Réalisé par : Paul Thomas Anderson
Avec : Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Laura Dern, Rami Malek, Jesse Plemons
Sur un scénario de : Paul Thomas Anderson avec une musique de : Jonny Greenwood
Genre : Drame
Film Américain réalisé en 2013

 

 

Synopsis du film :
Freddie, un vétéran, revient en Californie après s’être battu dans le Pacifique. Alcoolique, il distille sa propre gnôle et contient difficilement la violence qu’il a en lui… Quand Freddie rencontre Lancaster Dodd – « le Maître », charismatique meneur d’un mouvement nommé la Cause, il tombe rapidement sous sa coupe...

 
 

Analyse de film :

Critique :

The master est une longue et lente divagation. Paul Thomas Anderson signe un film impeccable d'un point de vue technique. Tout est très bien cadré et millimétré. Le gros problème du film réside justement dans cette perfection qui ne laisse aucune place à l'émotion. Ce film glacial met en scène Freddie un ancien marin revenu de la guerre et qui se trouve dans un grand état de souffrance. Freddie, interprété par le magistral Joaquin Phoenix, est un personnage complexe dont il est parfois difficile de comprendre le comportement. Au début du film, l'on a affaire à un soldat en manque de sexe et d'autorité, qui se retrouve livré à lui-même dans un monde qu'il ne connaît pas.

The Master

Tout change lorsqu'il rencontre Lancaster Dodd, le gourou d'une secte prêchant des théories mystiques. Freddie pense sans doute y voir une réponse à sa souffrance liée à son manque de passé. Pourtant, il n'adhérera jamais vraiment aux idées de la secte. Se noue alors une étrange relation entre les deux hommes. A mi-chemin entre la dépendance et la soumission, les deux personnages apparaissent souvent comme des amants sans jamais qu'une relation homosexuelle soit suggérée. Il y a une forme d'amour entre Lancaster Dodd et Freddie. En se focalisant sur la relation entre Lancaster et Dodd, dont il ne ressortira rien au final, le film tourne considérablement en rond. De plus, le film est à l'image de Freddie : il ne sait pas où il va. Il oscille constamment entre le récit d'un homme victime de son époque et le récit sur le gourou d'une secte fortement inspiré par la vie de L Ron Hubbard fondateur de la scientologie. Il est difficile de se faire une opinion sur Lancaster Dodd. Il apparaît parfois comme un charlatan, ce qui semble être suggéré dans la scène où une femme vient lui demander pourquoi le gourou a changé des passages de son livre. Cette impression va à l'encontre de ce que recherchait Paul Thomas Anderson qui considère que Lancaster Dodd est un homme ayant besoin d'aider les gens dans le but d'obtenir leur reconnaissance « Pour moi c'est quelqu'un qui est si désireux d'aider les gens et de baigner dans leur reconnaissance que cela devient une drogue ». Il en est de même pour Freddie dont le mal ne sera jamais expliqué.

The Master

Notons quelques bons points tout de même. Joaquin Phoenix est absolument phénoménal dans le rôle de cet homme torturé et dont la violence est toujours prête à éclater. Philip Seymour Hoffman apporte beaucoup de prestance à Lancaster Dodd. Amy Adams est très juste dans son interprétation entre femme d'influence et femme de l'ombre. En effet, petit à petit, le film révèle que Peggy, qu'elle est la véritable tête de la secte. Pourtant, son personnage reste très secondaire. Ce personnage aurait mérité d'être plus travaillé. Enfin, notons la musique composée par Jonny Greenwood de Radiohead parvient à plonger le spectateur dans une ambiance de doute, de pression …

Erin

 
 
 

Photos du film :