Réalisé par : John Carpenter
Avec : Sam Neill, Julie Carmen, Jürgen Prochnow, David Warner
Sur un scénario de : Michael De Luca avec une musique de : John Carpenter Jim Lang
Genre : Horreur
Film Américain réalisé en 1994

 

 

Synopsis du film :
Pour retrouver un auteur de best-sellers d'épouvante brusquement disparu, John Trent, détective, va pénétrer dans l'univers romanesque et épouvantable de l'écrivain.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

L'antre de la folie apparaît comme un hommage à l'écrivain américain H.P Lovecraft. La figure de l'écrivain apparaît sous les traits de Sutter Cane, cet écrivain mystérieux qui écrit des romans d'horreur qui rend les lecteurs accros.

L'influence de Lovecraft se ressent notamment dans l'univers décrit par John Carpenter. Comme dans les fictions de Lovecraft, le monde "normal" est en réalité peuplé de créatures invisibles et tapies dans l'ombre depuis des années. Elles attendent patiemment leur jour pour se révéler. C'est exactement ce qui se passe dans L'antre de la folie avec la sortie du dernier roman de Sutter Cane. Difficile tout de même de ne pas penser à l'auteur à succès Stephen King lorsque l'on voit le succès des romans de Sutter Cane et son univers terrifiant !

L'antre de la folie

Alors que John Carpenter semble bel et bien signer un film à comprendre au premier degré, il s'amuse volontiers à mélanger réalité et fiction, ce qui est, avouons-le, assez déstabilisant au début. Mais au delà de cela, Carpenter propose une véritable réflexion sur la réalité. Est ce que ce que nous connaissons comme étant la réalité est la réalité ? Est-ce que ma réalité est la même que celle des autres ? Linda Styles qui travaille dans l'édition qui publie les romans de Sutter Cane semble avoir une semblant de réponse. Et si tout était une question de point de vue ? En effet, mon point de vue sur la réalité ne correspond pas nécessairement à la réalité telle que les autres la perçoivent.

L'antre de folie est un film sur l'inversion des réalités. Ainsi, notre réalité et celle de John Trent devient par contamination des livres de Sutter Cane la fiction et vice et versa. La fiction de Sutter Cane devient alors la nouvelle réalité. Ainsi, les fous ne sont plus ceux que l'on croit mais ceux qui résistent à cette nouvelle réalité comme le très rationnel John Trent. C'est sans doute pour cette raison que le personnage est si attachant. Sa solitude liée à sa résistance face à cette inversion le lie aux spectateurs.

John Carpenter joue sur une peur bien connue. N'y a-t-il rien de plus frustrant de dire quelque chose dont on est sûr sans que personne ne vous croit ? John Trent est l'une de ces victimes. Considéré comme fou parce que le sens des réalités a changé, il est en fait dans une autre réalité. Bien que le film ne regorge pas de scènes effrayantes, L'antre de la folie est un film angoissant car l'on ne sait pas quelles horreurs a pu mettre en scène Sutter Cane.

L'antre de la folie

Il est intéressant de noter que John Carpenter ait donné une dimension religieuse au démoniaque Sutter Cane. Reclus dans une église, il prépare son plan d'attaque pour détruire la civilisation. Sutter Cane apparaît comme une sorte de Dieu créateur et destructeur tout puissant qui au fil de son écriture change le cours du monde. La scène la plus révélatrice à ce propos est sans aucun doute celle où John Trent se trouve à bord d'un bus et voit tout en bleu parce que Sutter Cane en a décidé ainsi. On pense aussi à la scène où un homme se tue parce que, dit-il, c'est écrit, ou encore à celle où John Trent tente de fuir Hobb's end en voiture mais est sans cesse ramener au point de départ.

Cette perte totale du libre arbitre est sans doute la source principale de la peur dans L'antre de la folie. N'y a-t-il rien de plus effrayant que de lutter contre quelque chose contre lequel l'on ne peut rien ? C'est sans doute cette fatalité accentuée par le fait que Linda Styles ait lu le livre de Cane et sache ce qui va se produire est absolument terrifiante. Par exemple, l'on sait que la gérante de l'hôtel est une tueuse. Pourtant, lorsque l'on arrive à l'hôtel de Hobb's end, rien dans son apparence ne semble indiquer que cette vieille dame soit dangereuse. Quelques scènes plus tard, c'est avec une hache qu'elle frappera son mari.

John Carpenter se sert donc de ce procédé et annonce ce qui va arriver, ce qui permet de créer une attente chez le spectateur.

Erin

 
 
 

Photos du film :