Réalisé par : Alejandro Amenábar
Avec : Nicole Kidman, Fionnula Flanagan, Christopher Eccleston, Alakina Mann, James Bentley, Eric Sykes, Elaine Cassidy
Sur un scénario de : Alejandro Amenábar avec une musique de : Alejandro Amenábar
Genre : Fantastique
Film Espagnol réalisé en 2001

 

 

Synopsis du film :
En 1945, la Seconde Guerre mondiale est terminée mais le mari de Grace, parti combattre, n'est pas revenu du front. Dans une immense demeure victorienne isolée sur l'île de Jersey, cette jeune femme pieuse élève seule ses deux enfants, Anne et Nicholas, selon les principes stricts de sa religion. Atteints d'un mal étrange, ces derniers ne peuvent être exposés à la lumière du jour. Ils vivent donc reclus dans ce manoir qui doit constamment rester dans l'obscurité. Lorsque trois nouveaux domestiques viennent habiter avec Grace et ses enfants, ils doivent se plier à une règle vitale : aucune porte ne doit être ouverte avant que la précédente n'ait été fermée. Pourtant, quelqu'un va désobéir à cet ordre. Dès lors, Grace, ses enfants et tous ceux qui les entourent devront en subir les conséquences.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Les Autres

Tout d'abord, l'on remarque que le personnage d'Anne n'est pas du tout convaincue par ce que la Bible lui dit sur le monde, et Dieu. Elle va même jusqu'à remettre la parole divine en question. Pourtant, sa mère très croyante, ne croit pas aux autres, autres qui se révèleront être des vivants. Pourtant, le réalisateur tente de faire croire aux spectateurs que les autres sont bel et bien des revenants qui hantent cette grande bâtisse perdue dans les îles anglo-normandes. Et malgré les indices semés par ci et par là, le spectateur se sent forcé d'y croire parce que c'est ce genre d'histoire qui nous ont été montrées pendant des décennies. Mais Amenabar se veut innovant. Bref, pour en revenir, à la critique de la religion qui semble être assez forte dans ce film, l'on remarque aussi que la religion aveugle dans ce film. En effet, la dernière à se rendre compte de la vérité est la plus croyante de toutes : Grace. Cette femme, qui fait lire la Bible en guise de punition à ses enfants, qui va même jusqu'à les effrayer pour qu'ils croient ce qui est écrit dans les Écritures Saintes. Pour un croyant catholique, une vie est promise après la mort . C'est le cas de Grace. Et pourtant, elle ne réalise que très tard que le monde dans lequel elle vit est déjà celui de l'au-delà.  Et pour y parvenir, elle se voit contrainte de remettre en question toutes ses croyances.
Enfin, l'on peut noter que Grace insiste sur le fait que le mal est très sévèrement puni par le Seigneur. Mais lorsqu'elle réalise qu'elle et ses enfants sont déjà dans l'au-delà et qu'il n'y a pas de purgatoire, d'enfer, de jugement, elle doit probablement en être contente puisqu' elle même se serait retrouvée dans les entrailles de l'enfer. En effet, Grace a commis un matricide : elle a tué ses enfants . Mais pourquoi ? Sans doute parce qu'elle ne supportait plus  l'enfermement ni la luminosité si faible de cette immense bâtisse.
A plusieurs reprises, l'on parle de l'enfer dans ce film. Ainsi, d'après le réalisateur les premières scènes devaient plus ou moins ressemblaient à ce que sont les limbes. C'est pour cette raison qu'il n 'y a aucune bande son.
Nous finissons par nous poser une question quant à la foi de Grace, sa foi est-elle si puissante ou s'en sert elle pour brider ses enfants ?

Les Autres

Les enfants ont ils un jour été malade ?
Une des questions qui se posent dans le film, c'est est ce que les enfants ont bel et bien été malades ? Il est plutôt difficile d'y répondre puisque étant morts durant tout le film, ils ne peuvent plus craindre la lumière. Cependant, quelques indices peuvent nous faire penser qu'ils n'ont jamais été victimes de cette maladie mais de l'enfermement subi par leur mère.
En effet, les enfants qui sont censés avoir mal au contact de la lumière, hurlent de peur lorsque les rideaux sont retirés mais ne se touchent pas de manière à montrer qu'ils ont mal. D'un côté, cela est tout à fait normal puisqu'ils n'ont pas mal mais l'on sait que penser avoir mal peut provoquer des douleurs imaginaires, dans ce cas la douleur est psychosomatique, ce qui signifie en d'autres termes, que c'est l'esprit qui agit sur le corps. Mais une autre question se pose : pourquoi les aurait-elle enfermer en souffrant de l'enfermement comme elle en souffre tant dans le film ? L'hypothèse que les enfants n'aient jamais été malades peut être imaginable mais ils semblent bien avoir été victimes de cette maladie.

