Réalisé par : Sofia Coppola
Avec : Katie Chang, Israel Broussard, Emma Watson, Claire Julien, Taissa Farmiga, Gavin Rossdale, Leslie Mann
Sur un scénario de : Sofia Coppola avec une musique de : Daniel Lopatin et Brian Reitzell
Genre : Comédie dramatique
Film Américain réalisé en 2013

 

 

Synopsis du film :
À Los Angeles, un groupe d’adolescents fascinés par le people et l’univers des marques traque via Internet l’agenda des célébrités pour cambrioler leurs résidences. Ils subtiliseront pour plus de 3 millions de dollars d’objets de luxe : bijoux, vêtements, chaussures, etc. Parmi leurs victimes, on trouve Paris Hilton, Orlando Bloom et Rachel Bilson. Les médias ont surnommé ce gang, le "Bling Ring".

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Film d'ouverture de Un Certain Regard au dernier Festival de Cannes, The Bling Ring raconte les aventures d'un groupe de lycéens qui a cambriolé les maisons de célébrités à Los Angeles. Tiré d'une histoire vraie et inspiré de l'article « Les suspects portaient des Louboutin » publié dans Vanity Fair, The Bling Ring prend ces cambriolages comme point de départ pour analyser les dérives d'une génération ayant grandie avec les écrans et les réseaux sociaux. C'est ce que confie d'ailleurs Sofia Coppola : "C’était incroyable, et ça mettait en scène de jolis gamins qui tournaient mal, dans un univers glamour. Leurs mots m’ont frappée : ils avaient l’air de penser qu’ils n’avaient rien fait de mal, et ils s’intéressaient surtout à la notoriété que leur avaient apportée les vols. L’histoire disait beaucoup de choses de l’époque, et du fait de grandir à l’âge de Facebook et Twitter."

The Bling Ring

Sofia Coppola se retrouve donc une nouvelle fois à filmer la jeunesse et son ennui. En effet, les cambriolages ont beau apporté un certain plaisir aux adolescents, ils ne parviennent pas à palier à l'ennui de ces adolescents qui semblent ne vivre que par écrans interposés. Contrairement à ses habitudes, la réalisatrice ne filme pas l'ennui à travers l'immobilisme mais s'intéresse cette fois aux mouvements. Ainsi, le montage se révèle être relativement rapide et répétitif. Le plaisir des premiers cambriolages s'érode au fil du temps, ce que Sofia Coppola semble signaler en filmant l'un des derniers cambriolages en plan fixe. Les cambriolages tout comme les fêtes arrosées et l'usage de cocaïne s'enchaînent et se ressemblent au point de créer une certaine lassitude. Mais n'est ce pas justement ce que la réalisatrice cherche à montrer ? En dépit de l'action, c'est donc bel et bien la vacuité de la vie de ces adolescents qui est mise en avant. Mais là où le film gagne en grandeur, c'est lorsqu'il parvient à dépasser le stade du cas personnel pour parler d'une génération sacrifiée sur l'autel de l'apparence glorifiée par les réseaux sociaux où il est possible de s'inventer une nouvelle vie et par les célébrités éphémères issues des télé réalités.

The Bling Ring

Sofia Coppola a l'intelligence de ne jamais juger ses personnages tout en apportant un regard critique sur leurs motivations. Ainsi, la réalisatrice prouve qu'elle a été capable de faire évoluer son art en cessant d'aimer inconditionnellement ses personnages. Dans son nouveau film, la réalisatrice saisit la force du groupe. Ainsi, on voit petit à petit le groupe se former et les différents membres être pris dans la frénésie des cambriolages. Ce qui frappe immédiatement c'est l'envie d'assouvir immédiatement leurs désirs et de briller dans les sphères huppées de la société de Los Angeles. Et puis, évidemment il y a ce sentiment d'impunité qui est absolument stupéfiant. Nous reviendrons sur ce point. En dehors de cette dynamique de groupe, les personnages sont individualisés. La meneuse du groupe est clairement Rebecca qui a pris pour habitude de s'introduire dans les voitures ou les maisons laissées ouvertes. Alors que la jeune fille apparaît plutôt sympathique au début du film, le cours du film dévoile une facette de sa personnalité beaucoup plus sombre. En effet, Rebecca semble bel et bien être la seule du groupe à comprendre que le cambriolage n'est pas correct. C'est la seule qui comprend qu'il est temps de prendre ses distances par rapport à Los Angeles et qui s'envole pour le Nevada avec son butin. De plus, Rebecca se révèle être une manipulatrice hors pair pour qui l'amitié n'est qu'une idée abstraite. Sa première victime sera Marc, un adolescent mal dans sa peau qui pense avoir trouvé une amie en Rebecca. Amoureux de la jeune fille, il se laisse entraîner dans l'aventure. Le personnage de Nicki, incarné par Emma Watson, est intéressant. Élevée par une mère croyant en une philosophie obscure, Nicki rêve de devenir une célébrité. Son personnage est sans aucun doute celui qui est le plus influencé par les célébrités et leur gloire. Aveuglée par les paillettes, la personnalité réelle de Nicki semble avoir été absorbée par son imitation des célébrités qu'elle admire. A cet égard, sa déclaration à l'entrée du tribunal est plutôt parlante. De plus, ses ambitions sont très proches de celles des célébrités qui s'intéressent soi disant à la charité ou aux actions humanitaires. Enfin, Nicki apparaît à la fois comme mythomane et opportuniste dans le sens où elle est la seule du groupe à vouloir tirer profit de son arrestation.

The Bling Ring

En dépit d'une musique insupportable, The Bling Ring se révèle être un film sensible et intelligent qui s'intéresse à un phénomène de société récent : les rêves de gloire à travers la communion avec les célébrités. Los Angeles, la cité des anges apparaît comme un personnage à part entière dans le film. En effet, cette histoire ne semble pouvoir se dérouler que dans cette ville que les célébrités affectionnent. Notons que Sofia Coppola réussit à apporter un certain réalisme à son film en utilisant les caméras de surveillance, les écrans d'ordinateur ou de téléphone. De plus, certaines scènes ont réellement été tournées dans la maison de Paris Hilton qui avait été victime du Bling Ring.

Erin

 
 
 

Photos du film :