Réalisé par : Dany Boon
Avec : Dany Boon, Kad Merad, Alice Pol
Sur un scénario de : Dany Boon avec une musique de : Klaus Badelt
Genre : Comédie
Film Français réalisé en 2014

 

 

Synopsis du film :
Romain Faubert est un homme seul qui, à bientôt 40 ans, n’a ni femme ni enfant. Le métier qu’il exerce, photographe pour dictionnaire médical en ligne, n’arrange rien à une hypocondrie maladive qui guide son style de vie depuis bien trop longtemps et fait de lui un peureux névropathe. Il a comme seul et véritable ami son médecin traitant, le Docteur Dimitri Zvenska, qui dans un premier temps a le tort de le prendre en affection, ce qu’il regrette aujourd’hui amèrement. Le malade imaginaire est difficilement gérable et Dimitri donnerait tout pour s’en débarrasser définitivement. Le docteur Zvenska pense avoir le remède qui le débarrassera en douceur de Romain Faubert : l’aider à trouver la femme de sa vie. Il l’invite à des soirées chez lui, l’inscrit sur un site de rencontre, l’oblige à faire du sport, le coach même sur la manière de séduire et de se comporter avec les femmes. Mais découvrir la perle rare qui sera capable de le supporter et qui par amour l’amènera à surmonter enfin son hypocondrie s’avère plus ardu que prévu…

 
 

Analyse de film :

Critique :

On prend les mêmes et on recommence. Seulement cette fois, la réussite n’est pas au rendez-vous comme elle avait pu l’être avec Bienvenue chez les Ch’tis. Pour son dernier film, Dany Boon a choisi l’hypocondrie qui a tendance à se développer avec Internet et les nouvelles modes d’automédication. Avec un sujet aussi populaire, le réalisateur ne s’est pas trompé et a compris qu’il susciterait à nouveau l’intérêt du public.

Supercondriaque

On s’éloigne du sujet au bout de 30 minutes. A ce moment-là, le film bascule vers un autre thème : les réfugiés politiques du Kirghizistan. On nage alors en plein délire. Romain Faubert se fait voler ses papiers alors qu’il se trouve dans un camp pour réfugiés à Calais afin de lutter contre son hypocondrie. Il récupère la veste d’Anton Miroslav, leader politique de la lutte pour le Kirghizistan libre. C’est alors qu’il rencontre Anna, la sœur de Dimitri son médecin. Anna est complètement obsédée par le Kirghizistan et amoureuse d’Anton Miroslav. Cherchant la femme de sa vie, Romain décide de profiter de la situation et de se faire passer pour Anton Miroslav mais c’était sans compter sur les ennuis qui vont avec. Le film tourne alors à la comédie romantique ultra prévisible et se perd finalement dans des effets spéciaux dignes d’un James Bond. Bref, Supercondriaque n’a pas de style défini et on se sent rapidement gêné par ce manque de ligne directrice. Cet enchaînement de petites histoires montrent une véritable faiblesse dans la mise en scène, comme si Dany Boon était incapable de mener à terme une idée en or : l’hypocondrie. Par conséquent, la dimension comique du film s’épuise au fur et à mesure que le film avance.

Supercondriaque

De plus, Supercondriaque ne provoque ni rire ni émotion sans doute à cause d’ un scénario trop décousu et trop faible, d’ acteurs mal dirigés et d’ une répétition lassante des gags grandiloquents et source d’incompréhension. Bref, on s’ennuie beaucoup devant le manque de créativité de Supercondriaque.

Erin

 
 
 

Photos du film :