Réalisé par : Michael Haneke
Avec : Jean-Louis Trintignant, Emmanuelle Riva, Isabelle Huppert
Sur un scénario de : Michael Haneke avec une musique de :
Genre : Drame
Film Franco-Autrichien réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’une petite attaque cérébrale. Lorsqu’elle sort de l’hôpital et revient chez elle, elle est paralysée d’un côté. L’amour qui unit ce vieux couple va être mis à rude épreuve.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Anne est victime d'une petite attaque cérébrale. Elle rentre chez elle paralysée d'un côté. L'amour qui unit ce couple va être alors mis à rude épreuve.

Amour marque un changement dans la filmographie de Michael Haneke.
Si le film s'appelle Amour, on comprend dès le premier plan que chez Haneke Eros rime avec Thanatos, l'Amour et la Mort sont inséparables l'un de l'autre.

Eros et Thanatos

Qu'est-ce que l'amour chez Michael Haneke ?
Chez Haneke l'amour c'est filmer, capter, ce qu'il y a de plus beau et de plus brutal à la fois. Eros et Thanatos sont indissociables, de ce fait Haneke va filmer l'amour d'une fin de vie.

Dès les premiers instants la Mort est présente.
En effet, la première scène du film, Emmanuelle Riva sur son lit de mort, fait du film un long flash-back.

Amour

A leur retour d'un concert, ils se rendent compte que leur porte a été forcé, la Mort est rentrée dans cet appartement, et va accomplir peu à peu son œuvre.

Haneke filme la vie, ce couple interprété par Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva traversent les épreuves avec une force fantastique, qui parfois nous dépasse. Une puissance émotionnelle, jusque là rarement vue, se dégage de ces personnages. On est marqué par la tendresse de leurs gestes, la manière dont constamment ils s'excusent, se regardent. Comme aux premiers jours de leur amour, ils semblent se découvrir ( ils se racontent des histoires ), on se rend compte que les épreuves de la vie ont renforcé leur amour qui est encore plus fort qu'à ses débuts.
La scène de l'autobus qui les ramène chez eux serrés l'un contre l'autre ou la scène quand Georges dit à sa femme Anne qu'elle est belle nous font comprendre que leur amour n'a pas pris une ride.
Comme Charon avec sa barque, l'autobus fait passer nos deux héros du monde des vivants vers le monde des morts.

L'acte final, un acte de désespoir brutal met fin à cette histoire n'est-il pas une merveilleuse déclaration d'amour ? Le spectateur lui ne doute pas, il sait que Georges aime Anne. « Eros et Thanatos fusionnent dans la violence et la passion ». Pour cous convaincre que c'est bien un acte d'amour, Georges va préparer le corps de sa bien aimée, l'habiller, la maquiller, orner le lit de fleurs et sceller la chambre avec du ruban adhésif comme on scelle une relique dans un cénotaphe.

Michael Haneke utilise le pathos auprès du spectateur mais jamais dans l'exagération ou la facilité.
Il filme, dans ce huis clos, le quotidien de ce couple âgé. Quoi de plus banal ? Pourtant le spectateur reste captivé par ces gestes tous plus anodins que les autres. Anodins, certes, mais qui témoignent de leur Amour « éternel ».

Huis clos

Le film est entièrement filmer en huis clos, exercice qui demande une très grande maîtrise du cadre et de la mise en scène.
De nombreuses scènes sont filmées en plan séquence, tous magnifiques et Haneke nous montre sa science du plan fixe, toujours bien cadré, nous faisant penser à des tableaux naturalistes ou romantiques, riche en détails et parfois avec une part de mystère : Que représente ces pigeons ? Un symbole de liberté ( pigeon se dit Taube comme Colombe en allemand ) ? Un symbole d'amour ( symbolique occidentale ) ?

Interprétations des acteurs

Jean-Louis Trintignant et Emmanuelle Riva sont bouleversants, rarement j'ai pu voir une interprétation si juste, jamais ils n'en rajoutent, tout est parfait.
Trintignant fait preuve d'une tendresse incroyable, on est bouleversé pendant la scène où il lui raconte une histoire tout en lui caressant la main pour calmer sa douleur. Cette scène est à l'image du jeu de Jean-Louis Trintignant, juste, sobre, sans geste en trop inutile. Tout son jeu est dans ses petits gestes, ses regards et sa voix. Ainsi il dégage une émotion réelle.
Riva, elle, arrive à nous faire transmettre la douleur et la détresse qu'elle ressent. Au début du film, c'est une femme fière, forte, qui s'interdit de s’apitoyer sur elle. Petit à petit, après son deuxième accident vasculaire cérébrale, cette femme forte va se transformer en un corps inerte rempli de souffrance. Le talent de l'actrice nous permet de saisir le moindre changement d'état d'Anne.

Amour

Conclusion

Avec Amour, Michael Haneke signe un film parfait, délicat, sensible. Il n'hésite pas à aborder un sujet difficile, la fin de vie. Sujet abordé avec beaucoup de finesse, évitant ainsi de rentrer trop dans le pathos.
Il n'hésite pas à poser de vrais questions : Que reste-t-il de l'amour dans la souffrance ?

TitCalimero

 
 
 

Photos du film :