Réalisé par : Wes Craven
Avec : Robert Englund, Heather Langenkamp, John Saxon, Ronee Blakley, Johnny Depp, Jsu Garcia, Amanda Wyss
Sur un scénario de : Wes Craven avec une musique de : Charles Bernstein
Genre : Horreur
Film Américain réalisé en 1984

 

 

Synopsis du film :
Nancy est une jeune adolescente qui fait régulièrement des cauchemars sur un homme au visage brûlé, avec un vieux pull déchiré et cinq lames tranchantes à la place des doigts. Elle constate d'ailleurs que parmi ses amis, elle n'est pas la seule à faire ces mauvais rêves. Mais bientôt, l'un d'entre eux est sauvagement assassiné pendant son sommeil. C'est ainsi que le groupe fait la connaissance de l'ignoble Freddy Krueger, qui se sert des cauchemars pour assassiner les gens qui rêvent de lui. Nancy comprend qu'elle n'a plus qu'une seule solution : si elle veut rester en vie, elle doit rester éveillée...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

"Un, deux, Freddy te couperas en deux,
Trois, quatre, remonte chez toi quatre à quatre,
Cinq, six, n’oublie pas ton crucifix,
Sept, huit, surtout ne dors pas la nuit,
Neuf, dix, il est caché sous ton lit."

En s'inspirant d'un fait divers, Wes Craven crée en 1984 Freddy Krueger, un personnage qui deviendra mythique dans le monde de l'horreur. En effet, le personnage est l'une des principales réussites du film. Avec son pull rayé rouge et vert, son chapeau, ses lames de rasoir en guise d'ongles et son aspect de grand brûlé, Freddy a tout du personnage culte. Ajoutons à cela une démarche à mi chemin entre l'homme et l'animal et on obtient un personnage terrifiant et reconnaissable entre tous. Freddy Krueger est d'autant plus mythique qu'il est la figure du croque-mitaine.

Le croque-mitaine a été crée pour faire peur aux enfants et les rendre sages. Représentant l'interdit, il n'existe que lorsque les enfants y croient. Cette caractéristique est très présente dans le film de Wes Craven dans le sens où, dans un premier temps, Freddy n'existe que dans l'esprit des victimes. Nancy se débarrasse momentanément de Freddy lorsqu'elle comprend que ses peurs et sa croyance en elles font apparaître Freddy. Or, nous verrons plus tard qu'il y a une part de réalité chez Freddy.

Freddy : chapitre 1 : les griffes de la nuit

Freddy a un mode opératoire un peu particulier. Il utilise les cauchemars pour tuer des adolescents pubères. Peu à peu, la frontière entre la réalité et la fiction est abolie. Les rêves s'invitent dans la réalité et vice et versa. Ce mélange donne lieu à des scènes mémorables. On pense notamment à Nancy qui fait un terrible cauchemar en plein cours de littérature ou encore aux meurtres de Tina secouée jusqu'au plafond et de Glen littéralement aspiré par son lit et transformé en fontaine de sang.

Freddy : chapitre 1 : les griffes de la nuit

En plus de développer un univers propre (la chaufferie) et de jouer sur les caractéristiques du slasher (lutte entre le Bien et le Mal, vengeance post-mortem ...), Freddy : les griffes de la nuit développe une certaine psychologie ce qui empêche les personnages d'être creux. Ainsi, le réalisateur se sert de l'histoire des parents qui ont décidé de faire justice eux-mêmes en tuant Freddy Krueger un assassin d'enfants qui sévissait dans leur quartier. Cette histoire est utilisée pour expliquer en partie les meurtres. Wes Craven opère un subtil mélange entre l'histoire de vengeance et la critique de la sexualité de la jeunesse qui se débride depuis les années 1970. Comme d'habitude, la jeune vierge Nancy est l'héroïne du film. Notons tout de même que sa combativité et son intelligence sont relativement rares chez les héroïnes des films d'horreur. Ce lien entre la sexualité et les meurtres est rendu explicite avec le meurtre de Tina. Cette dernière meurt seulement quelques instants après avoir eu un rapport sexuel bruyant.

Il est possible de voir dans le film une peur adolescente de la sexualité. En effet, les victimes sont généralement sexuées. Les crimes ont lieu dans les endroits les plus intimes possibles : l'inconscient et la chambre. Les griffes de Freddy ont une forme allongée pouvant rappeler à certains égards la prolongation d'un phallus. Les attaques de Freddy peuvent faire écho à la perte de virginité. La pénétration des griffes dans la peau peuvent s'apparenter à la pénétration vaginale (dans le cas de la perte de la virginité) qui ont toutes deux pour conséquence de faire couler du sang. Ce n'est qu'une hypothèse mais l'apparition des griffes de Freddy entre les cuisses de Nancy dans son bain ont tendance à nous faire penser qu'il y a bel et bien un lien entre ces thèmes.

Freddy : chapitre 1 : les griffes de la nuit

Mais le film va au delà de ces thèmes classiques. Wes Craven s'attaque aussi à la famille. La famille de Tina est fragile puisqu'il n'y a pas d'homme à la maison. La famille de Nancy souffre d'un certain déséquilibre dans le sens où la mère de famille est une alcoolique qui s'est réfugiée dans l'alcool sans doute pour oublier sa responsabilité dans le meurtre de Freddy.

Pour conclure, Freddy : les griffes de la nuit est un excellent film, porté par un maquillage exceptionnel réalisé par David Miller et la musique effrayante de Charles Bernstein. Les effets spéciaux de l'époque ont vieilli mais restent efficaces.

Erin

 
 
 

Photos du film :