Réalisé par : Sean S. Cunningham
Avec : Betsy Palmer, Adrienne King, Jeannine Taylor, Robbi Morgan, Kevin Bacon, Harry Crosby, Laurie Bartram, Ron Millkie
Sur un scénario de : Victor Miller avec une musique de : Harry Manfredini
Genre : Horreur
Film Américain réalisé en 1980

 

 

Synopsis du film :
En 1957, un jeune garçon, prénommé Jason, meurt noyé au camp de Crystal Lake. L'année suivante, les deux responsables du camp sont tués. Crystal Lake ferme. Mais en 1980, Steve Christy décide de le rouvrir un vendredi 13, jour anniversaire des décès survenus vingt-trois ans auparavant. Lors de la préparation du camp pour son ouverture, les moniteurs du centre disparaissent les uns après les autres pendant la nuit…

 
 

Analyse de film :

Critique :

Dès les premières images, le spectateur d'aujourd'hui est immédiatement frappé par le fait que le film a beaucoup vieilli.

Les sursauts et la peur ne sont pas vraiment au rendez-vous pour deux raisons. Tout d'abord, tout est filmé dans le noir donc on ne voit quasiment rien. Enfin, le peu qu'on voit est franchement démodé pour le spectateur d'aujourd'hui habitué à des effusions de sang en tout genre. L'ambiance angoissante est parfois rappelée par la géniale musique d'Harry Manfredini et son fameux "Tchi tchi tchi tchi tchi…Ah ah ah ah ah ". L'utilisation de la caméra subjective est une bonne idée puisque l'on voit les choses comme le tueur les voient. En revanche, utilisée à outrance, elle devient un peu pénible.

Vendredi 13

On a retenu Vendredi 13 dans l'histoire du cinéma d'horreur parce que ce film a instauré dans le slasher, genre naissant à l'époque, l'aspect sanglant. Pourtant, ce n'est pas bien réussi dans ce film dans le sens où les meurtres s'enchaînent à vitesse grand V, si bien que l'on sait qu'ils vont tous mourir et ce qui donc nous prive d'un possible suspense.

Avec le recul, Vendredi 13 réalisé en 1980 peut apparaître comme un peu "puritain". En effet, les premiers meurtres à Crystal Lake à la fin des années 1950 sont directement liés au comportement des moniteurs qui ont préféré prendre du bon temps au lieu de prendre leurs responsabilités et surveiller les enfants. Ce manquement coûtera la vie à un petit garçon : Jackie (oui, oui Jackie en français). Après la réouverture du camp, les moniteurs se comportent de la même manière. Leur insouciance culmine dans une scène où ces jeunes débauchés jouent à une partie de strip monopoly. Seule Alice, la plus responsable et la moins déshabillée s'en sortira indemne. Bref, cette morale bien pensante est omniprésente dans le film au point qu'on en arrive aujourd'hui à se demander quelles étaient les véritables intentions du réalisateur en réalisant ce film.

Vendredi 13

Oui, oui, les grosses mains poilues sont censées appartenir à la vieille Mme Voorhees ...

Après que tous les jeunes de la colonie aient été décimés par Mme Voorhees, la mère du petit Jackie, on nous révèle la raison de tous ces meurtres. Folle de douleur et de rage, Mme Voorhees comme possédée par son fils tue tout ce qui bouge à Crystal Lake et va même essayer de tuer Alice, la gentille fille du groupe ! Bref, après une bagarre entre filles, Alice s'en sort victorieuse et se réfugie sur un canoë au milieu du lac ... mauvaise idée. En effet, la scène la plus terrifiante va alors se produire quand on s'y attend le moins. Le petit Jackie va surgir de l'eau, saisir Alice et l'entraîner dans l'eau. Hospitalisée, elle apprend que la police n'a pas retrouvé de petit garçon. Alors cauchemar ou dimension fantastique ?

Erin

 
 
 

Photos du film :