Réalisé par : Collectif
Avec : Hayden Christensen, Rachel Bilson, Andy Garcia, Natalie Portman, Irfan Khan, Orlando Bloom, Christina Ricci, Ethan Hawke, Maggie Q, Anton Yelchin, Olivia Thirlby, Shia LaBeouf, Julie Christie, John Hurt, Bradley Cooper, Drea de Matteo, Emilie Ohana, Eva Amurri, Justin Bartha, James Caan, Chris Cooper, Robin Wright, Ugur Yucel, Eli Wallach, Cloris Leachman, Blake Lively, Burt Young, Jacinda Barrett, Shu Qi
Sur un scénario de : Collectif avec une musique de :
Genre : Comédie romantique
Film Américain réalisé en 2009

 

 

Synopsis du film :
Depuis l'invention du cinéma, New York n'a jamais cessé de fasciner les cinéastes, qui y puisent d'infinies émotions dans des décors aussi spectaculaires qu'uniques. Des gratte-ciel miroitants aux parcs et aux rues qui sont comme autant de mondes, la ville a été immortalisée dans des milliers de films à travers des centaines d'atmosphères différentes.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Contrairement à Paris je t'aime qui souffrait de courts-métrages trop inégaux, New York I love you est cohérent dans sa médiocrité. Aucun métrage ne sort du lot.

New York, I Love You

Le film souffre d'un grave problème de structure. En passant d'un court-métrage à l'autre sans transition, sans rupture claire, le film donne un effet brouillon qui est franchement désagréable.

New York, I Love You

Mais le plus dérangeant réside sans aucun doute dans le fait que New York I love you ne parle ni de New York ni d'amour (ou alors très peu). Tout d'abord, la quasi-totalité des métrages se passent à Manhattan, ce qui est incroyablement réducteur. L'idée de la ville comme étant un centre cosmopolite n'est pas traitée. Alors que New York est une ville toujours en mouvement, ce dernier n'est jamais mis à profit.  Certains métrages ont quand même le mérite de filmer des lieux comme Chinatown ou la communauté juive, montrant que New York n'est pas uniquement peuplée de stars de cinéma en puissance, blancs et protestants sur les bords.
Le film n'offre aucune vision de la ville de New York. Pourtant, la grande pomme a su inspirer de grands réalisateurs comme Woody Allen ou Martin Scorsese qui ont su exploiter la ville pour en tirer quelque chose. Dans New York I love you, l'histoire d'amour avec la ville n'est jamais abordée et c'est regrettable. La plupart des courts-métrages auraient pu se passer dans n'importe quelle autre ville et personne n'aurait vu la différence.

New York, I Love You

Enfin, pour couronner le tout, on s'ennuie ferme devant les aventures peu palpitantes de ces New Yorkais inintéressants. C'est vraiment dommage pour une ville réputée comme étant une ville qui ne dort jamais …

1. Segment de Jiang Wen
2. Segment de Mira Nair
3. Segment de Shunji Iwai
4. Segment d'Ivan Attal
5. Segment de Brett Ratner
6. Segment de Allen Hughes
7. Segment de Shekhar Kapur
8. Segment de Natalie Portman
9. Segment de Fatih Akın
10. Segment de Joshua Marston

Erin

Critique :

Je n'avais pas adoré Paris, Je t'aime, mais l'ensemble restait tout de même agréable. Là, avec ce New York I love you, c'est une énorme déception. Difficile de ne pas le comparer avec Paris Je t'Aime et pourtant je vais le faire. Dans Paris je t'aime, les courts-métrages étaient certes inégaux mais quelques uns sortaient du lot et très peu finalement étaient déplaisants. Il y avait une vraie séparation entre les courts-métrages, on pouvait savoir qui avait réalisé quoi, qui avait mis sa touche, etc... C'était une sorte de cocktail ! On voyait un vrai bloc de 20 courts-métrages. Un court métrage raté se laissait même regardait. Les liens entre les courts n'apparaissaient qu'à la fin mais ça suffisait. Les noms des courts-métrages venaient des différents endroits de Paris. Le casting était réellement génial et j'ai senti surtout un vrai respect pour Paris.

New York, I Love You

Là, aucune séparation entre les courts. On ne sait pas qui a réalisé quoi, comment s'appelle le court en question. A un moment on a un court d'Attal puis le court d'un autre, puis re-retour au film d'Attal ! Mais le pire, c'est que la plupart des courts métrages se ressemblent ! C'est dingue ! On ne reconnait pas la patte de chacun. Ca se mélange trop. On dirait une seule personne qui a réalisé le film ou plutôt une co-réalisation collective et finalement on perd l'intérêt même du projet (qui va normalement se développer dans d'autres pays : Espagne? Japon?). Les deux seuls qui s'en sortent est le film de Shekhar Kapur, écrit par Anthony Minghella (même si on ne voit pas vraiment New York...) et un peu celui de Joshua Marston (avec Eli Wallach). Le premier est remarquable au niveau de l'émotion, de l'interprétation des acteurs (Julie Christie est magnifique, et Shia LaBeouf est remarquable), c'est bien réalisé, il y a un jeu de lumière etc... Il enchante et peut même nous émouvoir. Le deuxième est celui avec un couple de vieux, couple assez marrant et aussi touchant. New York je t'aime est composé surtout de jeunes et pourtant ce papi et cette mamie apportent vachement plus de fraicheur que les autres. Les djeun's devraient avoir même honte !

New York, I Love You

Comme je disais, les autres courts métrages se ressemblent. Il n'y a limite pas d'effort de réalisation. C'est juste des histoires d'une banalité affligeante, ils ont trop un côté tendance et ça devient énervant. Il y a aussi comme un goût d'inachevé. Un des pires et qui était peut-être le plus attendu ? Le court-métrage de Natalie Portman, complètement loupé car c'est vraiment éparpillé. Le court-métrage du tout début avec Hayden Christensen est pas mal loupé (c'est d'un ennui...) aussi comme celui avec Bradley Cooper (réalisé par Allen Hughes il me semble), qui est chiant comme la mort (et pourtant ça dure pas longtemps). Celui avec Orlando Bloom avait un petit potentiel mais un peu raté car il manque un truc un peu "magique" (là c'est vraiment trop banal). Ceux de Fatih Akin et de Ratner sont déjà mieux réussis mais ils manquent là aussi un truc pour que je sois totalement convaincue (même s'ils ne sont quand même pas désastreux non plus). Celui d'Attal était censé être génial, franchement je vois pas le génie !

De plus on a l'impression que New York est... si petit ! C'est tourné tout le temps dans le même endroit ou quoi ? Mais ce qui me dégoute, à force de vouloir faire trop "underground", réaliste ou un truc de ce genre, c'est qu'ils ont réussi à rendre New York limite moche. Mais surtout, il y a des moments où on se fiche un peu d'être à New York...

Tinalakiller

 
 
 

Photos du film :