Réalisé par : Thomas Vinterberg
Avec : Mads Mikkelsen, Thomas Bo Larsen
Sur un scénario de : Tobias Lindholm et Thomas Vinterberg avec une musique de : Nikolaj Egelund
Genre : Drame
Film Danois réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Après un divorce difficile, Lucas, quarante ans, a trouvé une nouvelle petite amie, un nouveau travail et il s'applique à reconstruire sa relation avec Marcus, son fils adolescent. Mais quelque chose tourne mal. Presque rien. Une remarque en passant. Un mensonge fortuit. Et alors que la neige commence à tomber et que les lumières de Noël s'illuminent, le mensonge se répand comme un virus invisible. La stupeur et la méfiance se propagent et la petite communauté plonge dans l'hystérie collective, obligeant Lucas à se battre pour sauver sa vie et sa dignité.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Le film commence sur une chasse aux cerfs à laquelle participent Lucas et ses amis. C'est l'occasion de se retrouver et de passer du bon temps entre amis. Lucas apparaît immédiatement comme un homme en léger retrait par rapport aux autres. En effet, de par son métier (il travaille dans un jardin d'enfants) Lucas fait figure de marginal. Il est le seul homme à travailler dans ce lieu. Lucas est un homme divorcé et célibataire, du moins au début du film, ce qui l'isole également du reste de la communauté composée de familles. Néanmoins, la vie suit son cours jusqu'au jour où tout va basculer.

La chasse

Un jour, la petite Klara, fait des révélations fracassantes à la directrice du jardin d'enfants. Avec ses mots, elle affirme que Lucas lui a montré son pénis en érection. Thomas Vinterberg prend le parti de montrer aux spectateurs que les affirmations de la petite Klara sont des mensonges puisque le réalisateur danois prend la peine de filmer les différentes étapes qui ont mené à ce mensonge. Ainsi, on se rend compte que la petite fille aime beaucoup Lucas, que le comportement dévoué de ce dernier lui apporte un vrai bien-être alors que ses parents se disputent constamment et la négligent. Par conséquent, lorsque Lucas repousse avec beaucoup de délicatesse les avances de la petite fille qui lui offre un cœur en bois, Klara vit ce moment comme un affront et un rejet douloureux. Sous le coup de l'émotion, la petite fille invente un mensonge pour se venger sans imaginer les conséquences dramatiques qui vont suivre. Mais comment une petite fille de cet âge peut-elle mentir et inventer l'image d'un sexe masculin en érection ? Klara n'invente rien, elle a bel et bien vu un pénis en érection que son frère lui a montré sur un écran tactile. Bref, c'est un concours de circonstances qui a mené Klara à ce mensonge terrible.

La chasse

Une fois ces affirmations lancées, le reste du film va se concentrer sur les propagations de la rumeur. Lucas qui était alors jusqu'ici bien intégré à la communauté, va se retrouver isolé puis traqué par ceux qui avaient été ses concitoyens. La chasse prend alors une nouvelle dimension. On passe de la chasse aux cerfs à la chasse aux sorcières. La vie de Lucas prend alors un tournant dramatique. Thomas Vinterberg s'emploie à montrer les différentes étapes de la propagation de la rumeur. La famille, les amis, les voisins puis les habitants du village se détournent tous de Lucas qui est alors considéré comme le mal en personne. Ainsi, peu à peu, Lucas se retrouve mis au banc de la société. Les regards deviennent sévères et accusateurs. Les murmures se font nombreux. Par la suite, le rejet devient plus franc lorsque l'on interdit à Lucas de mettre les pieds dans la supérette du coin, puis lorsque l'on refuse de le servir dans ce même lieu. Les mises en garde verbales font place aux menaces qui font rapidement elles-mêmes place aux actions. Bientôt ce sont les coups qui remplacent les mots. On se rend compte qu'alors qu'une fois que la machine est lancée, il est impossible de revenir en arrière même lorsque la petite Klara avoue qu'elle a menti, ce qui est considéré par les adultes comme une réaction de défense liée à la honte. Personne ne remet jamais en cause les accusations de la petite fille et par la suite des autres enfants qui disent tous avoir été attouchés dans une cave que Lucas ne possède pas. On comprend alors mieux les dires de Thomas Vinterberg qui affirme s'être inspiré des travaux d'un pédopsychiatre qui affirmait que la pensée se propageait comme un virus. Même lorsque la police relâche Lucas en démontrant qu'il n'a pas commis ce qui lui est reproché, le doute persiste et il est impossible d'imaginer que les enfants puissent avoir inventé une histoire aussi affreuse et liée à une activité réservée aux adultes. L'issue de ce drame semble alors toute tracée et on ne voit pas bien comment la situation pourrait s'arranger.

