Réalisé par : Jacques Tourneur
Avec : Dana Andrews, Peggy Cummins, Niall MacGinnis, Maurice Denham
Sur un scénario de : Charles Bennett et Hal E. Chester avec une musique de : Clifton Parker
Genre : Horreur
Film Britannique réalisé en 1957

 

 

Synopsis du film :
Le docteur John Holden (Dana Andrews) est spécialisé en parapsychologie et n'accorde aucune crédibilité à tout ce qui touche au surnaturel. Il fait cependant le voyage depuis les Etats-Unis jusqu'à la Grande-Bretagne sur la demande de son ami le professeur Henry Harrington (Maurice Denham), spécialisé dans ce domaine. Quand il arrive, c'est pour apprendre la mort "accidentelle" d'Harrington. Résolu à mener l'enquête, il se voit adjoindre les services de la nièce du professeur Harrington, Joanna (Peggy Cummins). Tous les deux vont très vite être confrontés au mystérieux docteur Julian Karswell (Nial MacGinnis) qui ne tarde pas à prédire la mort prochaine d'Holden.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Adapté de la nouvelle "Casting the runes" de Montague R James, Jacques Tourneur confronte deux personnages radicalement opposés. Le docteur Holden a beau s'intéresser à la parapsychologie, il n'en reste pas moins un personnage qui a les pieds sur terre. En revanche, le Dr Karswell est complètement plongé dans l'occultisme. Cette confrontation est intéressante dans le sens où elle permet aux spectateurs de s'interroger sur l'origine de la peur.
Même si tout suspens est supprimé dès les premières minutes du film à cause de l'apparition de la bête qui surgit dans un nuage de fumée pour tuer le Professeur Harrington, Jacques Tourneur parvient à conserver cette interrogation. En effet, les morts sont toutes mystérieuses et passent pour des accidents. Ainsi, le professeur Harrington aurait reculé dans un pylône électrique et le Dr Karswell serait passé sous un train. Grâce à cette mise en scène, le spectateur ne peut pas être tout à fait sûr que les victimes ont été tuées par la créature. En effet, personne d'autre qu'elles ne semble voir la bête surgir de nulle part. Ainsi, est-il possible que la peur puisse stimuler l'imagination au point de voir une créature venue tout droit des Enfers ? Cela est tout à fait possible puisque le réalisateur décide de ne pas répondre à toutes les questions et de conclure son film sur cette phrase de Holden : "il ne vaut mieux pas savoir." Cette phrase est très énigmatique dans le sens où ce sont les choses les plus désagréables ou effrayantes que l'on souhaite ne pas connaître.

Rendez-vous avec la peur

Un autre élément semble confirmer cette théorie puisque même le Dr Karswell qui aime les sciences occultes et les forces du mal, prend peur lorsque Holden le prend à son propre piège et lui donne le parchemin sur lequel est écrit un message codé.
Enfin, le monstre lui-même correspond plus ou moins à la représentation commune d'une bête maléfique. Cependant, il est intéressant de noter que le monstre qui apparaît à deux reprises, est le même, ce qui laisse sous-entendre que la créature est bel et bien réelle.

Rendez-vous avec la peur

Oscillant constamment entre le film policier grâce à l'enquête menée par Holden et le film fantastique, Rendez vous avec la peur est une réussite de plus pour Jacques Tourneur. Bien que le film ne soit pas bien effrayant, le réalisateur parvient à créer et maintenir une ambiance relativement angoissante. Cette atmosphère est renforcée par l'apparition des célèbres mégalithes de Stonehenge, lieu où Jacques Tourneur a eu la chance de tourneur. Enfin, l'acteur irlandais Nial MacGinnis est fantastique. Aussi inquiétant que mystérieux, il fait magnifiquement face à un Dana Andrews imposant.

Erin

 
 
 

Photos du film :