Réalisé par : James Watkins
Avec : Daniel Radcliffe, Sophie Stuckey, Ciarán Hinds, Janet McTeer
Sur un scénario de : Jane Goldman avec une musique de : prénom du compositeur nom du compositeur
Genre : Horreur
Film Britannique réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Arthur Kipps, jeune notaire à Londres, est obligé de se rendre dans le petit village perdu de Crythin Gifford pour régler la succession d'une cliente récemment décédée. Dans l'impressionnant manoir de la défunte, il ne va pas tarder à découvrir d'étranges signes qui semblent renvoyer à de très sombres secrets. Face au passé enfoui des villageois, face à la mystérieuse femme en noir qui hante les lieux et s'approche chaque jour davantage, Arthur va basculer dans le plus épouvantable des cauchemars…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Dès la scène d'ouverture, La dame en noir impose une atmosphère glaçante. Ainsi, le spectateur est introduit dans une pièce où jouent tranquillement trois petites filles. Soudain, et dans un calme inquiétant, elles se lèvent, ouvrent la fenêtre et sautent dans le vide. Le décor est planté.

La Dame en Noir

Au delà d'une simple histoire de fantômes, La dame en noir propose une réflexion sur la mort et le deuil. Ainsi, Arthur Kipps ne s'est jamais remis de la mort de son épouse alors qu'elle donnait naissance à leur fils. Jennet Humfrye, la dame en noir n'est pas non plus parvenue à faire le deuil de son fils mort enseveli dans le marais. C'est sans aucun doute ce qui va pousser Arthur Kipps à s'intéresser un peu plus à l'histoire de la jeune femme qui s'est donnée la mort après avoir perdu son fils.

Dans La dame en noir, la mort est tapie dans l'ombre prête à frapper n'importe qui, n'importe quand. Ainsi, les morts violentes d'enfants se multiplient à Crythin Gifford. On apprendra plus tard que Jennet Humfrye inconsolable s'était donnée pour mission de séparer les enfants de leurs parents afin de les faire souffrir, comme elle avait pu souffrir de son vivant. En effet, Jennet Humfrye avait été privée de son fils par sa propre soeur. Lors d'un tragique accident, Jennet a vu de sa fenêtre son fils mourir et a bien vu que sa soeur n'a rien fait pour sauver l'enfant.

La Dame en Noir

James Watkins a fait le choix de se concentrer sur l'atmosphère du film qu'il parvient à rendre glaciale. Le brouillard, le jeu des miroirs, le jeu sur les lumières et les ombres, les prises de vue de loin qui permettent de ne pas trop en dévoiler et un superbe travail sur la musique sont autant de moyens judicieux qui permettent de créer une atmosphère angoissante. Le film offre également quelques beaux sursauts.

La Dame en Noir

La fin du film promet un joli rebondissement et une bonne dose de mélancolie. Ainsi, Arthur Kipps se jette sous les rails d'un train pour sauver son fils attiré sur les rails par la dame en noir. Deux interprétations de cette fin sont possibles. Dans un premier temps, l'on peut comprendre que la dame en noir n'arrêtera jamais de se venger (je ne pardonnerai jamais hurle-t-elle dans la maison) et a attiré le fils de Kipps comme n'importe quel autre enfant. Mais en se jetant sous le train, Arthur Kipps va empêcher son fils de se retrouver seul dans la mort et donc de rejoindre la dame en noir. On peut aussi penser que la dame en noir, qui reste inconsolable, est reconnaissante de ce que Arthur Kipps a fait pour son fils. En effet, il a risqué sa vie pour déterrer le cadavre du petit garçon prisonnier des marais. Peut-être alors que la dame en noir a donné la possibilité à Arthur d'être enfin heureux mais dans la mort. Cette théorie est plausible dans le sens où hanté par les souvenirs de sa femme, Arthur sourit pour la première fois du film une fois mort.

Daniel Radcliffe parvient à se détacher du rôle qui l'a rendu célèbre Harry Potter. Seul la plupart du temps du film, il porte véritablement le métrage sur ses épaules notamment lorsqu'il reste seul toute la nuit à El Marsh.

La Dame en Noir

Entre émotions et frissons, La dame en noir signe donc le retour des mythiques studios de la Hammer.

Erin

 
 
 

Photos du film :