Réalisé par : Hirokazu Kore-eda
Avec : Koki Maeda, Ohshirô Maeda, Nene Ohtsuka, Joe Odagiri
Sur un scénario de : Hirokazu Kore-eda avec une musique de :
Genre : Drame
Film Japonais réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Au Japon, sur l’île de Kyushu, deux frères sont séparés après le divorce de leurs parents. L’aîné, Koichi, âgé de 12 ans, part vivre avec sa mère chez ses grands-parents au sud de l’île, tout près de l’inquiétant volcan Sakurajima. Son petit frère, Ryunosuke, est resté avec son père, guitariste rock, au nord de l’île. Koichi souhaite par-dessus tout que sa famille soit à nouveau réunie – même si cela doit passer par l’éruption dévastatrice du volcan ! Lorsqu’un nouveau TGV relie enfin les 2 régions, Koichi et son jeune frère organisent clandestinement un voyage avec quelques amis jusqu’au point de croisement des trains, où un miracle pourrait, dit-on, se produire… Verront-ils se réaliser leurs vœux secrets ?

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

I wish, nos vœux secrets raconte l'histoire de deux frères Koichi et Ryunosuke séparés depuis le divorce de leurs parents. Souffrant de cette séparation, les deux frères se lancent dans un projet un peu fou : voir les shinkansen (TGV) se croiser afin que leurs vœux respectifs se réalisent. Aidés de leurs amis respectifs, les deux frères organisent donc leur voyage clandestin afin de pouvoir se revoir et réaliser leurs vœux secrets. A partir de ce moment-là, Kore-Eda entraîne le spectateur dans un voyage à hauteur d'enfant. En effet, le spectateur est invité à vivre ce voyage comme s'il en faisait partie. Il n'est ni jugé ni grondé par les adultes qui ne dramatisent pas la situation. Le voyage des enfants qui tient du miracle (comme l'indique le titre japonais Kiseki) est fait de petits moments d'apprentissage de la vie desquels chacun ressortira grandi. En effet, on constate que le frère aîné Koichi qui souhaite par dessus tout que ses parents se remettent ensemble afin de pouvoir vivre à nouveau avec ceux qu'il aime se retrouve dans l'incapacité de hurler ce qu'il désire lorsque les deux trains se croisent. Ryunosuke souhaite quant à lui que son père réussisse dans la musique. Le réalisateur japonais propose donc aussi un voyage initiatique qui mène lentement vers l'âge adulte c'est à dire l'âge de la raison. En effet, sans s'en rendre compte, Koichi a parcouru un long chemin entre le début du film où il désirait l'explosion du volcan qui obligerait sa mère à rejoindre son père et la fin du film où il se retrouve sans vœu, comme s'il avait perdu ses rêves d'enfant. Il a préféré sauver le monde d'une explosion volcanique à la réunion de sa famille. Koichi a donc su dépasser sa peine et avancer pour se rendre compte que le bonheur ne résidait pas uniquement dans la réunion de la famille.

I wish - nos voeux secrets

Même si le film se concentre essentiellement sur Koichi et Ryunosuke, le réalisateur japonais ne néglige pas les seconds rôles. En effet, les amis des deux frères ont aussi des vœux à réaliser. Tous connaîtront des évolutions, prouvant ainsi qu'ils ont grandi. Ainsi, Makoto qui souhaitait devenir champion de base-ball a changé son vœu pour que son chien revienne à la vie. Takumi qui voulait épouser la documentaliste de son école choisit son père. Rento décide de demander à courir plus vite. Megumi souhaite toujours devenir actrice mais a compris que la famille est essentielle.

I wish - nos voeux secrets

De manière relativement classique, Kore-Eda aborde un thème cher au cinéma japonais : la relation entre la modernité et les traditions dans un Japon en constant mouvement. Cette relation est parfaitement illustrée par la séparation des parents qui apparaissent comme des personnes opposées. En effet, le père apparaît comme un éternel adolescent qui tente de gagner sa vie en jouant de la guitare alors que la mère semble être la garante d'une certaine éducation traditionnelle comme en témoigne la présence des grands-parents.

I wish - nos voeux secrets

I wish-nos vœux secrets est une belle fable qui se regarde avec un grand plaisir. En effet, ne pas être séduit par la spontanéité et la fraîcheur des deux frères Koki et Oshirô Maeda ? De plus, le film offre de beaux moments de poésie où l'insouciance de l'enfance domine. Par exemple, la rencontre avec un couple de retraités souffrant de ne pas voir leur fille et leur petite-fille relève du conte. La force de la réalisation de Kore-Eda est donc de parvenir à subtilement mélanger la fable à une triste réalité.

Erin

 
 
 

Photos du film :