Réalisé par : Massimo Pupillo
Avec : Walter Brandi, Mirella Maravidi, Barbara Steele, Alfredo Rizzo, Riccardo Garrone
Sur un scénario de : Romano Migliorini et Roberto Natale avec une musique de : Aldo Piga
Genre : Horreur
Film Italien réalisé en 1965

 

 

Synopsis du film :
Un notaire est chargé de rédiger le testament d’un homme mort depuis plus d’un an. Il se rend dans la propriété du défunt et fait la connaissance de sa fille. Cette dernière lui révèle que son père était passionné par les forces occultes et qu’il serait désormais un mort-vivant…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Après avoir reçu une lettre concernant la succession de Monsieur Hauff, Albert Kovac se rend à la demeure de ce dernier. Dès son arrivée, le château de Monsieur Hauff apparaît comme un lieu damné où personne ne semble vouloir mettre les pieds. Tout droit sorti de l’imaginaire du comte Dracula, le château est particulièrement effrayant. Au moment où Kovac arrive pour rencontrer Jeronimus Hauff, propriétaire des lieux et auteur de la lettre, on perçoit un malaise. En effet, Jeronimus Hauff est décédé un an auparavant. Cinq témoins ont assisté à son décès. Comme si avoir reçu une lettre d’un mort n’était pas assez étrange, il se trouve que les différents témoins de la mort d’Hauff se mettent à mourir mystérieusement les uns après les autres. Mais ce qui encore plus étrange c’est que l’on dit avoir entendu le bruit des roues des charrettes tirées par les graisseurs durant l’épidémie de peste noire. Les graisseurs avaient pollué les eaux. Pour les punir, on avait décidé de leur couper la main, mains dont Jeronimus Hauff faisait la collection. En effet, le maître des lieux, médecin de métier avait un goût prononcé pour l’occulte. Le réalisateur prend beaucoup de temps pour instaurer une ambiance étrange, ce qui a tendance à être parfois assez ennuyeux. La mystérieuse histoire de la mort de Jeronimus Hauff parvient tout de même à capter l’attention du spectateur qui se prend au jeu et a bien envie de découvrir la vérité .

Le film met en avant l’aspect temporel en jouant sur les différentes époques. Le réalisateur fait le lien entre la peste du Moyen-Âge et 1911, époque où se déroule le film. Ainsi, les graisseurs tout droit venus du Moyen-Âge apparaissent avant chaque mort. La voix d’outre-tombe de Jeronimus Hauff est omniprésente et rappelle constamment ces liens passé-présent. Enfin, c’est la peste bubonique qui se chargera de tuer les derniers personnages du film. Une comptine macabre et lancinante permet à la fois de créer un lien temporel puisque cette chanson était fredonnée par le défunt à sa fille, et de résoudre l’énigme finale et éviter la mort de Corinne et des habitants de la ville.

Cinq tombes pour un médium

On ne peut pas vraiment dire que le film fait peur mais il parvient néanmoins à instaurer une certaine ambiance. On comprend assez rapidement que les personnages mentent à propos du défunt et qu’ils en savent plus qu’ils le prétendent. On note également une belle utilisation du son (le bruit des roues des charrettes annonçant que la mort rôde, la comptine ….) ainsi que quelques jolis plans permettant de créer un certain suspense. Ce suspense atteint d’ailleurs son apogée au moment où l’on se met à la recherche du dernier témoin de la mort de Jeronimus afin de connaître la vérité et lui éviter une mort certaine. Malgré quelques éléments effrayants comme les mains coupées, les symptômes de la peste et etc …), le film ne tient pas vraiment toutes ses promesses dans le sens où on ne verra pas un seul mort-vivant à l’écran. A cet égard, il faut dire que le titre français est assez mensonger alors que le titre italien est quant à lui trop révélateur. Freiné sans doute par un petit budget, Massimo Pupillo ne s’en sort pas si mal et réussit à signer un film divertissant et à l’ambiance gothique.

Erin

 
 
 

Photos du film :