Réalisé par : Lindsay Anderson
Avec : Malcolm McDowell, David Wood, Richard Warwick, Christine Noonan
Sur un scénario de : David Sherwin avec une musique de : Marc Wilkinson
Genre : Drame
Film Britannique réalisé en 1968

 

 

Synopsis du film :
Des lycéens anglais se révoltent violemment contre le système éducatif et la discipline de fer de leur établissement. Ils vont même jusqu'à tirer sur la foule le jour de la remise des prix...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Palme d’or au Festival de Cannes en 1969, If comme son titre l'indique est immédiatement placé sous le signe de l'incertitude. Pour créer ce sentiment d'incertitude, Lindsay Anderson alterne les plans en couleur et les plans en noir et blanc sans véritable cohérence, ce qui est très déstabilisant pour le spectateur. Ainsi, If est caractérisé par l'alternance de scènes particulièrement réalistes et de scènes fantasmées.

If....

If est également un film profondément onirique dans le sens où de nombreuses scènes sont fantasmées par le héros du film. Ainsi, la révolte de Mick Travis et de ses amis apparaît bien trop violente et bien trop extrême pour pouvoir être réelle. Néanmoins, elle exprime le poids des frustrations de ces jeunes évoluant dans ce système scolaire poussiéreux et répressif. Ainsi, tout est prétexte à la répression : avoir des cheveux trop longs, discuter entre adolescents par exemple.

If....

Lindsay Anderson va au delà de la simple dénonciation d'un système scolaire top autoritaire, il tente de montrer les vices de la répression en mettant en scène les conséquences d'une telle éducation. A partir du moment où s'exprimer est devenu un crime, la frustration prend le dessus et le seul moyen de s'exprimer devient alors la violence. Ainsi, Mick Travis et ses amis se prendront pour des tireurs d'élite. Mick Travis et la serveuse du café ne trouveront pas d'autre moyen que de se comporter comme des tigres pour signifier leur attirance sexuelle. La question de l'homosexualité est également abordée en montrant la proximité des garçons et les relations particulières qui en découlent. L'intelligence de la mise en scène de Lindsay Anderson est donc de montrer que les méthodes violentes utilisées pour « éduquer » la jeunesse ne sont en réalité capables que d'engendrer la violence. C'est d'ailleurs ce que semble symboliser la scène d'entraînement militaire qui sera rappelée de manière ironique lors du massacre final.

If....

En dépit d'un propos très intéressant, If a quelques défauts indéniables. En effet, le film oublie complètement le spectateur. Ainsi, If ne se révèle pas être un film particulièrement agréable à regarder dans le sens où l'ensemble manque cruellement de cohérence notamment dans l'utilisation du point de vue. Néanmoins, If a des qualités indéniables, à commencer par son casting. Le jeune Malcolm McDowell électrise le film par sa présence et son jeu d'acteur. De plus, le scénario ne se contente pas de graviter autour de la révolution contre l'institution scolaire, il s'efforce aussi de traiter des rites établis au sein des groupes d'élèves.

Erin

 
 
 

Photos du film :