Réalisé par : Brian De Palma
Avec : Rachel McAdams, Noomi Rapace, Karoline Herfurth, Paul Anderson
Sur un scénario de : Brian De Palma avec une musique de : Pino Donaggio
Genre : Thriller
Film Américain réalisé en 2013

 

 

Synopsis du film :
Deux femmes se livrent à un jeu de manipulation pervers au sein d'une multinationale. Isabelle est fascinée par sa supérieure, Christine. Cette dernière profite de son ascendant sur Isabelle pour l'entraîner dans un jeu de séduction et de manipulation, de domination et de servitude.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Cette critique révèle l'intrigue du film. Veuillez ne pas la lire si vous n'avez pas vu le film.

Avec Passion, Brian De Palma revient à ses thèmes de prédilection : la manipulation, l'illusion et la dualité. Il va même jusqu'à ajouter une intrigue liée à la gémellité comme il l'avait déjà fait dans Sœurs de sang (1973). Passion est la version de De Palma du film Crime d'amour d'Alain Corneau.

Dès le début du film, le réalisateur instaure une tension sexuelle, voire lesbienne, palpable. On sent qu'il y a du désir entre Christine et Isabelle. Isabelle est en admiration devant sa supérieure Christine qui est une femme froide et calculatrice. En effet, cette dernière n'hésite pas à s'approprier le travail d'Isabelle sans aucun scrupule. La domination sexuelle se double de la supériorité hiérarchique.

Passion

La passion du film se déroule d'abord par procuration. En effet, Dirk, le seul homme du film couche à la fois avec Christine et Isabelle et opère une jonction perverse entre les deux femmes. Ainsi, le montage tend à montrer que lorsque Isabelle fait l'amour avec Dirk, l'amant de Christine, cette dernière fait l'amour par procuration avec sa supérieure. Cette situation prendra toute son importance à la fin du film dans le sens où tout est mis en place pour faire accuser Dirk du meurtre de Christine.

Passion

Le thème du double occupe une grande place dans Passion. En effet, dès le début du film, on peut voir Isabelle faire l'amour avec un homme portant un masque d'elle même. Le narcissisme de Christine semble alors atteindre son comble. Fait-elle l'amour avec elle-même ? Puis, cette dernière introduit l'élément le plus mystérieux de toute l'histoire : sa supposée sœur jumelle répondant au nom de Clarissa.

Passion

Le réalisateur use de divers outils pour mettre en avant différents points de vue. A cet égard, il est intéressant de noter que le film s'intéresse dans un premier temps au personnage de Christine. Juste avant et juste après le meurtre, c'est au personnage de Isabelle de se développer. Enfin, juste après le meurtre un autre personnage Dani vient rejoindre le couple Christine-Isabelle. L'introduction de Dani ajoute considérablement une tension lesbienne dans le film puisqu'il devient clair que le but de la manipulation est le sexe. Alors que Isabelle apparaissait comme une victime pendant toute la première partie du film, la dernière partie du métrage s'emploie à montrer sa véritable nature, pas si éloignée de celle de Christine. En préméditant le meurtre de Christine, Isabelle prouve à quel point elle est froide et calculatrice. Mais alors que l'on pense que Isabelle a habilement tiré toutes les ficelles, on se rend compte que Christine n'a pas dit son dernier mot, du moins c'est ce que s'imagine Isabelle. A son enterrement, la jumelle de Christine apparaît derrière d'épaisses lunettes de soleil. Clarissa la jumelle existe-t-elle vraiment ? Est-ce réellement Clarissa ? Christine aurait-elle pu faire assassiner sa jumelle à sa place ? Toutes ces questions mèneront à l'aliénation d'Isabelle. En effet, la scène de l'enterrement n'est qu'un rêve fait par Isabelle. Cette scène propose un détail intéressant. Si on regarde attentivement la scène, on peut se rendre compte qu'il est inscrit sur la couronne de fleurs : Clarissa, ce qui voudrait dire que c'est bel et bien Clarissa qui a été assassinée et non Christine. Bien qu'il ne s'agisse que d'un rêve, le mystère reste entier. Enfin, dernière remarque concernant le point de vue : Brian De Palma utilise abondamment le split-screen qu'il avait déjà popularisé dans les années 1970 afin de montrer une même scène de deux points de vue différents. Ainsi, Brian De Palma ne se contente pas de recycler les matériaux qui ont fait son succès, il les adapte à un univers résolument moderne. Ainsi, le voyeurisme passe par toute sorte d'écrans (de téléphone, d'ordinateur, caméra de surveillance et etc …) Cet espionnage constant apparaît à la fois comme profondément malsain et comme une source potentielle de domination et de pression.

Passion

Passion marque donc le retour de Brian De Palma qui prouve qu'il n'a rien perdu de son talent de metteur en scène lorsqu'il retrouve ses thèmes favoris. Porté par un duo d'actrices (Rachel McAdams et Noomi Rapace) qui fonctionne à merveille, Passion est un film haletant et troublant.

Erin

 
 
 

Photos du film :