Réalisé par : Nanni Moretti
Avec : Nanni Moretti, Dario Cantarelli, Nicola Di Pinto, Alessandro Haber, Laura Morante, Gigio Morra, Remo Remotti, Claudio Spadaro
Sur un scénario de : Nanni Moretti avec une musique de : Franco Piersanti
Genre : Comédie
Film Italien réalisé en 1981

 

 

Synopsis du film :
Michele est un jeune cinéaste à succès. Gigio Cimino, un talent émergent qui imite Michele et que Michele méprise cordialement. Mais il découvre que son producteur s'apprête à produire, en même temps que La Mamma di Freud, son prochain film, le projet de Cimino : une comédie musicale sur Mai 68. Le mépris se transforme alors en guerre sans merci. Un combat entre les deux réalisateurs est orchestré par la télévision italienne...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Michele Apicella : deux en un

Comme l'indique le titre (Sogni d'Oro, littéralement rêves d'or, mais qui vient en réalité de l'expression fais de beaux rêves), une partie du film est constituée par les rêves et cauchemars de Michele. Même s'il n'y a pas de réelle différence entre les scènes réelles et les rêves, il est pourtant possible de faire la différence entre les deux. Dans la vie quotidienne, Michele porte une moustache alors que dans ses rêves il est barbu. L'absence de réelle coupure entre les rêves et la réalité nous mène à nous interroger sur l'état mental de Michele. Fait-il la différence entre ses rêves et la réalité ?

Ce qui est certain c'est que Michele n'est pas entièrement satisfait par la vie qu'il mène. La souffrance que lui demande son travail, ses problèmes relationnels avec les femmes et son absence de vie amoureuse sont parfois trop difficile à supporter. Plus le film avance, et plus Michele réclame des pauses et se réfugie dans ses rêves qui ne tarderont pas à devenir des cauchemars.

Sogni d'oro

Ainsi, toute son histoire d'amour avec Silvia n'est qu'un fantasme. Mais les rêves ne suffisent pas à combler un manque d'affection. Comprenant que la femme qu'il convoite lui échappe, Michele transforme ses rêves en cauchemars dans lesquels Silvia s'éloigne et part pour l'Amérique du Sud. Le manque de relation sentimentale va d'ailleurs atteindre son apogée lorsque Michele doit parler de sa vie sexuelle à la télévision. La manière très théorique de Michele d'aborder les relations sexuelles traduit un manque évident de relation amoureuse.
Michele est-il toujours un autarcique qui n'a pas de place pour une femme dans sa vie ? Possible. Mais surtout Michele est accaparé par son travail. Toutes les scènes ne mettant pas en scène les rêves de Michele montrent le jeune homme travailler sans relâche quitte à oublier toute vie sociale.

Insatisfait de sa vie familiale (sa mère ne le regarde plus comme un enfant), de sa vie amoureuse inexistante, Michele fait ressortir toute ses frustrations dans des accès de violence notamment envers son assistant et sa mère.
Enfin, le refoulé mène à un dédoublement de la personnalité de Michele à la Dr Jekyll et Mr Hyde.

Les femmes

Michele ne semble pas entretenir une relation saine avec les femmes. En réalisant La mamma di Freud (La maman de Freud), il montre que le complexe d'Oedipe est un sujet important pour lui et le personnage de Freud interprété par Remo Remotti apparaît un alter ego de Michele Apicella lui-même.  Les scènes extraites du film de Michele ne sont pas sans rappeler certaines scènes de la vie réelle de Michele. Ainsi son personnage essaie d'attirer l'attention de sa mère en mimant Mickey et ne peut s'endormir sans une chanson et un bisou de sa maman. Michele n'est pas très loin de cette situation. L'on voit donc Michele se rendre dans le salon où sa mère regarde la télévision et essayer d'attirer son attention comme le ferait un jeune enfant. En dépit de ce besoin d'affection, Michele est capable de frapper sa mère.

