Réalisé par : Masaki Kobayashi
Avec : Michiyo Aratama, Misako Watanabe, Rentarô Mikuni, Tatsuya Nakadai, Keiko Kishi, Katsuo Nakamura, Tetsurô Tanba, Takashi Shimura, Kan'emon Nakamura
Sur un scénario de : Yôko Mizuki avec une musique de : Tôru Takemitsu
Genre : Fantastique
Film Japonais réalisé en 1964

 

 

Synopsis du film :
La chevelure noire : un samouraï est partagé entre deux femmes. Son indécision sera fatale a l'une d'entre elles. La femme des neiges : deux bûcherons endurent le sort qu'une femme mystérieuse a décidé pour eux. Hoichi : un musicien aveugle, qui a offensé l'esprit d'un samouraï, transforme son malheur en bonne fortune. Dans un bol de thé : à chaque fois qu'il consomme un bol de thé, un samouraï voit l'image de l'homme qu'il doit combattre dans le futur.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Prix spécial du Jury au Festival de Cannes 1965, Kwaidan (littéralement « histoires de fantômes ») est un film composé de quatre sketches : La chevelure noire, La femme des neiges, Hoichi, Dans un bol de thé. Ces histoires sont inspirées des récits de l'auteur irlandais Lafcadio Hearn qui se passionna pour le Japon et qui devint Koizumi Yakumo.

Les cheveux noirs

Les cheveux noirs raconte l'histoire d'un samouraï tombé dans la pauvreté et qui préfère abandonner son épouse pour tenter de refaire sa vie au lieu d'affronter les épreuves à ses côtés. Après s'être remarié avec une femme orgueilleuse, le samouraï décide de retrouver sa première épouse de laquelle il est encore amoureux et qui le hante depuis son départ. Bien que le fantôme se fasse attendre, le résultat n'est pas décevant. Une nuit, le samouraï revient chez lui et retrouve son épouse. C'est avec émotion que l'on découvre que rien n'a changé et que sa femme ne semble avoir fait qu'attendre son retour. Après avoir passé la nuit avec elle, le samouraï se réveille dans l'horreur la plus complète. Ce n'est plus la femme qu'il avait quitté qui se trouve à ses côtés mais sa dépouille. Le choc est terrible au point que le samouraï se mette soudainement à vieillir. Le mélange d'horreur et d'amour au delà de la mort est efficace puisque l'on ressent des sentiments contraires.

Kwaidan

La femme des neiges

Ce segment raconte l'histoire de deux bûcherons pris au piège dans une tempête de neige. Gelés, ils se réfugient dans une cabane où ils font une étrange rencontre. En effet, une femme à la peau aussi blanche que la neige, aux cheveux longs et noirs et portant un kimono blanc fait son apparition et gèle l'un des deux bûcherons. Elle épargne le plus jeune des bûcherons en lui demandant de ne jamais raconter cet événement. Après cette rencontre, le bûcheron reprend la route et rencontre une jeune fille seule qui compte se rendre à Edo. Sous le charme, il lui propose de l'accueillir chez lui pour la nuit. Finalement, cette jeune femme deviendra son épouse et lui donnera trois enfants. Le bûcheron et sa famille vivent une vie heureuse. La beauté de la mère de famille semble éternelle comme si elle ne vieillissait pas. Un soir, le bûcheron se rend compte de la ressemblance de son épouse avec cette étrange femme qu'il avait rencontré dans la cabane. Il décide alors de lui raconter toute l'histoire. La femme n'a pas tout à fait la réaction attendue puisqu’elle révèle être yuki-onna (la femme des neiges.) En colère, elle quitte la maison et rejoint la tempête de neige en faisant jurer à son mari de veiller sur les enfants, sans quoi elle reviendrait personnellement s'occuper de lui. Ce métrage est intéressant car il aborde plusieurs thématiques : la rencontre entre les humains et les créatures surnaturelles, la famille, l'amour et la mort. Ainsi, à la fin de cette partie, on ne peut s'empêcher de se demander combien d'hommes le fantôme a attiré avec cette ruse et combien de familles ont été crées de cette manière. La femme des neiges se base essentiellement sur le visuel pour parvenir à créer une ambiance aussi glaciale qu'efficace. En effet, l'omniprésence de la couleur blanche, symbole de la mort au Japon, rappelle que les fantômes ne sont jamais loin. On ne peut pas non plus échapper aux peintures crées pour représenter le ciel où se cachent des yeux observant la scène. Cet élément de mise en scène inscrit un peu plus le métrage dans une atmosphère surnaturelle dans le sens où ces yeux peuvent rappeler les mokumokuren c'est à dire des esprits vivant dans les murs.