La chasse

C'est dans ces moments dramatiques que le personnage de Lucas interprété par un Mads Mikkelsen incroyable et justement primé au Festival de Cannes 2012 prend toute son ampleur. En effet, Lucas est un personnage extrêmement touchant dans sa manière d'aborder le problème. Il rayonne à chaque seconde par son humanité, sa douceur, son innocence et surtout par sa conviction et sa foi en la vérité et l'homme. Lucas affronte avec beaucoup de dignité les regards, les reproches les condamnations sans jamais se justifier d'un acte qu'il n'a pas commis. Il avance sans jamais se retourner comme en témoigne cette scène bouleversante à la supérette où Lucas revient chercher son panier de courses après avoir été passé à tabac par les employés qui refusaient de le servir. Ce comportement montre toute la grandeur de Lucas qui semble alors dominer la situation. Pourtant, le poids de l'accusation de toute une communauté est bien difficile à supporter mais pas autant que le regard de Théo, son meilleur ami et père de Klara. Les non-dits, bien plus nombreux que les accusations directes, sont insupportables et créent une atmosphère d'une rare lourdeur.

La chasse

Enfin, pour terminer sur le traitement de la rumeur dans La chasse, on ne peut être que choqué par le réalisme du film. Même si le film peut paraître manichéen à certains moments ; le bon Lucas contre la communauté aveuglée par la rumeur, La chasse retrace avec beaucoup de réalisme le mécanisme de la rumeur menant à la condamnation aveugle d'un homme innocent. Qui pourrait prétendre que les on-dits ne pèsent pas davantage que la justice aux yeux de la communauté ? En effet, ceux qui oseraient prétendre que le jugement impartial est un élément essentiel de la communauté seraient alors influencés par leur regard de spectateur sans jamais se questionner sur la réalité qui existe dans nos sociétés. A cet égard, la fin du film est particulièrement intéressante dans le sens où elle montre un retour à la normale pour Lucas et la communauté. Tout semble alors être redevenu comme avant. Néanmoins, et cela dépend de la sensibilité du spectateur, une certaine tension est palpable lorsque toute la communauté est rassemblée autour de Marcus, le fils de Lucas, le jour de son 16ème anniversaire correspondant à son droit de chasser. Les doutes que le spectateur peut avoir face à cette scène sont parfaitement légitimes dans le sens où un coup de feu en direction de Lucas va tout remettre en cause. Lucas a -t-il rêvé et se sent-il toujours persécuté ? Ce coup de feu est-il un moyen de rappeler à Lucas que personne n'a oublié cet épisode dramatique ? Quelqu'un a -t-il véritablement tiré sur Lucas ? Et si tel est le cas, qui a bien pu tirer sur Lucas ? Si on considère que quelqu'un a visé Lucas, alors tout porte à croire que cette personne à la silhouette fluette et jeune, pourrait être Marcus qui vient juste d'avoir le droit de chasser. Libre à vous d’interpréter ce coup de feu qui dans tous les cas marque pour Lucas un rappel à cet épisode qui a définitivement marqué tous les esprits.

La chasse

Pour conclure, Thomas Vinterberg signe un film riche et intéressant qui n'est pas sans rappeler Festen qui l'avait révélé aux yeux du grand public. En effet, comme dans Festen, le réalisateur s'emploie à montrer la société danoise dans ses aspects les plus sombres et montrer ce qu'il y a derrière les apparences. Autre point commun, les deux films se déroulent pendant des fêtes, l'anniversaire du patriarche pour Festen, les fêtes de fin d'année pour La chasse, ce qui permet dans les deux films de mettre en avant le poids des apparences. La chasse n'est pas seulement une démonstration en force du poids de la rumeur dans une petite communauté. C'est aussi un film plus ambitieux et plus complexe qui s'interroge sur la place de l'homme dans la société moderne. Quelle est la place de la virilité d'un homme aujourd'hui ? Dans La Chasse, la virilité est réservée à des moments bien précis comme la chasse ou le sexe. Elle s'exprime également à travers les coups donnés à Lucas. Bref, un regard relativement négatif est porté sur cette virilité qui ne semble pas avoir sa place dans la société moderne. Pourtant, c'est à travers cette virilité que l'homme s'exprime et existe. En effet, on ne peut que constater que la femme a un rôle prépondérant et négatif dans le film. La rumeur vient d'une petite fille qui ment. Elle se propage par le biais de la directrice du jardin d'enfants qui ne cherche pas vraiment à savoir et qui condamne immédiatement Lucas. C'est également une femme qui entraîne le meilleur ami de Lucas à douter de son innocence. En effet, on sent bien que Théo, le père de Klara n'est pas convaincu que Lucas ait touché sa fille mais il est entraîné par sa femme et le poids de la communauté avant de réaliser le soir de Noël qu'il commet une erreur. La nouvelle petite amie de Lucas doute également de lui. Enfin, l'ex-femme de Lucas s'oppose à ce que ce dernier voit son fils. Bref, la masculinité est mise à mal dans ce film et ne semble pouvoir s'exprimer que lors de la chasse, et peu importe de quelle chasse il s'agit.

Erin

 
 
 

Photos du film :