Réalisé par : Gareth Edwards
Avec : Aaron Taylor-Johnson, CJ Adams, Ken Watanabe, Bryan Cranston, Elizabeth Olsen, Carson Bolde, Sally Hawkins, Juliette Binoche
Sur un scénario de : Max Borenstein avec une musique de : Alexandre Desplat
Genre : Action
Film Américain réalisé en 2014

 

 

Synopsis du film :
Godzilla tente de rétablir la paix sur Terre, tandis que les forces de la nature se déchaînent et que l’humanité semble impuissante…

 
 

Analyse de film :

Critique :

Pour cette énième adaptation de Godzilla sur grand écran, Gareth Edwards a décidé de miser sur les effets spéciaux afin de créer un effet grandiose. A ce niveau-là, il n’y a rien à redire. Les effets spéciaux sont magnifiques. En revanche, ils portent préjudice à la narration dans le sens où le film souffre de nombreuses ellipses mal assumées et mal intégrées. Ainsi, le film s’ouvre aux Philippines où une incroyable découverte est faite avant de s’envoler vers le Japon où l’on fait brièvement connaissance avec la famille Brody le jour où un terrible accident a eu lieu à la centrale nucléaire. Ces événements sont suivis d’une ellipse de 15 ans. On découvre alors Joe Brody, le fils de la famille Brody à San Francisco qui s’envole quasi immédiatement pour le Japon où son père a été arrêté après avoir pénétré dans la zone de contamination. C’est là-bas qu’une créature M.U.T.O fait son apparition. On est forcément déçu de découvrir cette créature avant même d’avoir vu Godzilla à l’écran et on se sent alors perdu par un scénario décidément laborieux. Mais où est donc passé Godzilla ? Godzilla apparaît un peu plus tard et se positionne comme un défenseur de la nature, chargé de tuer les deux M.U.T.O (un mâle et une femelle) afin de réguler la nature. Bref, l’imposant Godzilla est un gentil mais le monde entier l’ignore.

Godzilla

A partir de ce moment-là, le film se résume à une course-poursuite entre Godzilla et les deux M.U.T.O et perd donc inévitablement de l’intérêt. La peur nucléaire n’est plus présente. Il est vraiment dommage que le réalisateur ne soit pas parvenu à maintenir cette tension liée à la peur du nucléaire alors qu’il introduit dans son film de nombreuses scènes rappelant des visions d’horreur contemporaine : tsunami, nuage de poussière (11 Septembre), contamination nucléaire (Fukushima)…. Il est également regrettable que le réalisateur ait négligé l’aspect humain. En effet, les humains sont décimés et personne n’a l’air de s’en préoccuper. A ce titre, lorsque les créatures entrent dans la ville, les gratte-ciels semblent être plus menacés que les vies humaines. Les humains sont d’ailleurs plutôt chanceux. Ils se perdent et se retrouvent comme par magie dans un stade contenant plusieurs milliers de personnes. Aucune émotion en vue donc. Le thème de la destruction de la famille mis en avant dès les premières scènes est quasiment réduit à néant.

Godzilla

En dépit de ces faiblesses, Godzilla réussit son pari visuel. Godzilla ainsi que les M.U.T.O sont particulièrement réussis. Les scènes de destruction sont impressionnantes. Quel dommage que le scénario soit si faible !

Erin

 
 
 

Photos du film :