Kwaidan

Hoichi

Hoichi sans oreilles est la plus longue partie du film. Même si elle mérite le coup d’œil pour sa mise en scène, la longueur du métrage lui porte préjudice. Cette partie s'ouvre sur le récit de la bataille de Dan-no-ura (1185) jouée et chantée par Hoichi, un joueur de biwa aveugle. Dès le début, Masaki Kobayashi inscrit son métrage dans la tradition puisqu'il était courant au XII ème siècle que des musiciens aveugles chantent l'épopée Heike monogatari. Hoichi est plutôt doué dans l'art du biwa puisqu'il parvient à attirer les fantômes des morts de la bataille Dan-no-ura qui l'invite à la cour pour chanter chaque nuit. Aveugle, Hoichi ne sait pas qu'il chante pour des spectres jusqu'au jour où le révérend le fait suivre. La vérité est alors révélée et il est alors temps de préserver Hoichi de la prochaine venue du fantôme. Les incantations d'un Sutra sont alors inscrites sur tout le corps de Hoichi à l'exception de ses oreilles. Lorsque le fantôme revint, il se mit à chercher Hoichi mais ne trouva que ses oreilles flottant dans les airs. Afin de prouver qu'il était bien allé chercher Hoichi, le fantôme décida de lui couper les oreilles. La reconstitution de la bataille et les conséquences de la défaite de l'un des deux camps offrent de beaux moments visuels. On pense notamment à toutes ces personnes se jetant une par une dans une eau rouge sang.

Kwaidan

Dans un bol de thé

Segment le plus court du film, Dans un bol de thé est aussi le moins passionnant. Cette partie raconte donc l'histoire d'un auteur qui découvre un visage dans son bol de thé. Peu de temps après, l'homme apparu dans le thé se trouve devant lui. La matérialisation de cette vision est sans aucun doute un élément effrayant. Enfin, notons que le fil conducteur de cette histoire est la question Pourquoi de nombreuses histoires sont-elles inachevées ? Cette interrogation suggère une influence mutuelle entre l'histoire et son auteur, et une construction continue de ces histoires au fil des lectures, ce qui dévie un peu du sujet même des apparitions fantomatiques.

Kwaidan

En dépit de la qualité inégale des quatre segments qui composent Kwaidan, le film est tout de même convaincant puisqu'il parvient à créer une ambiance propre. En ne choisissant pas d'appuyer les aspects fantastiques et surnaturels des histoires, Masaki Kobayashi suggère qu'il s'agit moins de présences surnaturelles dans la vie des humains que des humains eux mêmes. En effet, les différentes rencontres avec les fantômes permettent de mettre en avant des défauts typiquement humains tels que la lâcheté, la cupidité et l'égoïsme dans Les cheveux noirs notamment. On apprécie l'effort de cohésion mis en place par le réalisateur. En effet, les segments ne partagent pas seulement le thème du surnaturel, ils partagent aussi le thème du passé qui hante jusqu'à l'aliénation. Ainsi, le samouraï de Les cheveux noirs est hanté par sa propre culpabilité mais aussi par l'épouse qu'il a tant aimé, le jeune homme de La femme des neiges est hanté par l'image de la femme des neiges qui lui a laissé la vie sauve. Dans Hoïchi, les fantômes sont obsédés par leur propre passé et aiment écouter Hoichi leur conter leur histoire. Dans un bol de thé, l'homme apparaissant dans la tasse de thé vient se venger d'une action passée.

Erin

 
 
 

Photos du film :