Réalisé par : Seung-wook Byeon
Avec : Min-Young Park, Dong-wook Kim, Da-eun Sin, Ye-ron Kim, Min-jae Kim
Sur un scénario de : Seung-wook Byeon avec une musique de :
Genre : Horreur
Film Sud Coréen réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
So-yeon est toiletteuse dans une animalerie. Un jour, suite au décès de l’un de ses clients, elle se voit dans l’obligation de recueillir un chat persan prénommé Silky. Désormais des images d’une petite fille aux yeux de chat hantent en permanence Soyeon et bouleversent sa vie. Ces apparitions, ainsi que les miaulements plaintifs poussés par Silky, semblent liés à l’étrange hécatombe qui touche les proches de Soyeon, assassinés les uns après les autres. Terrifiée à l’idée d’être la prochaine victime, Soyeon décide de rechercher l’identité de la mystérieuse petite fille avec l’aide d’un policier, Junseok.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

La figure du chat en Asie

Au Japon, le chat est considéré comme un animal de mauvaise augure. On dit que c'est un animal proche des femmes car il est capable de prendre leur forme humaine. Le Japon a d'ailleurs développé toute une tradition de films horrifiques autour du chat : le bakeneko.

The cat, film sud-coréen de Seung-wook Byeon, s'inscrit dans cette tradition du film de chat-garou (bakeneko) mais aussi dans la tradition du kaibyo eiga c'est à dire le film de fantôme dans lequel un chat boit le sang de son maître pour pouvoir le venger.

The Cat joue sur ces traditions et tente dans un sens de les réinventer. Ici, le chat ne boit pas directement le sang de son maître pour pouvoir le venger après la mort. Dans The Cat, la connexion entre les chats et la mystérieuse petite fille est d'ordre sentimental.

The Cat

Claustrophobie

Bien que le réalisateur mette beaucoup de temps à établir un lien entre la claustrophobie dont souffre So-yeon et les évènements, le lien est intéressant puisque la petite fille tombée dans une cuve finit ses jours dans le noir, ce qui est particulièrement effrayant pour une enfant. De plus, être enfermé dans l'obscurité rappelle l'image de mourir enterré vivant, image particulièrement terrifiante.

Notons tout de même que Seung-wook Byeon utilise la figure de l'enfermement à plusieurs reprises comme source potentielle d'angoisse. Ainsi, il joue avec les ascenseurs, les pièces fermées et les lieux clos.

The Cat

Cruauté envers les animaux

La cruauté animale est un thème sous-jacent du film. Le thème est rendu explicite grâce au refuge. En effet, dans ce refuge sévit un psychopathe tueur de chats. Le salon de toilettage peut aussi être vu comme un lieu de torture dans le sens où les clients sont prêts à toutes les folies pour leurs animaux. Certains clients vont même jusqu'à maquiller leurs animaux, ce qui peut affecter leur pelage. Enfin, il y a ces personnes désespérées par les miaulements des chats qui décident de condamner la chaudière et donc d'emmurer vivants ces malheureuses bêtes. Même s'il est précisé qu'aucun animal n'a été blessé pendant le tournage, Seung-wook Byeon a fait l'effort honorable de faire tourner au maximum des chats dressés, ce qui produit un effet de réel rendant le film encore plus angoissant.

Cette cruauté est le moteur principal de Hee-Jin qui va se retrouver prisonnière tout comme les chats avec lesquels elle s'amuse.

The Cat

Conclusion

En se servant des codes du bakeneko et du kaibyo eiga, The Cat est un bon divertissement relativement angoissant même si les apparitions sont assez prévisibles. Notons tout même que la fin du film qui fait explicitement référence à Dark Water d'Hideo Nakata est émouvante, ce qui permet au film de terminer sur un bon point.

Erin

 
 
 

Photos du film :