Réalisé par : Dany Boon
Avec : Benoit Poelvoorde, Dany Boon, Julie Bernard, François Damiens, Karin Viard, Bouli Lanners, Olivier Gourmet, Zinedine Soualem, Laurent Gamelon, Guy Lecluyse
Sur un scénario de : Dany Boon avec une musique de : Philippe Rombi
Genre : Comédie
Film Français réalisé en 2010

 

 

Synopsis du film :
1er janvier 1993 : passage à l’Europe. Deux douaniers, l’un belge, l’autre français, apprennent la disparition prochaine de leur poste frontière situé dans la commune de Courquain France et Koorkin Belgique. Francophobe de père en fils et douanier belge trop zélé, Ruben Vandevoorde (Benoît Poelvoorde) se voit contraint et forcé d’inaugurer la première brigade volante mixte franco-belge. Son collègue français, Mathias Ducatel (Dany Boon), considéré par Ruben comme son ennemi de toujours, est secrètement amoureux de sa sœur. Il surprend tout le monde en acceptant de devenir le co-équipier de Vandevoorde et sillonner avec lui les routes de campagnes frontalières à bord d’une 4L d’interception des douanes internationales.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Après le succès colossal rencontré avec Bienvenue chez les Ch'tis, Dany Boon reprend les ingrédients qui ont fait son succès et les réutilisent pour Rien à déclarer. Ainsi, on retrouve des personnages du peuple dont les traits sont grossis au maximum, une histoire simple basée sur l'évolution des personnages et d'une situation a priori inchangeable, une rencontre entre deux cultures et des bons sentiments. Même si cette recette qui attire le public en salles peut en agacer plus d'un, il est nécessaire de reconnaître que le nouveau film de Dany Boon tient sa promesse : divertir.

Rien à déclarer

Le point fort du film est sans aucun doute Benoît Poelvoorde qui donne vie au personnage de Ruben Vandevoorde, un douanier francophobe. Certes, l'acteur en fait des tonnes et ne manque jamais une occasion de prouver sa francophobie mais les situations parviennent généralement à faire rire et ce n'est déjà pas si mal. En revanche, le personnage de Mathias Ducatel manque cruellement de consistance, ce qui a pour conséquence de faire de lui le « gentil » de l'histoire par opposition à Ruben « le méchant » raciste. Les seconds rôles sont sous-exploités. Seuls quelques uns se détachent du lot (le chauffeur de l'ambulance, la propriétaire du bar).

Rien à déclarer

Côté réalisation, c'est un peu le désert. Dany Boon ne réinvente pas les codes de l'humour et ne met pas réellement en scène. Il filme des situations cocasses mais lui en demande-t-on de faire davantage ? Ce qui domine dans les films de Dany Boon, c'est l'honnêteté dans sa manière d'aborder les ruptures entre les personnes et les préjugés. Ainsi, même si l'histoire d'amour entre Mathias et sa copine belge est un peu plate, elle est au final le meilleur moyen d'aborder frontalement les préjugés.

Rien à déclarer

Enfin, beaucoup ont reproché à Dany Boon de s'intéresser à une histoire improbable qui se focalise donc sur les relations franco-belges. Il faut rappeler que le film se passe en 1993 c'est à dire 20 ans en arrière bien avant que les frontières soient ouvertes. Les relations entre les personnes étaient bien différentes d'aujourd'hui et les citoyens appartenaient avant tout à leur nation avant d'appartenir à l'Europe. Aujourd'hui, la situation a évolué et nombre de citoyens se sentent européens.

Erin

 
 
 

Photos du film :