Sogni d'oro

La présence importante des rêves, la figure de Freud relient Michele au complexe d'Oedipe. En effet, Freud a théorisé le complexe d'Oedipe pour la première fois dans L'interprétation des rêves (1900). Il y explique que les rêves se situent entre le présent et le passé. C'est très exactement dans cette situation que se situe Michele.
Il est intéressant de noter que Freud lie le complexe d'Oedipe au complexe de castration. Ce complexe de castration est peut-être évoqué dans Sogni d'Oro au moment du débat où quelqu'un se demande si Michele ne préfère pas les hommes.

Cette relation à la mère a forcément des conséquences sur les relations de Michele avec les femmes. Ainsi, Silvia n'apparaît que dans les rêves de Michele qui se retrouve en mauvaise posture lorsqu'il s'agit d'aborder le sexe.

Le cinéma

Nanni Moretti n'est pas tendre avec le milieu professionnel auquel il appartient.

En dépit du comportement de Michele, le jeune homme est parfois touchant. En effet, le réalisateur semble être en pleine remise en question. Qu'est ce que cela signifie faire du cinéma ? Créer une œuvre ? Pour qui fait-on les films ? Cette dernière question tient une place importante dans Sogni d'oro. En effet, à chaque fois que Michele se rend dans un cinéma pour présenter son film, on lui reproche de ne pas représenter la jeunesse telle qu'elle est réellement, de ne filmer que des riches et donc de ne pas s'intéresser au peuple : au berger des Abruzzes, au paysan de Lucanie, à la ménagère de Trévise. Peut-on représenter son milieu bourgeois et conquérir un public plus populaire ? C'est ce que suggère la présence des trois personnages; le berger, le paysan, et la ménagère, dans le cinéma. Cependant, il faut reconnaître que pour son troisième long-métrage, Nanni Moretti ne semble pas trop savoir quoi faire de ces personnages.

Sogni d'oro

La remise en question passe aussi par tout le processus créatif : l'écriture du scénario, la validation du projet par un producteur, le tournage et la direction d'acteurs qui s'emportent parfois un peu trop mais aussi les compromis permettant la réalisation d'un film. Ainsi Gigio Cimino accepte de tourner un film à la mode : un musical.
Moretti se moque volontiers des films à la mode dans les années 1980 et joue sur les clichés. Ainsi, l'histoire d'amour contient tous les stéréotypes du film de l'époque : le professeur tombe amoureux de l'une de ses élèves par exemple.

Même si l'on perçoit dans Sogni d'oro les prémisses de la critique de la presse, le film s'attaque plus au public. Que veut le public ? Un réalisateur doit-il se conformer aux attentes de son public ou être fidèle à sa vision des choses ?
Le public apparaît ici comme une masse informe qui a le droit de vie et de mort sur les films diffusés en salles. Pourtant, la crise du cinéma est bien présente et le public déserte les salles comme le montre une scène où des mannequins inexpressifs remplacent les spectateurs dans les sièges. La critique de Moretti va plus loin. Il fait dire au gérant du cinéma qu'il est difficile de remplir ces grandes salles.

Sogni d'oro

Le film n'est pas tendre avec le public qui semble séduit par la vulgarité de Michele Apicella. Adepte du type d'émission de télévision à laquelle participe Michele, le public aime voir deux personnes se battre pour "l'honneur" quitte à se ridiculiser. Il aime cette télévision commerciale qui exacerbe l'individualisme de l'homme et qui le rend vulgaire et prétentieux. Lâché par le public, Michele leur lance un "pubblico di merda" qui n'a aucun effet. Ce n'est sans doute plus assez vulgaire pour les choquer. 

Conclusion :

Se concluant sur un cri d'angoisse lié à la mort, Sogni d'oro est un film riche et foisonnant de détails. Prix spécial du jury à la Mostra de Venise 1981, il faut reconnaître que le film connaît quelques problèmes liés aux premiers films. Débordé par son énergie qu'il a parfois du mal à canaliser, Sogni d'oro souffre parfois d'un manque de structure qui ne gâche en rien le plaisir de redécouvrir l'un des premiers films du réalisateur transalpin.

Erin

 
 
 

Photos du film :