Réalisé par : Ken Loach
Avec : Paul Brannigan, John Henshaw, Gary Maitland
Sur un scénario de : Paul Laverty avec une musique de :
Genre : Comédie
Film Britannique réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
A Glasgow, Robbie, tout jeune père de famille, est constamment rattrapé par son passé de délinquant. Il croise la route de Rhino, Albert et la jeune Mo lorsque, comme eux, il échappe de justesse à la prison mais écope d'une peine de travaux d'intérêts généraux. Henri, l'éducateur qu'on leur a assigné, devient alors leur nouveau mentor en les initiant secrètement… à l'art du whisky ! De distilleries en séances de dégustation huppées, Robbie se découvre un réel talent de dégustateur, bientôt capable d'identifier les cuvées les plus exceptionnelles, les plus chères. Avec ses trois compères, Robbie va-t-il se contenter de transformer ce don en arnaque - une étape de plus dans sa vie de petits délits et de violence ? Ou en avenir nouveau, plein de promesses ? Seuls les anges le savent…

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Prix du jury au dernier Festival de Cannes (2012), La part des anges est une comédie sociale comme seul Ken Loach sait en faire. Toujours aussi engagé, Ken Loach raconte l'histoire de Robbie un jeune écossais délinquant en pleine rédemption. En effet, comme le montre le flash-back, le jeune homme est capable d'une violence extrême. Ses actes lui valent donc des travaux d'intérêts généraux durant lesquels il va rencontrer Harry un instructeur qui va croire en lui et une bande d'amis pas vraiment comme les autres.

La part des anges

Contrairement à ce que l'on a pu entendre ici et là, La part des anges n'est pas à mon sens un film mineur du grand Ken Loach. Dans la lignée de Sweet Sixteen ou Raining Stones, le film s'intéresse une nouvelle fois à des personnages venus du peuple et qui connaissent des problèmes de la vie quotidienne. Ainsi, le parcours de Robbie n'a rien d'exceptionnel. Issu de la classe populaire, Robbie a été entraîné dans la spirale de la violence et de la petite délinquance. La rédemption semble pourtant proche. Jeune père, il tente de retrouver un semblant de vie normale très perturbée par la famille de sa fiancée qui ne veut pas de lui et qui trempe dans de sombres affaires. L'avenir de Robbie n'est donc pas des plus radieux. Alors qu'il subit des pressions de la part de sa belle-famille pour quitter la ville et sa petite famille, Robbie résiste et tente de se réinsérer. Sans diplôme et avec un casier judiciaire,les chances de Robbie de se réinsérer semblent bien minces. Pourtant, il va saisir une opportunité unique qui lui permettra de prendre un nouveau départ dans la vie.

La part des anges

Ce nouveau départ s'intitule la part des anges c'est à dire le whisky évaporé des tonneaux. Un bien joli nom pour commencer une nouvelle vie. Ce titre aussi mystérieux que poétique correspond parfaitement au personnage de Robbie. Ce jeune homme tombé dans la délinquance a beau avoir une gueule d'ange, il a commis des actes de violence atroces qui vont l'empêcher d'avancer. Catalogué comme un "bon à rien", comme un jeune délinquant sans espoir, Robbie tente pourtant de s'en sortir envers et contre tout. Robbie va donc utiliser son don de reconnaissance des whisky pour pouvoir faire une dernière magouille, proche d'un casse. Dérobant un rare whisky qu'il va remplacer par un whisky classique, Robbie apparaît alors comme un Robin des Bois moderne qui vole aux riches pour donner aux pauvres modernes c'est à dire les laissés pour compte par la société. C'est là que la patte de Ken Loach intervient. Alors que toute cette histoire peut paraître bien banale, le réalisateur montre que la société n'offre à Robbie aucun autre moyen de commencer une nouvelle vie. Même si le parcours de Robbie est particulier, nombreux seront les jeunes spectateurs à se reconnaître dans cette jeunesse sacrifiée par les sociétés actuelles.

Le film joue sur les idées reçues, ce qui contribue à l'humour inhérent au film. Ainsi, Albert, l'un des amis de Robbie est franchement maladroit et inculte, il n'en est pas moins rusé et intelligent. En effet, l'intelligence et le savoir n'ont pas grand chose en commun. N'ayant reçu qu'une instruction minimale, Robbie et ses amis se servent de leur intelligence pour mener à bien leur projet.

La quête de Robbie et de ses amis vers une nouvelle vie s'apparente à un voyage en voiture et à pied. En tenue traditionnelle (le fameux kilt), Robbie apparaît comme un leader qui mène ses amis vers un avenir meilleur. En menant son petit groupe, Robbie apprend à diriger et dans un sens à devenir père de famille.

La part des anges

Le désir de s'en sortir de Robbie va au delà de l'histoire personnelle. En étant devenu père, il comprend que le destin de son fils est similaire au sien s'il ne change pas le cours des choses. Condamné par la société à ne pas sortir de son milieu social, le destin du fils de Robbie est tout tracé : échec scolaire, petite délinquance, chômage.

La part des anges respire l'Écosse. Écrit par le scénariste d'origine écossaise Paul Laverty, le film rend hommage à la culture écossaise. Le whisky est décrit comme un art, le kilt est fièrement porté et le voyage de Robbie et ses amis se fait au son des Proclaimers, un groupe écossais (I'm gonna be 500 miles).

En dépit de la bonne humeur ambiante et de l'humour très présent dans le film, La part des anges est un film sérieux qui s'intéresse à des problèmes de société. La fin du film est relativement ambiguë dans le sens où même si Robbie parvient à s'en sortir, si l'on considère que la chance lui sourit enfin et qu'il va se réinsérer, ses amis eux vont rapidement gaspiller tout leur argent et recommencer leurs frasques. Ainsi, le film peut-être perçu comme une réflexion sur l'action collective et l'action individuelle.

Erin

 
 
 

Photos du film :