L'enfermement et la solitude sont omniprésents mais qu'est ce qui a causé de cet enfermement ? Tout d'abord, la seconde guerre mondiale . Grace précise même à un moment qu'elle a tout fait pour qu'aucun nazi ne mette les pieds dans cette maison. Ainsi, elle aurait vécu en recluse. Ensuite, la maladie de ses enfants l'empêcherait de sortir mais si comme nous l'avons supposé les enfants n'avaient pas été malades, qu'est ce qui l'aurait poussé à les garder chez elle ? L' arrivée de son mari décédé à la guerre, nous en dit plus. On apprend qu'il voulait la quitter car apparemment il se sentait étouffé. Il a même préféré partir à la guerre que de rester dans cette maison. De plus, Anne, qui s'est fait attaquer par sa propre mère va tout raconter à son père qui une fois, face à sa femme, n'a pas l'air surpris. Pire, il sait ce qu'il sait passer la nuit où ils sont morts. Mais depuis quand sont ils morts ? Serait il parti après que sa femme se soit suicidée après avoir commis l'irréparable ? Il semblerait que le mari Charles se soit engagé vers le milieu de la guerre et que ce soit à ce moment là, qu'elle aurait tué leurs enfants. L'on remarque que dans l'histoire du cinéma, l'enfermement et la solitude sont des thèmes qui ont été largement exploités et qui permettent de créer des histoires dans lesquelles la solitude entraine la folie : The Shining de Kubrick par exemple.

Les Autres

On nous montre trop souvent comment les revenants effraient les vivants et alors qu'ils ont vécu à tel ou tel endroit pendant des années, voire même une vie entière, ils sont considérés comme des intrus après leur mort, ne pouvant pas errer dans des lieux qui leur ont été si chers. Souvent, les victimes sont les vivants qui ont peur des revenants. Les revenants, sont montrés de manière effrayante et peu sympathique, ayant pour seul but d'effrayer . Là, Amenabar décide d'aller faire un petit tour dans l'au-delà et de voir comment eux aussi peuvent se sentir intrusés par des personnes qui vont visiter cette maison qui leur tenait tant à cœur. L'idée est également intéressante car la religion promet souvent une vie après la mort, mais personne ne sait vraiment à quoi ressemblera cette vie. Grace qui sait bien cela, ne réalise pas qu'elle a changé de monde. Finalement, pouvons nous savoir quand nous serons morts ? Une autre question se pose : d'autres personnes ont probablement vécu dans cette maison avant Grace et ses enfants, pourquoi, vu qu'ils sont morts, Grace et ses enfants ne le voient pas ? Où sont ils ? Pourquoi sont ils partis ? Et bien, il est probable que ces personnes ne soient pas décédées dans la maison. L'on ne peut pas non plus écarter la thèse développée dans Sixième Sens de M Night Shyamalan : les morts ne se voient pas entre eux. Mais si c'est bien le cas, alors pourquoi les servants, eux aussi, décédés, apparaissent à Grace et ses enfants ? Sans doute, parce qu'ils sont très attachés au lieu , c'est d'ailleurs ce que l'on apprend dans la scène où Grace se retrouve avec Madame Mills et lui pose des questions sur la vie quotidienne et la maison. De plus, ils sont morts ici. Et l'on peut même imaginer, qu'il s'agit bien d'une sorte de mission. Les servants auraient eu pour mission de leur faire comprendre et accepter leur mort.

En dehors de la Seconde guerre mondiale qui a encore plus isolé Grace et l'a séparé de son mari, d'autres petits duels se font sentir tout au long du film. Tout d'abord, celui d'Anne et de Grace et puis celui de Grace face aux domestiques.

