Réalisé par : Rupert Sanders
Avec : Kristen Stewart, Chris Hemsworth, Charlize Theron, Sam Claflin, Sam Spruell, Ian McShane, Bob Hoskins, Ray Winstone, Nick Frost, Eddie Marsan, Toby Jones, Johnny Harris, Brian Gleeson
Sur un scénario de : Evan Daugherty, John Lee Hancock et Hossein Amini avec une musique de : James Newton Howard
Genre : Fantastique
Film Américain réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Dans des temps immémoriaux où la magie, les fées et les nains étaient monnaie courante, naquit un jour l’unique enfant d’un bon roi et de son épouse chérie : une fille aux lèvres rouge sang, à la chevelure noire comme l’ébène et à la peau blanche comme neige. Et voilà précisément où l’histoire que vous croyiez connaître prend fin et où la nouvelle adaptation épique et envoutante de ce célèbre conte des frères Grimm débute. Notre héroïne, dont la beauté vient entacher la suprématie de l’orgueilleuse Reine Ravenna et déclencher son courroux, n’a plus rien d’une damoiselle en détresse, et la cruelle marâtre en quête de jeunesse éternelle ignore que sa seule et unique rivale a été formée à l’art de la guerre par le chasseur qu’elle avait elle-même envoyé pour la capturer. Alliant leurs forces, Blanche-Neige et le chasseur vont fomenter une rébellion et lever une armée pour reconquérir le royaume de Tabor et libérer son peuple du joug de l’impitoyable Ravenna.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Blanche neige et le chasseur réécrit l'histoire des frères Grimm qui a bercé notre enfance. Bien qu'il faille un certain temps pour accepter que l'histoire ait été changée, on finit par se laisser prendre par cette histoire de Blanche neige guerrière. Cependant, il est nécessaire de noter que d'un point de vue analytique, quelque chose dérange. On a du mal à croire à cette jeune fille représentation de l'innocence la plus pure en guerrière car il y a quelque chose de fondamentalement opposé entre la pureté de Blanche neige et son côté guerrier.

Mais bon, on se laisse porter par l'histoire de Ravenna, la reine sorcière sur les bords dont l'histoire est bien plus intéressante que celle de Blanche neige. En effet, alors que le voyage de Blanche neige devrait être initiatique et que l'on devrait logiquement la voir évoluer, il n'en est rien. Au moment même la jeune fille sort de sa prison, elle se découvre une âme de combattant et de survivante et ça ce n'est pas donné à tout le monde ! En revanche, l'histoire de Ravenna liée à son frère est intéressante même si elle reprend l'histoire de la Comtesse Bathory. Charlize Theron incarne à merveille cette sorcière qui refuse de vieillir et qui veut s'imposer en tant que femme, ce qui confère au film un aspect féministe si on veut le voir ainsi. Les thèmes de la beauté éphémère, du temps qui passe sont à peine abordés. Ainsi, même dans le face à face final, le réalisateur ne prend pas la peine de confronter la reine et Blanche Neige sur ce qui les oppose : la vieillesse pour l'une/ la jeunesse pour l'autre et etc

Blanche Neige et le chasseur

Mais le problème essentiel du film réside dans la mise en scène. Le film de Rupert Sanders croule sous les références sans jamais parvenir à les assumer et à les intégrer parfaitement dans son film. Ainsi, le cerf esprit de la forêt rappelle étrangement le cerf de Princesse Mononoké et Hayao Miyazaki. Utiliser des références comme clin d'œil fait toujours plaisir aux spectateurs qui les reconnaissent mais dans le cas présent, les références constituent le centre même d'une scène et ne sont plus de simples influences. Cela a pour conséquence directe de priver le film de mythologie propre et d'âme tout simplement. En effet, on ne sent pas d'univers propre à cette Blanche Neige d'un nouveau genre.

Blanche Neige et le chasseur

Le manque d'émotion et le manque de suspense portent atteinte au film. Le triangle amoureux dont le chasseur sortira vainqueur est prévisible dès le début du film et c'est vraiment dommage car toutes les stratégies mises en place pour nous mener au dénouement de cette histoire tombent à l'eau et font place à l'ennui. Le manque d'émotion témoigne de l'échec du film à apporter une dimension épique au récit.

Blanche Neige et le chasseur

Ni bon, ni mauvais, Blanche Neige et le chasseur a le mérite d'être un bon divertissement aux effets spéciaux soignés et assez impressionnants dont il ne sort rien si ce n'est une histoire pleine d'énergie. Il est vraiment regrettable que les matériaux présents dans le film aient été si mal utilisés sans quoi le film aurait pu être bien meilleur.

Erin

 
 
 

Photos du film :