide qui avait défrayé la chronique dans les années 1950 en Nouvelle-Zélande et en a profité pour lancer la carrière d’une certaine Kate Winslet.

Créatures célestes

Créatures célestes raconte donc l’histoire vraie de Juliet Hulmer (aujourd’hui connue sous le nom de Anne Perry) et de Pauline Rieper (devenue Pauline Parker après son procès), deux adolescentes mal dans leur peau, qui se rencontrent un jour à l’école, ce qui va bouleverser leurs existences.

Pauline Rieper et Juliet Hulmer sont très différentes.

Pauline vient d’un milieu modeste. Son père travaille dans une poissonnerie et sa mère tient une pension. Au contraire, Juliet vient d’un milieu aisé. Son père est recteur d’université, ce qui l’a amené à beaucoup voyager.

Pauline n’est pas très féminine et ne semble pas beaucoup prendre soin d’elle alors que Juliet soigne son apparence. Dès le début du film, Peter Jackson parvient à capter leur personnalité respective. Pauline apparaît comme renfermée sur elle-même. Ses yeux et ses cheveux noirs ainsi que sa mine boudeuse lui donnent un air sombre. En revanche, Juliet qui est blonde aux yeux bleus et qui semble assez extravertie, apparaît immédiatement comme lumineuse. Néanmoins, on perçoit dès le premier cours en classe une certaine noirceur dans son personnage. En effet, Juliet ne manque pas de reprendre l’enseignante plusieurs fois pendant le cours avec un aplomb étonnant. Au cours suivant, elle décide de dessiner ce qu’elle a envie sans se préoccuper des instructions données par la professeur d’arts plastiques. Bref, chacune à sa manière est en rébellion.

Créatures célestes

Pauline et Juliet font connaissance en parlant de leurs cicatrices pendant un cours de sport. Elles découvrent alors qu’elles ont des points communs, qui seront développés et accentués tout au long du film. Juliet a contracté une pneumonie qui lui a valu d’être envoyée aux Bahamas seule loin de sa famille et quelques cicatrices. Pauline, quant à elle, a été soignée pour une ostéomyélite pendant de longs mois à l’hôpital et a subi une lourde opération au niveau de la jambe. Bref, toutes les deux ont fait l’expérience de la solitude.

Créatures célestes

Leur amitié ressemble à un coup de foudre. Pauline se prend de passion pour Juliet qu’elle semble admirer. Elle se met alors à écouter du Mario Lanza. Elles deviennent rapidement inséparables et semblent être tout l’une pour l’autre. Elles passent tout leur temps ensemble et se créent un monde imaginaire appelé le Quatrième monde, qui va prend le pas sur leurs vies. Le film montre tout de même que Juliet semble d’abord avoir un ascendant sur Pauline. C’est elle qui est à l’origine du Quatrième monde.

Créatures célestes

Petit à petit, elles vont passer de plus en plus de temps dans ce quatrième monde peuplé d’êtres sortis de leur imagination et s’y perdre. Pauline et Juliet se créent une sorte de monde idéal régis par des saints qui ont les traits de leurs idoles : Mario Lanza, James Mason, Mel Ferrer et etc …. Peter Jackson montre bien l’évolution de la place de ce monde dans la vie des adolescentes en passant de simples récits racontés à l’introduction de statuettes qu’elles confectionnent et qui s’animent. De plus, Juliet a beau être une provocatrice, son exposé sur la famille royale du royaume de Borovnia qu’elle a crée avec Pauline est un élément montrant que la fiction a pris le pas sur la réalité. Enfin, elles finissent par changer de nom pour devenir Gina et Déborah. Leurs écrits s’intensifient et leur vie devient celle du monde qu’elles écrivent. Ce monde imaginaire apparaît comme un rempart contre une réalité déplaisante (doutes liés à l’adolescence, rejet, solitude, manque d’affection ….) Elles se considèrent comme des créatures célestes et brillantes, incomprises par le monde qui les entoure pour se rassurer et apprendre à s’aimer.

