Réalisé par : Dario Argento
Avec : Jessica Harper, Stefania Casini, Flavio Bucci
Sur un scénario de : Daria Nicolodi et Dario Argento avec une musique de : Dario Argento, Agostino Marangolo, Massimo Morante, Fabio Pignatelli et http://www.imdb.com/name/nm0006294/?ref_=ttfc_fc_cr8
Genre : Horreur
Film Italien réalisé en 1977

 

 

Synopsis du film :
Suzy, une jeune Américaine, débarque à Fribourg pour suivre des cours dans une académie de danse prestigieuse. A peine arrivée, l’atmosphère du lieu, étrange et inquiétante, surprend la jeune fille. Et c’est là qu’une jeune élève est spectaculairement assassinée. Sous le choc, Suzy est bientôt prise de malaises. Et le cauchemar ne va faire qu’empirer.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Veuillez ne pas lire cette critique si vous n’avez pas vu le film. Votre plaisir n’en serait que gâché.

Suspiria

Inspiré d’un extrait de Suspiria de Profundis de Thomas De Quincey dans lequel l’auteur britannique raconte l’histoire de trois sœurs : Mater Suspirorium, Mater Lachrimarum et Mater Tenebrarum, Suspiria s’intéresse donc à l’une de ces trois entités maléfiques qui prendra par la suite la forme d’une sorcière appelée Helena Markos.

Suspiria

Dario Argento ne perd pas une seconde pour instaurer une ambiance terrifiante. Dès l’arrivée de Suzy, jeune Américaine venue perfectionner son art de la danse à Fribourg, on ressent la peur notamment grâce à un orage violent et particulièrement terrifiant. D’entrée, on peut admirer la qualité du travail sur le son. L’obscurité fait bientôt place à un magnifique jeu de lumière mettant en avant des couleurs éclatantes. L’utilisation de ces couleurs rend chaque scène sublime y compris les scènes de meurtre qui sont sordides.

Suspiria

Le rouge semble être la couleur dominante du film (entrée de l’école, couloirs, hall de la maison de la copine de Pat). Cette couleur ambivalente peut avoir plusieurs significations. Étant donné que Suspiria est un film d’horreur, le rouge symbolise évidemment le sang versé, synonyme de la mort. La couleur rouge est également associée au diable, ce qui semble tout à fait plausible puisque le film met en scène des sorcières maléfiques. Dans un autre contexte, le rouge symbolise le pouvoir (par exemple empereur romain, cardinaux, magistrats …). Dans une moindre mesure, on peut retrouver cette signification dans le film d’Argento puisque deux forces vont devoir s’affronter à la fin du film. Enfin, le rouge est associé au culte. Dans Suspiria, il est bel et bien question de culte puisque l’école est le foyer d’Helena Markos et de ses disciples.

Le bleu est également une couleur très utilisée par Argento dans Suspiria. La couleur bleue est elle aussi associée à la divinité. Mais surtout, le bleu est une couleur froide qui donne l’impression que certains lieux sont froids, comme si la mort y planait. Enfin, le bleu est la couleur de la libération.

Le vert est également une couleur ambivalente. Cette couleur peut être associée à des créatures maléfiques, ce qui est le cas dans Suspiria.

Enfin, le jaune est une couleur ayant une mauvaise réputation en Occident car elle représente généralement la trahison. On peut retrouver cette représentation dans Suspiria puisque l’école n’est pas ce qu’elle prétend être. Elle prend en traître les élèves en leur mentant constamment.

Suspiria

Vient ensuite une scène très mystérieuse durant laquelle Suzy croise Pat, élève de l’école qui sera assassinée le soir-même. Le mystère s’épaissit d’ailleurs lors de cette scène d’anthologie montrant le meurtre de Pat. Cette scène est à la fois étonnante car elle arrive très tôt dans le film et efficace dans le sens où elle accroche vraiment le spectateur qui ne peut alors avoir qu’envie de connaître la suite. La mise en scène est tout simplement brillante. Argento utilise brillamment l’ellipse notamment lors de la scène du meurtre, ce qui fait monter d’un cran la tension puisque la scène avance et continue d’exister en dehors de l’écran. Ainsi, on a l’impression que le mal peut surgir de nulle part à n’importe quel moment. Cette technique sera d’ailleurs réutilisée plus tard lors du meurtre de Pat.

Suspiria

Cette distance entre ce que l’écran montre et ce que l’on a envie de voir est un élément important dans la mise en scène. Par exemple, au début du film, Pat est réfugiée dans la chambre de son amie et scrute par la fenêtre une éventuelle menace qui semble venir de dehors. La nuit est noire et il est impossible d’y voir quoique ce soit. Soudain, on aperçoit deux yeux verts perçants. Puis, un bras surgit de nulle part et saisit Pat. Le bras lui colle le visage contre la vitre comme pour lui montrer ce qu’il y a dehors. Bref, ce n’est pas nécessairement avec les yeux que l’on peut voir. Argento démontre une nouvelle fois cette théorie en mettant en scène le meurtre du pianiste aveugle. En effet, se sentant menacé, le pianiste s’en remet à son chien qui ensorcelé, lui saute à la gorge. Enfin, il est une nouvelle fois question de « vue » lorsque Suzy entre par hasard dans la chambre d’Helena Markos. A l’arrivée de Suzy la sorcière se trouve sur son lit et se redresse. On peut alors apercevoir sa silhouette derrière le rideau. Curieuse, Suzy soulève le rideau et doit alors affronter la sorcière qui projette son image à travers la pièce, créant ainsi la confusion et qui devient invisible sur son lit. Soudain, un éclair apparaît et dévoile la silhouette de la sorcière toujours assise sur le lit. Armée d’un couteau, Suzy déjoue le piège de la sorcière et la frappe. Le message d’Argento est clair : il ne faut pas toujours regarder là où on nous demande de regarder.

Suspiria

Dario Argento crée donc une atmosphère angoissante en déstructurant l’espace et le temps. Comme nous l’avons déjà dit, il utilise brillamment l’ellipse. De plus, il utilise deux fils rouges très efficaces. D’une part, Suzy se souvient peu à peu des mots prononcés par Pat lors de sa fuite, mots qui mèneront tout droit à la vérité. D’autre part, l’ambiance devient de plus en plus étrange et pesante grâce à cette interrogation entourant les bruits de pas : où va donc le personnel de l’école une fois la nuit venue ? La musique contribue largement à l’ambiance angoissante dans le sens où elle donne l’impression que les sorcières sont présentes en permanence et qu’il n’y a donc aucun moyen de leur échapper.

Suspiria

Enfin, dernier point en ce qui concerne la mise en place d’une ambiance angoisse à souhait, Suspiria est inspiré par l’expressionnisme allemand notamment en utilisant une architecture déstructurée, des vitraux, des formes géométriques qui donnent l’impression que l’école est un labyrinthe mais aussi en utilisant des peintures et en faisant référence au graveur hollandais Maurits Cornelis Escher.

Suspiria

A plus d’un égard, le film fait penser à un conte de fées version horrifique. Dès le début du film, la fuite de Pat fait penser au Petit Chaperon Rouge. Vêtue d’une cape rouge, elle court dans la forêt noire en Allemagne, où se déroulent de nombreux contes des frères Grimm notamment.

Le personnage principal a toutes les caractéristiques d’une héroïne de conte de fées. Son visage est rond et enfantin. Son physique est très proche de la femme-enfant. Bref, elle est l’incarnation parfaite de l’innocence.

Suspiria

Le film suit la trame classique des contes de fées.

Situation initiale

Arrivée de Suzy, étudiante américaine à Fribourg pour étudier la danse

Élément perturbateur

La fuite de Pat de l’école suivie de son meurtre.

Mystère des mots prononcés à l’interphone par Pat.

Péripéties

Événements étranges se passant à l’école :malaise de Suzy, invasion de vers, attaque du chien, meurtre du pianiste et etc ….

Développement

Enquête de Suzy et de sa copine Sara : suivre les pas des professeurs, se renseigner et etc …

Résolution

Découverte du secret : l’école est un lieu maudit où règne la sorcière Helena Markos avec ses disciples c’est à dire le personnel de l’école.

Résolution du problème : découverte de la cachette de la sorcière et meurtre de la sorcière.

Suspiria

Le tableau ne serait pas complet sans une morale finale concernant le dépassement de ses peurs enfantines et le passage à l’âge adulte comme le symbolise très justement la mise à mort de la sorcière plusieurs fois centenaires. Il est bel et bien question d’enfance dans Suspiria. L’action a beau se dérouler dans une école de danse où étudient de jeunes femmes et de jeunes hommes, tous sont réduits à l’état d’enfant dans ce lieu. Les décors donnent l’impression que les élèves de l’école et en particulier notre héroïne Suzy sont tout petits. L’attitude des professeurs est infantilisante. De plus, Argento a misé sur un comportement enfantin des protagonistes sans doute pour renforcer leur innocence. Afin d’affronter ses peurs, Suzy doit explorer son inconscient, ce qu’elle fait une bonne partie du film en étant soit évanouie soit endormie.

Suspiria

Avec sa mise en scène impeccable et réfléchie dans les moindres détails comme en témoigne cette tâche de sang en forme de sorcière sur son balai, ses actrices semblant être réellement terrifiées, son ambiance aussi étrange qu’angoissante, Suspiria est un véritable chef d’œuvre.

Erin

 
 
 

Photos du film :