Les Autres

Grace est une femme seule, qui est désespérée quant à la situation par rapport à ses enfants. Elle est obligée de rester cloîtrée à la maison. Son mari est parti à la guerre et les domestiques avant que ces trois là n'arrivent avaient quitté les lieux. Elle est devenue folle après le départ de son mari . C'est pour cela qu'elle a posé un oreiller sur le visage de ses enfants. On remarque qu'elle est très proche des Écritures et qu'elle croit dur comme fer à la Bible. Il est possible que ce soit un moyen de garder espoir quant à la solitude forcée pour garder ses enfants en vie.

Charles permet de mieux comprendre qui est Grace et ce qu'elle a fait. Il s'agit d'un personnage qui souffre beaucoup, et qui est notamment rongé par la culpabilité d'être parti à la guerre. Charles est perdu dans le brouillard lorsqu'il apparait : " Je cherchais ma maison" dit -il . Charles est mort à la guerre et il le sait . Charles en rentrant à la maison a comme un moment de doute mais lorsque Anne vient lui raconter ce qu'il s'est passé, il comprend la vérité : il est bien mort à la guerre, sa femme est devenue folle et a tué ses deux enfants avant de se suicider. Il ne fait qu'une brève apparition avant de s'en aller . Il peut y avoir deux raisons à son départ : il ne peut pas supporter l'idée que sa femme ait tué leurs deux enfants; ou bien il ne supporte pas la culpabilité qu'il ressent . Il se sent responsable de la folie de sa femme qui l'a conduite a tué leurs enfants. Il existe aussi la probabilité que Charles n'a jamais aimé cette femme.

Les Autres

Ce qui est vraiment intéressant dans ce film c'est de voir la place des autres. Qui sont ils ? Que veulent ils ? Grâce au twist final, l'on réalise assez vite que les autres sont en fait les vivants et par la même occasion, nous-mêmes qui nous prenons au jeu . Les revenants sont effrayants et hantent des maisons. Or, là, ce sont les vivants qui hantent la maison. Une des scènes les plus marquantes est celle où Grace descend dans la salle de musique alors qu'elle entend quelqu'un jouait au piano. Elle ne voit personne y jouer et pourtant elle voit bien que quelqu'un a touché au piano. Puis elle sort de la pièce et vérifie la porte en l'ouvrant et en la refermant plusieurs fois. Enfin, elle lui claque au nez . Si l'on imagine que toutes ces actions sont celles d'un vivant, tout cela est bien plus simple à comprendre. L'habitant, excédé de voir des portes qui s'ouvrent et ferment sans explication, finit par claquer la porte et la fermer à clé.

L'on remarque que la première fois que Grace ouvre tous les rideaux, c'est lorsqu'elle entend des bruits étranges pour la première fois. La maison s'éclaire . Le parcours vers la vérité peut alors commencer. L'obscurité protège tout comme les croyances de Grace la protège de la vérité. La lumière, est le symbole de la vérité. C'est pour cela qu'après que les rideaux aient été enlevés, l'accès à la vérité se fait assez rapidement. Elle ne peut plus se cacher dans ses croyances.
L'on peut noter des influences des films d'Hitchcock, Les innocents de Jack Clayton, Du silence et des ombres de Robert Mulligan, La maison du diable de Wise, L'Esprit de la Ruche de Victor Erice , La nuit du chasseur de Charles Laughton, Poltergeist de Tobe Hooper, Autant en emporte le vent de Victor Fleming et tout particulièrement le personnage de Scarlett interprété par Vivien Leigh, et enfin l'actrice Grace Kelly.

Les Autres

Amenabar réalise donc un coup de maître en réalisant ce film à l'ambiance aussi glaciale qu'unique. Il offre à Nicole Kidman l'un de ses plus beaux rôles. L'actrice interpréte avec beaucoup de justesse ce rôle de maitresse de maison et de mère distante et froide; et quelque peu perturbé par un secret. Tous les acteurs sont d'ailleurs très convaincants dans leurs rôles respectifs.
Mêlant horreur et fantastique, le réalisateur espagnol signe un film hybride unique et intelligent, où des thèmes tels que la mort, la folie, la solitude, la religion ou encore du matricide sont traités avec beaucoup de finesse.
Visuellement magnifique grâce à ses jeux sur la lumière, Les Autres surprend et interroge à chaque vision.
D'une richesse incroyable, Les Autres est tout aussi intéressant sur le fond que sur la forme. Bref, Amenabar a peut être déjà réalisé son chef d'oeuvre.

Erin

 
 
 

Photos du film :