Réalisé par : David O. Russell
Avec : Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro, Jacki Weaver, Chris Tucker, Shea Whigham, John Ortiz, Julia Stiles, Dash Mihok
Sur un scénario de : David O. Russell avec une musique de : Danny Elfman
Genre : Comédie dramatique
Film Américain réalisé en 2013

 

 

Synopsis du film :
La vie réserve parfois quelques surprises… Pat Solatano a tout perdu : sa maison, son travail et sa femme. Il se retrouve même dans l’obligation d’emménager chez ses parents. Malgré tout, Pat affiche un optimisme à toute épreuve et est déterminé à se reconstruire et à renouer avec son ex-femme. Rapidement, il rencontre Tiffany, une jolie jeune femme ayant eu un parcours mouvementé. Tiffany se propose d’aider Pat à reconquérir sa femme, à condition qu’il lui rende un service en retour. Un lien inattendu commence à se former entre eux et, ensemble, ils vont essayer de reprendre en main leurs vies respectives.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Happiness therapy ou la thérapie du bonheur, un titre bien énigmatique pour une comédie romantique des plus classiques. Le film raconte donc l'histoire de Pat, un homme qui a disjoncté après avoir surpris sa femme avec son amant. Diagnostiqué bi-polaire, Pat a subi un traitement de choc. De retour chez ses parents, Pat doit affronter la réalité. Il rencontre bientôt Tiffany (Jennifer Lawrence), une fille blessée et complètement folle. Si Bradley Cooper livre une réelle performance d'acteur, passant de la colère à la joie en un clin d'œil, la performance de Jennifer Lawrence est bien plus contestable. Récompensée de l'Oscar de la meilleure actrice cette année, Lawrence opte pour un rôle à contre-emploi et même si elle livre une performance correcte, il n'y a rien d'impressionnant.

Happiness Therapy

Happiness therapy est bien moins réussi que The Fighter, le précédent opus de David O Russell. Alors que The Fighter proposait une véritable réflexion sur les rapports familiaux, Happiness therapy se contente d'enchaîner les situations comiques. Ainsi, l'obsession du père de Pat pour la chance que son fils est censé lui apporter n'aboutit jamais. Que cache cette obsession ? Il est fort possible qu'elle cache une frustration paternelle peut être liée à l'idée qu'il n'a pas passé assez de temps avec son fils ou alors à l'idée qu'il n'a pas été assez démonstratif dans son amour paternel. On regrette également le non-développement du personnage de l'ami qui s'échappe sans arrêt de l'asile (Chris Tucker) et qui apporte de vrais moments comiques. Ces exemples illustrent parfaitement le traitement que David O Russell réserve aux personnages secondaires de son film. La plupart d'entre eux passent tout simplement à la trappe afin de se concentrer sur l'amourette entre Pat et Tiffany. Les rapprochements et les éloignements successifs sympathiques dans un premier temps deviennent rapidement lassants.

Happiness Therapy

La double morale du film est loin d'être fine. Le concours est pour Pat un moyen de se dépasser. Ce n'est pas anodin pour un homme dont la devise personnelle est Excelsior. Cette entrée n'est pas non plus traitée dignement dans le film car elle permet d'introduire une réflexion sur la chance et la destinée. La seconde partie de la morale concerne directement le traditionnel happy-end américain qui démontre qu'il est possible de réussir en dépit de ses différences car ces mêmes différences sont la source essentielle de la force.

Happiness Therapy

Happiness Therapy reste néanmoins une comédie agréable à regarder même si elle n'évite pas tous les clichés de la comédie. En revanche, il est possible que ce film soit représentatif d'un nouveau style de comédie que l'on pourrait qualifier de comédie dépressive et qui serait malheureusement le reflet de nos sociétés aliénées.

Erin

 
 
 

Photos du film :