Réalisé par : Neil Marshall
Avec : Shauna Macdonald, Natalie Mendoza, Alex Reid, Saskia Mulder, MyAnna Buring, Nora-Jane Noone
Sur un scénario de : Neil Marshall avec une musique de : David Julyan
Genre : Horreur
Film Britannique réalisé en 2005

 

 

Synopsis du film :
En plein milieu du massif des Appalaches, six jeunes femmes se donnent rendez-vous pour une expédition spéléologique. Soudain, un éboulement bloque le chemin du retour. Alors qu'elles tentent de trouver une autre issue, elles réalisent qu'elles ne sont pas seules. Quelque chose est là, sous terre, avec elles... Quelque chose de terriblement dangereux décidé à les traquer une à une...

 
 

Analyse de film :

Critique :

Après avoir perdu son mari et sa fille dans un terrible accident de voiture, Sarah accepte d'accompagner ses amies lors d'une sortie spéléologique. Tout se passe pour le mieux jusqu'au moment où un éboulement bloque le chemin du retour. Contraintes d'avancer sans savoir où se trouve la sortie, les six amies apprennent que la situation est encore plus critique. En effet, Juno la meneuse du groupe, avoue à ses amies que la grotte qu'elles sont en train d'explorer n'est pas celle qu'elle leur avait dit, que cette grotte ne porte pas de nom et donc qu'elle n'a pas encore été explorée.

The descent

Sarah qui a été traumatisée par la mort de son mari et de sa fille est la première à entendre des bruits suspects. Elle est aussi la première à voir les créatures. Mais elle n'est pas immédiatement prise au sérieux par ses copines qui savent bien que son esprit est perturbé. La descente de Sarah dans cette grotte apparaît comme une métaphore de la descente de Sarah qui va au bout d'elle même et qui se voit forcée d'affronter ses démons. Face à l'adversité, Sarah se révèle à elle même. Chouchoutée par ses copines qui ne voient en elles que la femme fragilisée, elle puise en elle une force incroyable pour faire face. Elle est également capable d'une grande froideur lorsqu'elle punit Juno, l'une de ses amies après avoir appris que cette dernière avait tué Beth.

The descent

Casting exclusivement féminin, les relations entre les personnages sont intéressantes car différentes de ce que l'on a l'habitude de voir au cinéma. Très soudées au début du film, le groupe se scinde dès la première attaque des « crawlers ». Séparées dans le noir, certaines filles préfèrent la survie à l'amitié. C'est le cas de Juno qui dans l'action blesse mortellement Beth. La réaction de Juno est aussi étonnante qu'effrayante. En effet, au lieu d'essayer de sauver son amie ou de l'achever, elle préfère la laisser agoniser au milieu des créatures qui rôdent. En l'apprenant Sarah décide de le faire payer à Juno.

The descent

Les créatures appelées les « crawlers » sont particulièrement réussies car elles sont vraiment effrayantes. Aveugles, les créatures évoluent dans le noir grâce à une ouïe extrêmement fine. En ce sens, elles se rapprochent de la chauve-souris. Très habilement, Neil Marshall explique l'origine des créatures à travers des peintures rupestres. Ces créatures sont des hommes qui n'ont pas évolué puisqu'ils n'ont jamais été en contact avec la civilisation. Demeurés à l'état primitif, ils n'ont jamais cessé de vivre en dehors des grottes. Ainsi, ils passent leur temps à chasser. Leur comportement est particulièrement féroce. Leur déchaînement de violence justifie à lui seul l'interdiction « moins de 16 ans ».

The descent

La grande force du film réside dans la mise en scène. Neil Marshall parvient à créer une ambiance angoissante à souhait en jouant sur la peur du noir, la perte de repères et l'isolation. On est impressionné par les scènes tournées dans le noir. On imagine aisément la difficulté du travail quant à l'éclairage des scènes. Bref, The descent est un film sensoriel puissant. De plus, l'horreur ne vient pas uniquement des créatures et de leur férocité, elle vient aussi de l'attitude des filles entre elles. Certaines se transforment littéralement en machines à tuer. Le seul défaut de The Descent réside dans sa longue mise en place de la situation initiale. En effet, il faut attendre un certain temps avant que les filles ne se retrouvent dans la grotte. Puis, il faut encore attendre un certain temps avant de voir les créatures en action. Malgré ce petit défaut, The Descent est plaisant à voir car on ne s'ennuie jamais. Neil Marshall parvient à maintenir une tension constante.

Erin

 
 
 

Photos du film :