Réalisé par : Denis Villeneuve
Avec : Hugh Jackman, Jake Gyllenhaal, Viola Davis, Maria Bello, Terrence Howard, Melissa Leo, Paul Dano
Sur un scénario de : Aaron Guzikowski avec une musique de : Jóhann Jóhannsson
Genre : Thriller
Film Américain réalisé en 2013

 

 

Synopsis du film :
Dans la banlieue de Boston, deux fillettes de 6 ans, Anna et Joy, ont disparu. Le détective Loki privilégie la thèse du kidnapping suite au témoignage de Keller, le père d’Anna. Le suspect numéro 1 est rapidement arrêté mais est relâché quelques jours plus tard faute de preuve, entrainant la fureur de Keller. Aveuglé par sa douleur, le père dévasté se lance alors dans une course contre la montre pour retrouver les enfants disparus. De son côté, Loki essaie de trouver des indices pour arrêter le coupable avant que Keller ne commette l’irréparable… Les jours passent et les chances de retrouver les fillettes s’amenuisent…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Veuillez à ne pas lire cette critique qui dévoile l'intrigue du film, sans quoi votre plaisir serait inévitablement gâché à la vision de ce dernier.

Prisoners

Prisoners est sans aucun doute l'un des meilleurs thrillers de l'année. Partant d'une histoire simple, deux petites filles sont enlevées, Prisoners s'intéresse surtout à Keller, le père d'Anna, l'une des deux disparues et à sa soif de justice. Après l'enlèvement, les policiers mettent rapidement la main sur Alex, un jeune garçon un peu simple. Faute de preuve, ce dernier est relâché. Aveuglé par sa colère, Keller décide de faire parler Alex. Pour ce faire, il a recours à une violence inouïe et difficilement supportable dans le sens où cette violence va rapidement s'apparenter à de la torture pure et simple. Denis Villeneuve met le spectateur face à lui-même. Comment aurait-il agit à la place de Keller ? Peut-on condamner Keller tout en le comprenant ? Doit-on réprimer ses actes sans chercher à le justifier ? Ces questions sont présentes à l'esprit de chaque spectateur surtout après que Keller ait dévoilé son petit secret, c'est à dire qu'il retient Alex prisonnier pour le faire parler, à ses amis dont la fille a également été enlevée. Le couple d'amis a une réaction très différente de celle de Keller. Ils ne sont pas prêts à torturer un homme relâché par la police ni à appliquer la loi du Talion. Bref, Denis Villeneuve s'emploie à repousser les limites morales et à questionner l'empathie naturelle du spectateur envers les héros du film.

Prisoners

Prisoners est également intéressant par rapport aux deux personnages principaux Loki et Keller qui apparaissent comme des doubles opposés. Keller est un personnage viril qui sombre peu à peu dans la folie. Obsédé par le désir de retrouver sa fille et de mettre la main sur celui qui a osé l'enlever, Keller ne vit plus qu'à travers ce désir de vengeance. Face à lui se trouve Loki, un jeune policier tenace qui doit faire face au désespoir des familles et à une hiérarchie pressante. Les hommes ne parviennent pas à se comprendre tant leurs approches sont différentes. En effet, Denis Villeneuve a fait un choix relativement ambitieux en choisissant de montrer à la fois le point de vue des familles des disparues et le point de vue de la police qui porte un regard totalement extérieur à l'affaire.

Prisoners

Le personnage de Keller, incarné par un Hugh Jackman surprenant, a tendance à devenir le personnage principal du film et à faire de l'ombre à Loki, ce qui n'est pas nécessairement positif dans le sens où Keller est un personnage excessif. Il incarne à lui seul ce que l'on peut appeler la culpabilité du survivant. Ainsi, il est meurtri par l'idée que la chair de sa chair ait pu subir quoique ce soit et il aurait préféré disparaître lui-même. Pour atteindre son objectif, il est prêt à tous les sacrifices.

Prisoners

Enfin, le thème de l'emprisonnement est largement traité dans le film. Le réalisateur explore toutes les facettes possibles. En effet, Keller est prisonnier de sa colère, son épouse est prisonnière de sa douleur au point de ne jamais arriver à se séparer de ses calmants, le couple Birch est prisonnier de sa peur, Alex est fait prisonnier par Keller après avoir été le prisonnier de Holly qui l'avait enlevé lorsqu'il était enfant. Enfin, les petites filles sont retenues prisonnières.

Prisoners

Pour conclure, Prisoners est un excellent thriller à l'ambiance sombre à souhait. De plus, le film parvient à inclure complètement le spectateur qui participe activement à l'enquête. Il est constamment invité à interpréter les indices, les paroles (d'Alex «elles n'ont pas crié jusqu'à ce que je m'en aille » ou de Joy « Tu étais là »)  et à émettre des hypothèses. Néanmoins, il faut quand même bien dire que même si les 2h30 du film passent rapidement, elles ne sont pas justifiées par rapport à ce que le réalisateur propose dans son métrage. Le film tend à s'étirer en longueur en tentant d'explorer les sentiments de Keller, de Loki et etc … Le reste du film est relativement classique et propose donc des fausses pistes qui déroutent le spectateur de la vérité. Enfin, on peut reprocher à Prisoners une approche peu subtile dans le sens où le film a tendance à être très manichéen. En effet, on a le père (Keller) qui se bat pour retrouver sa fille contre le père (Franklin) qui préfère laisser la police se charger de l'affaire. Keller s'oppose à la police qui met trop de temps à résoudre l'affaire. La tante d'Alex qui se révèle être la coupable est une psychopathe pour laquelle la moindre compassion est impossible. Le personnage d'Alex qui est à l'origine une victime n'est pas exploité à sa juste valeur dans le sens où il est essentiellement présenté comme un faux coupable. Enfin, et je terminerai sur ce point, le film ne va pas au bout de ses idées comme en témoigne cette dernière scène qui laisse clairement aux spectateurs le choix de faire mourir ou non Keller. Alors que Alex est une victime de sa tante, la question du futur des fillettes n'est jamais abordée, ce qui est vraiment regrettable dans le sens où les conséquences de cette affaire pourraient les rendre prisonnières de cet épisode de leur vie.

Erin

 
 
 

Photos du film :