Réalisé par : Nigel Cole
Avec : Sally Hawkins, Bob Hoskins, Miranda Richardson, Rosamund Pike, Andrea Riseborough, Jaime Winstone, Geraldine James, Rupert Graves
Sur un scénario de : William Ivory avec une musique de : David Arnold
Genre : Comédie dramatique
Film Britannique réalisé en 2011

 

 

Synopsis du film :
Au printemps 68 en Angleterre, une ouvrière découvre que, dans son usine, les hommes sont mieux payés que les femmes. En se battant pour elle et ses copines, elle va tout simplement changer le monde...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Les britanniques excellent dans la comédie sociale. We want sex equality est une nouvelle réussite du cinéma britannique. Le film s'intéresse à la véritable histoire des 183 ouvrières des usines Ford de Dagenham (Angleterre) qui ont décidé, en 1968, de faire la grève comme les hommes, afin de protester comme la rétrogradation de leur statut et contre l'inégalité du salaire entre les hommes et les femmes. En effet, ces 183 femmes ont réalisé que la rétrogradation de leur statut n'avait rien à voir avec leur travail (Ford avait décidé de les considérer comme des salariées non qualifiées) mais avec leur sexe. Alors que ce problème de société n'est toujours pas réglé, Nigel Cole a le mérite de s'intéresser à un sujet jusque là peu abordé le cinéma : l'égalité de salaire entre les hommes et les femmes.

We Want Sex Equality

Sally Hawkins est l'atout majeur du film. Elle incarne une femme de la classe ouvrière qui prend petit à petit conscience de son pouvoir. Déterminée, elle ne recule pas devant les divers sacrifices que la cause qu'elle défend lui demandent. Le film parvient à proposer une démarche intéressante lorsque le mari de Rita se retrouve dans la position de la mère de famille qui en plus de travailler gère l'argent du foyer, le linge, la cuisine et les enfants.

Barbara Castle, secrétaire à l'emploi et à la productivité lors de la grève, est également un personnage intéressant même si elle reste très secondaire. Incarnation de la femme à poigne par excellence, elle est à l'origine de la loi sur l'égalité salariale qui passera un an plus tard en 1969.

We Want Sex Equality

L'un des points faibles du film réside dans le fait que We want sex equality repose essentiellement sur les épaules de la fantastique Sally Hawkins qui incarne Rita, la meneuse du groupe. En se focalisant sur un seul personnage, le réalisateur commet l'erreur de ne pas considérer le problème de l'égalité des salaires comme un mouvement collectif. De plus, le personnage de Rita n'est pas assez fort pour supporter une telle mise en avant. Le problème majeur de We want sex equality réside donc dans son manque évident d'ambition. Considérant son film comme une comédie ou comme un feel good movie, Nigel Cole ne parvient pas à donner une dimension supplémentaire à son métrage. Bref, il échoue là où The Full Monty de Peter Cattaneo avait réussi. La dimension sociale a souvent tendance à être oubliée afin de privilégier l'émotion et la comédie.

Autre point faible : le parti pris de filmer en noir et blanc pour donner une impression de réalité aux témoignages des femmes du mouvement n'est pas une réussite. Cela donne au film un aspect assez kitsch et vieilli.

We Want Sex Equality

Le film est une comédie agréable à regarder. Les personnages, quoique qu'un peu superficiels, sont des femmes pétillantes. Leur bourde qui consistait à ne dévoiler qu'une partie de la banderole laissant ainsi lire « we want sex » (nous voulons du sexe) est à leur image : drôle et maladroite.

Erin

 
 
 

Photos du film :