Réalisé par : Ki-duk Kim
Avec : Lee Jung-jin, Jo Min-soo, Woo Ki-hong
Sur un scénario de : Ki-duk Kim avec une musique de : In-young Park
Genre : Drame
Film Sud Coréen réalisé en 2013

 

 

Synopsis du film :
Abandonné à sa naissance, Kang-do est un homme seul qui n’a ni famille, ni ami. Recouvreur de dettes sans pitié et sans compassion, il menace ou mutile les personnes endettées dans un quartier destiné à être rasé. Un jour, Kang-do reçoit la visite d’une femme qu’il ne connaît pas et qui lui dit être sa mère. Pour la première fois de sa vie, le doute s’installe en lui…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Lion d'or à la 69ème Mostra de Venise, Pieta est un film qui ne peut pas laisser indifférent. Violent choquant, cruel, Pieta n'est pas sans rappeler quelques films sud-coréens mettant en scène la vengeance. Pour son grand retour, Kim Ki-Duk s'inspire de la pietà qui est un concept chrétien mettant en scène la Vierge Marie pleurant son fils Jésus à sa descente de la croix. Ce n'est qu'à la fin du film que l'on comprend ce thème. On comprend que le jeune homme en fauteuil roulant qui s'est pendu et qui a été retrouvé par sa mère (on entend une femme crier) est en fait le fils de la femme qui se fait passer pour la mère de Kang-Do. Cette mère éplorée a donc descendu le corps de son fils et s'est retrouvée dans la même position que Marie. En ce qui concerne les symboles religieux, la scène où Kang Do oblige sa mère à manger un morceau de sa chair n'est pas sans rappeler l'eucharistie. Ces influences religieuses ont beau être présentes dans le film, elles ne vont pas de pair avec le visuel proposé par Kim Ki-Duk. Alors que la plupart des affiches proposaient une imagerie relativement religieuse, le spectateur ne peut être que surpris et déçu de ne jamais retrouver ce symbolisme et de voir l'action du film se dérouler dans un quartier sombre et gris.

Pieta

Pietà est un film particulièrement dur et noir. L'action se déroule dans le quartier de Cheonggyecheon à Séoul. Cet ancien centre métallurgique destiné à disparaître est un lieu de misère où tout est sombre et triste. C'est un monde de violence où l'argent fait la loi et où les usuriers abusent de leurs pouvoirs sur des artisans qui peinent à survivre. Kang-Do est l'un de ces usuriers et il est particulièrement vicieux. Il estropie les artisans endettés afin d'arnaquer l'assurance et se faire rembourser. Bref, à Cheonggyecheon l'argent fait et défait les destins. C'est par le biais de l'argent et de ses conséquences que Kang-Do rencontre sa soi-disant mère. Kim Ki-Duk s'attarde longuement sur les sévices subis par les artisans, sur les répercussions désastreuses que ces mutilations vont avoir sur leur famille.

Le cruel Kang-Do est très affecté par l'arrivée d'une femme qui prétend être sa mère. Son attitude va donc petit à petit changer. Le jeune homme va se mettre à régresser et retrouver le plaisir d'être avec sa mère. En dépit de tous les actes cruels qu'il a perpétré, il émane quelque chose d'émouvant de cet homme élevé sans amour qui redécouvre petit à petit les sentiments humains.

Pieta

Le film prend une toute autre dimension lorsque les intentions de la mère sont peu à peu révélées. Qui est cette mystérieuse femme ? Que veut-elle à Kang-Do ? Lorsque cette dernière offre à son fils une anguille qui est un animal symbolisant la dissimulation, on comprend que cette femme représente une énigme à résoudre. Lorsque la mère disparaît dans le but de faire souffrir Kang-Do, on comprend que la femme a des intentions peu louables envers le jeune homme. La mère devient alors le tyran en mettant en scène son propre enlèvement, ce qui oblige Kang-Do à faire face à toutes ses victimes. Son geste est fort dans le sens où cette femme va se sacrifier pour venger son fils.

Pieta a donc le mérite de proposer une intrigue solide qui tient le spectateur en haleine tout au long du film.

Pieta

En dépit de toutes ces qualités, Pietà n'est pas un film agréable à regarder notamment à cause de scènes particulièrement choquantes. La première partie du film est particulièrement violente. Tout y passe : violences physiques et psychologiques. Mais la cruauté ne s'arrête pas. L'horreur culmine sans aucun doute dans des scènes très troublantes mettant en scène la prétendue mère et son fils. Ainsi, le film propose une scène d'abus sexuel du fils envers sa mère, puis une autre scène où l'on voit la mère soulager son fils sexuellement en pratiquant une branlette.

Pourtant, Pietà est un film bouleversant qui exacerbe les sentiments. En effet, il est très touchant de voir cet homme cruel redécouvrir les bonheurs simples de l'enfance et de connaître la présence rassurante d'une mère. Le sacrifice maternel est également émouvant dans le sens où la femme parvient à devenir une mère pour Kang-Do et la cause de sa perte.

Pieta

L'actrice Cho Min-soo qui vient de la télévision est particulièrement convaincante dans le rôle de la mère bouleversée par la mort de son fils et prête à tout pour le venger. Elle parvient à transmettre toute sa douleur grâce à un jeu varié. En ce qui concerne Lee Jung-jin qui interprète Kang-Do, l'acteur est charismatique. Cependant, il est dommage de ne pas en savoir davantage sur ce personnage brisé par la vie. En effet, on a parfois du mal à comprendre la psychologie de ce dernier.

Erin

 
 
 

Photos du film :