Créatures célestes

Le monde imaginaire des deux adolescentes est aussi pétri de désirs plus ou moins conscients. Cela n’a rien de vraiment étonnant pour des adolescentes qui voient leurs corps et désirs évolués dans une société des années 1950 où la liberté féminine n’est pas franchement au goût du jour. Le film montre Juliet et Pauline si proches que leur relation devient ambiguë. Dès le début du film, elles s’échangent de petits bisous sur la bouche. Puis, elles prennent des bains ensemble et témoignent de gestes d’affection l’une envers l’autre. Comme toute adolescente, Pauline se cherche qui nourrit à la fois une forme d’amour et d’admiration pour Juliet et qui commence à s’intéresser aux garçons. On la voit avoir une relation sexuelle avec un pensionnaire qui est très amoureux d’elle et dont elle se sépare après s’être rendue compte que sa relation attristait Juliet. Leur comportement inquiète leurs parents respectifs qui pensent que Juliet et Pauline entretiennent une relation homosexuelle, ce qui était considéré comme inapproprié par la société de l’époque. Peter Jackson s’intéresse à cette relation plus pour parler d’une société qui n’accepte pas les différences que pour s’interroger sur l’homosexualité même des jeunes filles. Quoiqu’il en soit, Pauline et Juliet sont si proches qu’elles se construisent l’une par rapport à l’autre comme si elles étaient des miroirs.

C’est l’idée de la séparation qui fait naître l’idée de mort chez Pauline. Après avoir rencontré un médecin qui conseille à sa mère de lui interdire de revoir Juliet tant que sa santé ne se sera pas améliorée, Pauline pense au suicide. Elle pense ne pas pouvoir supporter la séparation d’avec son amie. Puis, elle décide d’éliminer sa mère qui fait obstacle à son bonheur. L’idée même du meurtre est surprenante. En effet, les parents de Juliet et les parents de Pauline se rencontrent à de nombreuses reprises et semblent être sur la même longueur d’ondes concernant la relation trop fusionnelle des deux filles et sur le refus de les laisser partir en Amérique vivre ensemble. Le meurtre d’Honorah Parker semble faire partie de ce monde imaginaire. En effet, dans le royaume de Borovnia, la reine Déborah et le roi Charles ont eu un fils prénommé Diello qui se révèle être particulièrement violent, cruel et sans pitié. Il tue toutes les personnes qui se dressent sur son chemin ou simplement pour son bon plaisir. Pauline et Juliet prennent très facilement la décision de tuer la mère de Pauline comme si ce n’était pas la réalité. Elles ne mesurent jamais les conséquences de leur acte et leur détermination n’est jamais remise en question par des émotions. Comme le montre la scène dans le café, elles insistent pour que Mme Parker mange le dernier gâteau car elles savent que ce sera son dernier plaisir. A l’image de cette scène, puis de celle du meurtre, le film s’avère être sordide. Il est très intéressant de noter que Peter Jackson commence son film par une scène suivant le meurtre. Ainsi, tout au long du film qui prend des allures oniriques et romantiques parfois, l’horreur du meurtre plane.

Créatures célestes

Créatures célestes est une belle réussite. En effet, Peter Jackson semble parfaitement avoir compris l’essence même de l’adolescence et l’importance de l’amitié. Le réalisateur permet à Kate Winslet et Mélanie Lynskey de révéler leurs talents d’actrice et il faut bien reconnaître qu’elles ne sont étrangères à la réussite du film. A la fois graves et légères, elles incarnent à la perfection la complexité de leur personnage respectif. Peter Jackson excelle également dans sa mise en scène du monde imaginaire des protagonistes et il réussit le pari un peu fou de faire progressivement fusionner le monde réel et le monde imaginaire de Juliet et Pauline.

Erin

 
 
 

Photos du film :