Réalisé par : J Blakeson
Avec : Martin Compston, Eddie Marsan, Gemma Arterton
Sur un scénario de : J Blakeson avec une musique de : Marc Canham
Genre : Thriller
Film Britannique réalisé en 2010

 

 

Synopsis du film :
Dans un quartier huppé, deux hommes enlèvent une jeune femme : Alice Creed. Qui sont-ils ? Que veulent-ils ? Pourquoi elle ?

 
 

Analyse de film :

Critique :

Ne lisez pas cette critique si vous n'avez pas vu le film car cela gâchera votre plaisir lorsque vous aurez l'occasion de le découvrir.

La disparition d'Alice Creed est un film aussi ambitieux que prometteur bien qu'il ne parvienne pas à combler toutes les attentes du spectateur. Dans une ambiance minimaliste, J Blakeson commence son film au coeur de l'action. Ainsi, on est immédiatement plongé dans une histoire d'enlèvement. Néanmoins, les bonnes impressions cessent rapidement lorsque le réalisateur révèle rapidement le pot-aux-roses : pourquoi Alice Creed a été kidnappée ? Cela est vraiment dommage car toute la mise en scène du début du film ne laissait rien deviner des intentions de Danny. En effet, Danny est le fiancé d'Alice et il a décidé de l'enlever pour pouvoir soutirer de l'argent à son père. A partir de ce moment-là, le film suit une mécanique trop bien huilée qui ne laisse aucune place au suspense, ce qui semble être un élément attendu dans ce genre de film. On suit le schéma classique qui se résume à enlèvement, rançon, évasion de la victime, bagarre entre les deux kidnappeurs. Néanmoins, il faut reconnaître que le réalisateur réussit parfois à créer de vrais moments de tension (notamment lors de la scène de la découverte de la balle tirée par erreur).

La disparition d'Alice Creed

L'arrivée de cette révélation dans le film permet au réalisateur de changer complètement le rythme. Alors que l'action se déroulait dans une petite maison britannique, cette révélation permet aux personnages d'évoluer à l'extérieur. L'histoire prend alors une toute autre tournure. Alors qu'il s'agissait d'une simple histoire d'enlèvement, elle prend des tournures de triangle amoureux. En effet, pour amadouer Vic rencontré en prison, Danny est devenu son amant. Lorsque Vic se rend compte du plan de son amoureux, il rentre dans une rage folle et change lui aussi ses plans. On peut alors se demander si Vic en veut à Danny pour l'avoir trahi quant à l'issue de l'enlèvement ou s'il est davantage sensible à la trahison de nature amoureuse. La dernière scène du film, où l'on peut voir Vic, tendre à Alice les clés lui permettant de retrouver sa liberté, tend à faire penser que la trahison amoureuse a fait son chemin.

La disparition d'Alice Creed

La disparition d'Alice Creed ne manquait pas d'ambition. Néanmoins, les promesses attendues ne sont pas tenues car le film souffre de passages à vide, d'un manque évident de travail sur les relations entre les personnages. La performance de Gemma Arterton est à saluer car elle s'investit beaucoup dans le rôle d'Alice. Ses réactions physiques sont plus fortes que des mots, ce qui crée une émotion chez le spectateur.

Erin

 
 
 

Photos du film :