Réalisé par : John Carpenter
Avec : Amber Heard, Mamie Gummer, Danielle Panabaker, Laura-Leigh, Lyndsy Fonseca, Mika Boorem, Jared Harris
Sur un scénario de : Michael Rasmussen et Shawn Rasmussen avec une musique de : Mark Kilian
Genre : Horreur
Film Américain réalisé en 2011

 

 

Synopsis du film :
En 1966, Kristen, une jeune fille accusée d'avoir mis le feu à une ferme, est internée dans un hôpital psychiatrique. Elle y retrouve un groupe de patientes qui se disent victimes d'un fantôme apparaissant la nuit. Kristen qui n'aspire qu'à s'enfuir de cet endroit va se retrouver prise au piège par cet esprit maléfique.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Veuillez ne pas lire la critique si vous n'avez pas vu le film.

Pour son retour au cinéma, le grand John Carpenter signe un film en demi-teinte. En effet, The Ward se révèle être un film très conventionnel qui reprend la plupart des codes classiques de l'horreur : jump scares, reflets dans le miroir, passé douloureux et mystérieux. Néanmoins, on doit reconnaître que le réalisateur parvient à créer une ambiance angoissante à souhait au sein de cet hôpital psychiatrique. En jouant sur la structure du huis clos, Carpenter s'intéresse au thème de l'aliénation qu'il avait déjà traité dans L'antre de la folie. Pourtant, c'est là que le bas blesse. En effet, alors que le thème de l'aliénation se révèle être le coeur du film, le réalisateur ne se donne pas la peine d'intégrer des indices pour mettre le spectateur sur la piste. Au contraire, il prend un malin plaisir à l'égarer sur de fausses pistes. Ainsi, la piste surnaturelle est privilégiée pendant une grande partie du film et rien ne prépare le spectateur à la révélation finale. On pense alors qu'une femme enfermée et décédée à l'hôpital suite à des actes de torture cherche à se venger. Il n'en est rien. La révélation liée au passé de Kristen, le personnage principal du film, a beau être annoncée, on ne peut être que surpris lorsque l'on apprend que toutes les patientes de l'unité sont des personnages crées par Kristen pour compenser son traumatisme. On comprend mal comment on a pu en arriver là. On a beaucoup de mal à y croire même si l'idée est bonne à la base. On se rend alors compte que l'histoire du fantôme n'était qu'un prétexte permettant au réalisateur d'introduire des éléments horrifiques trop peu nombreux.

The Ward

The ward est un bon divertissement dont l'ambiance angoissante parvient à tenir le spectateur en haleine. Néanmoins, la mise en scène est trop déséquilibrée et trop imprécise pour parvenir à participer le spectateur.

Erin

 
 
 

Photos du film :