Réalisé par : David Cronenberg
Avec : James Woods, Sonja Smits, Deborah Harry, Peter Dvorsky
Sur un scénario de : David Cronenberg avec une musique de : Howard Shore
Genre : Horreur
Film Canadien réalisé en 1983

 

 

Synopsis du film :
Le patron d'une petite chaîne érotique sur le câble capte par hasard un mystérieux programme-pirate dénommé Vidéodrome, qui met en scène tortures et sévices sexuels. Son visionnage provoque peu à peu des hallucinations et autres altérations physiques. La frontière entre réalité et univers télévisuel devient bien mince, et la folie guette...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Dès 1983, David Cronenberg tel un visionnaire avait eu cette terrible vision de ce qu'allait devenir la télévision et de la place qu'elle allait occuper dans nos vies. Écran sur le monde, l'écran de télévision placé confortablement dans nos foyers entre dans nos vies intimes. Le propos de Videodrome c'est justement de montrer que la télévision a le pouvoir de dicter nos envies parfois insoupçonnées, nos pulsions les plus terribles et etc ... Max Renn, directeur d'une chaîne de télévision diffusant des pornos soft va en faire les frais. A partir du moment où il visionne Videodrome, il devient complètement obsédé par le programme. Les images hantent son esprit. Le débat reste cependant ouvert : la télévision permet-elle d'assouvir toutes les envies du spectateur ou n'est-elle que le reflet des envies de ce dernier ? En effet, les programmes diffusés sont crées et choisis par des êtres humains et non par la télévision elle-même. La télévision serait alors révélatrice des désirs du spectateur.

Videodrome

David Cronenberg va beaucoup plus loin et mêle habilement le thème de la télévision et de ses dérives à un autre thème qui traverse nombreux de ses films : la transformation du corps humain. Tel un scientifique, il observe comment le corps humain supporte les influences de la télévision. Le résultat est inquiétant. Le réalisateur canadien a choisi de montrer que l'écran de télévision est comme une partie intégrante du corps humain ou plutôt une excroissance, un prolongement de l'homme lui-même. Ainsi n'entend-t-on pas dans le film le professeur O'Blivion dire : " L'écran de télé est devenu la rétine des yeux de l'esprit".

A partir de ce triste constat, la frontière entre la réalité et le virtuel est plus fine que jamais. Si l'écran de télévision remplace la rétine des yeux alors où se situe la réalité ? La réalité provient-elle de ce que montre la télévision ? Comme Max Renn le constatera, la frontière entre la réalité et le virtuel peut être rapidement franchie. Et une fois franchie, il est difficile voire carrément impossible de revenir en arrière et de distinguer le réel du non-réel.

Videodrome

Mais si l'homme a conscience des pouvoirs dangereux de la télévision, pourquoi ne s'en méfie-t-il pas davantage ? La télévision semble avoir un pouvoir fascinant. L'immatérialité des images permet de figer un instant, un homme dans un moment précis et de le faire vivre pour toujours. A chaque fois que quelqu'un visionne une vidéo, les personnes, les lieux et etc apparaissant dessus revivent pour le spectateur. Cette idée rejoint que certains acteurs sont immortels puisque même après leur mort, l'on ne cesse pas de voir encore et encore certains de leurs films. Cette idée est parfaitement illustrée par l'histoire du professeur O'Blivion qui décédé depuis un certain temps continue à vivre à travers les centaines de vidéos qu'il a enregistré. A travers ces vidéos, il explique à Max Renn ce qu'est Videodrome et ce qu'il faut faire.

A partir du moment où l'écran de télévision est capable de prendre le contrôle sur l'homme, alors il est tout naturel de se poser la question de l'identité. Si l'on suit à la lettre les instructions d'une personne ou d'un écran de télévision, où est passée notre identité ? Est-elle toujours présente au fond de nous ? A-t-elle disparu ? Existe-t-elle vraiment quelque part ? Max Renn est complètement manipulé. Ainsi, la vidéo Videodrome ne lui a pas été montrée par hasard. Lassé des pornos soft, il était prêt à assumer plus de violence et plus de sexe. Lorsqu'il visionne Videodrome, il est immédiatement obsédé par les images qu'il voit. En revanche, la vidéo n'a pas le même effet sur lui que sur certains autres "cobayes" devenus fous. Le nom du professeur O'Blivion est également révélateur à ce sujet. En anglais, oblivion signifie "oubli" ou encore "néant". Spécialiste des médias, le professeur a-t-il oublié sa véritable identité ? Cela est possible dans le sens où O'Blivion n'est même pas son vrai nom mais un pseudonyme. En effet, à l'heure d'Internet, que signifie un pseudonyme ? Qui se cache derrière un pseudonyme ? La personne derrière le pseudonyme a-t-elle réellement une identité ? Le pseudonyme existe-t-il en dehors de son propriétaire ?

Videodrome

Videodrome pose également la question du contenu des vidéos que nous voyons. Ainsi, lorsque l'on visionne un film d'horreur par exemple, l'on sait que tout n'est que fiction, que personne n'a été blessé. C'est d'abord ce que croit Max Renn en voyant Videodrome. Lorsqu'il réalise que le film est un snuff movie c'est à dire un film où tout est vrai, sa vision change. La vidéo a un impact encore plus fort sur lui et il décide de mener son enquête.

Là où Cronenberg frappe très fort c'est en montrant l'addiction que provoque la télévision. Devenue aussi indispensable que la nourriture, des centres comme le Cathode Ray Mission (Mission du rayon cathodique) ouvrent et procurent aux plus démunis des minutes de télévision. En ajoutant cette dimension sacrée à son film, Cronenberg assied la télévision sur un trône.

Videodrome

L'humain quant à lui est désacralisé. Max Renn est réduit à de la chair. Son corps devient malléable. Il est capable de se déformer pour y faire rentrer une arme. Le pistolet devient la prolongation naturelle du bras humain. Videodrome modifie aussi l'esprit de Max qui est pris d'hallucinations au point de ne plus distinguer le réel du non-réel. A partir du moment où Max n'est plus libre de penser par lui-même, il est littéralement fait prisonnier par la vidéo. La vidéo le contrôle au point de le pousser au suicide : "Pour devenir la nouvelle chair, il faut d'abord tuer l'ancienne". Dans cette phrase, il est important de noter la dimension sacrée proche de certaines religions. En effet, en se donnant la mort, Max est convaincu qu'il renaîtra sous une autre forme, qu'il accèdera à une nouvelle chair. Dans un sens, il espère atteindre l'immortalité du professeur O'Blivion.

Erin

 
 
 

Photos du film :