Réalisé par : Stephen Hopkins
Avec : Geoffrey Rush, Charlize Theron, Emily Watson, John Lithgow, Sonia Aquino, Stanley Tucci, Stephen Fry, Miriam Margolyes
Sur un scénario de : Christopher Markus avec une musique de : Richard Hartley
Genre : Biopic
Film Britannique réalisé en 2004

 

 

Synopsis du film :
Le film retrace l'incroyable parcours du plus délirant des comédiens britanniques qui, après avoir été l'un des animateurs radio vedettes de la BBC, s'est imposé comme l'un des plus talentueux comiques jamais connus. Subissant la pression d'une mère plus que possessive, Peter Sellers s'est constamment battu pour trouver sa place, face aux femmes, au public... et à lui-même. Ni ses triomphes, ni ses différents mariages ne lui auront apporté la sérénité. Moi, Peter Sellers dévoile les tourments d'un acteur charismatique qui, à force de doutes et d'humour, a su toucher le monde entier.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Moi, Peter Sellers

En ce moment, les plus grandes stars ont eu leur biopic. Peter Sellers a eu le sien également et j'ai trouvé l'ensemble très réussi. Avant de commencer ma critique, précisons que c'est l'adaptation du roman de Roger Lewis (The Life and Death of Peter Sellers, titre du film en VO d'ailleurs). L'équipe du film s'est aussi appuyer sur d'autres supports (d'autres livres, témoignage, interviews, films réalisés par Sellers lui-même).

Moi, Peter Sellers

Jamais on n'est paumé, on nous montre clairement ses très célèbres films, on voit aussi comment l'acteur arrivait à trouver ses personnages. Le film de Stephen Hopkins montre donc évidemment toute l'étendue de son talent mais nous montre sa vie privée, pas forcément rose. On nous montre ses pires facettes : fou, voire parfois un brin salaud. Il a également touché à la drogue. Cependant, malgré ses comportements pas tout à fait normaux, l'homme reste touchant et sympathique, même attachant. Le réalisateur montre ses qualités mais aussi ses défauts. Je ne suis pas d'accord avec des critiques qui disent qu'on voit Sellers comme un méchant, ce n'était d'ailleurs pas le but du film. C'était juste un grand artiste, un homme avant tout, complètement fragile. On voit surtout un homme perdu. L'acteur avait du mal à se trouver, à connaitre sa personnalité car il se confondait trop avec ses personnages délirants. Sellers avait des réactions complètement folles, ce qui rend à la fois le film drôle mais aussi bien dramatique. La fin du film est franchement touchante.

Moi, Peter Sellers

J'ai énormément apprécié le fait que Geoffrey Rush joue parfois plusieurs rôles. Je trouve que ça rend le film original et frais mais qu'en plus c'est un bel hommage à Sellers. Dommage que le film ait été considéré comme un téléfilm (pourtant il a été présenté en compétition au festival de Cannes), Rush aurait sûrement eu ses chances aux Oscars (il a quand même eu le Golden Globe et le Emmy Award, c'est quand même bien !). Il est tout simplement Peter Sellers (et il n'a pas besoin d'avoir un plâtre en pleine figure comme dans La Môme pour être crédible), mais aussi, comme je l'ai dit auparavant, les autres personnages. C'est assez impressionnant de le voir en train de faire Dr Folamour comme Sellers. Il faut avoir un sacré talent pour l'imiter à ce point. Les autres acteurs sont également excellents.

Moi, Peter Sellers

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :