Réalisé par : Ki-Duk Kim
Avec : Ha Jung-woo, Park Ji-Yeon, Jang Jun-yeong, Jung Gyu-Woon, Kim Ji-heon
Sur un scénario de : Ki-Duk Kim avec une musique de : Hyung-woo Noh
Genre : Drame
Film Sud Coréen réalisé en 2006

 

 

Synopsis du film :
Après deux ans de vie commune avec Ji-woo, See-hee s'inquiète de l'avenir de leur couple, de l'usure que le temps pourrait apporter à leur amour. Jalouse, elle ne supporte plus que son compagnon regarde d'autres femmes ou leur adresse ne fût-ce que quelques mots innocents. Mais, entre deux crises de colère et de larmes, See-hee se désole surtout de n'avoir que le même visage et le même corps à offrir, nuit après nuit, à celui qu'elle aime avec passion... Un jour, après une dispute particulièrement âpre, See-hee disparaît, laissant Ji-woo désemparé. A l'insu de tous, elle se rend dans une clinique et demande à ce qu'on lui refasse entièrement le visage. Durant cinq mois, nul ne la verra autrement que masquée ; au sixième, See-hee renaîtra, méconnaissable...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Le temps qui passe et l'amour

Dans Time, Kim Ki-Duk s'intéresse aux effets du temps sur le corps et le désir dans le couple. Plus généralement, le film pose la question universelle de l'amour. Qu'est-ce que l'amour ? Comment reconnaître l'amour véritable ? La passion est-elle l'élément essentiel d'une relation amoureuse durable ? Accepter le vieillissement du corps de l'autre n'est-il justement pas une marque d'amour ?

Time

See-hee est angoissée par ce temps qui passe. Alors que son couple ne traverse pas de crise particulière, elle se rend compte que son couple a déjà traversé certains stades comme le symbolise parfaitement le parc à sculptures de l'île de Mo. Afin d'enrayer les effets du temps et la routine, See-Hee décide de changer de visage et de séduire à nouveau l'homme (Ji-Woo) qu'elle aime. En disparaissant de la vie de Ji-Woo, elle va lui causer un chagrin insurmontable. Cette disparition permet aux spectateurs de nous rendre compte que Ji-Woo est réellement amoureux de See-Hee.

Time

Kim Ki-Duk semble s'être inspiré de Les Amants de Magritte.

En montrant les amants cachés sous des draps, le réalisateur sud-coréen semble suggérer que les amants n'ont pas besoin de compter sur l'apparence physique pour s'aimer.

La chirurgie esthétique et quête de soi

Comme le dit si bien le slogan de la clinique de chirurgie esthétique, changer d'apparence permet de changer de vie. Et c'est exactement ce que va faire See-hee. Elle va changer d'apparence pour devenir une autre femme. Mais l'apparence peut-elle vraiment changer la personnalité ? Peut-elle permettre de tout oublier et notamment les sentiments ? Sun-hee se rendra bien compte que la chirurgie n'est pas capable de résoudre ses problèmes sentimentaux. Bien au contraire, elle ne va faire que les aggraver. En devenant physiquement une autre, See-hee ne devient pas pour autant une autre femme. Ses sentiments envers Ji-woo n'ont pas changé. Elle l'aime passionnément. Ji-woo a beau succombé au charme du personnage crée par See-hee, il est toujours éperdument amoureux de See-hee, sa fiancée qui a soudainement disparu. Ne pouvant retrouver son visage d'origine, See-hee va se rendre compte de son erreur mais c'est déjà trop tard. En voulant tester les sentiments de Ji-woo, la jeune femme s'est prise à son propre piège.

La chirurgie esthétique sème donc le trouble dans la quête d'identité de See-Hee. Kim Ki-Duk va jusqu'à suggérer le thème de la double identité. S'étant crée un double à l'image de son idéal féminin, See-Hee devient jalouse de ce double. Le sentiment est ambiguë et en revient à s'autojalouser ce qui apparaît comme extrêmement douloureux à vivre.

Time

Enfin, la thème du double féminin dans la relation amoureuse n'est pas sans rappeler le thème de la séduction. En effet, il n'est pas rare qu'une femme se déguise pour pimenter sa vie sexuelle.

Tout en abordant le thème des relations amoureuses, Kim Ki-Duk signe un pamphlet agressif contre les ravages de la chirurgie esthétique dans un continent où elle s'est récemment banalisée. Ainsi, vous avez pu récemment lire que les jeunes asiatiques sont de plus en plus nombreux à y avoir recours pour trouver un emploi.

Regards

Film émouvant, Time joue beaucoup sur les regards et sur l'opposition regarder/être regardé.

Le regard que See-Hee porte sur elle est bien différent de celui que Ji-Woo la concernant. La société ne partage pas non plus le regard que See-Hee a d'elle-même. C'est notamment ce que l'on voit lorsque cette dernière se rend dans la clinique de chirurgie. Le médecin l'avertit : il ne pourra pas la rendre plus belle. Il peut seulement la rendre différente.

Time

Poème postmoderne

Avec sa mise en scène contemplative, Time apparaît comme un poème que l'on pourrait qualifier de postmoderne dans le sens où le film accorde une grande importance aux silences et à la difficulté de communiquer comme le font les œuvres d'Harold Pinter ou de Samuel Beckett. Enfin, les structures du parc de Baemigumi sur l'île de Mo n'est pas sans rappelé certaines œuvres modernes.

Erin

 
 
 

Photos du film :