Réalisé par : Ken Scott
Avec : Patrick Huard, Julie LeBreton, Antoine Bertrand, Sarah-Jeanne Labrosse
Sur un scénario de : Martin Petit et Ken Scott avec une musique de : David Lafleche
Genre : Comédie
Film Canadien réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Alors qu'il s'apprête à être père, David Wosniak, éternel adolescent de 42 ans, découvre être le géniteur anonyme de 533 enfants déterminés à le retrouver.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Starbuck pourrait bien être la comédie de l'année 2012.

Avec Starbuck, Ken Scott pose la question de l'anonymat des donneurs de sperme. Dans ce sens, le film s'inscrit dans un débat actuel. Le film ne prétend évidemment pas répondre à cette question complexe. Néanmoins, il envisage les différentes possibilités. Les enfants crées à partir d'un don de sperme doivent-ils connaître leur géniteur ? Sur 533 enfants, seuls 142 veulent connaître leur "père" biologique, ce qui représente un faible pourcentage.

Ken Scott se sert de cette situation initiale pour réaliser une comédie émouvante. En effet, David Wosniak, éternel adolescent, ne semble pas avoir donné son sperme dans le but de permettre à des familles d'avoir des enfants. Sous le pseudonyme de Starbuck, un taureau canadien qui fut un reproducteur exceptionnel, c'est un peu par hasard qu'il allait se masturber dans le clinique de fertilité se trouvant à côté de chez lui.

Starbuck

Qu'est ce que devenir père ? C'est à cette question que le film tente de répondre. En établissant un parallèle entre la grossesse surprise de la petite amie de David Wosniak et la pétition des 142 enfants de Starbuck qui veulent connaître leur géniteur, Ken Scott réussit à soulever bien des questions. Un père est-il seulement l'homme qui a fécondé une ovule ? Un père est-il l'homme qui a élevé un enfant même s'il n'est pas à l'origine de sa création ?

Les 142 enfants de Starbuck ne renient pas leur père, l'homme qui les a élevé mais ont simplement besoin de savoir d'où ils viennent vraiment. Cette interrogation contemporaine est actuellement une préoccupation importante pour nombre de personnes à l'heure de la mondialisation et de l'uniformisation.

A 42 ans, David Wosniak va décider de remettre un peu d'ordre dans sa vie et va donc aller rencontrer les 142 personnes qui demandent à le voir. Sans jamais révéler son identité, il va leur apporter son aide comme une sorte d'ange gardien. Ainsi, l'on réalise que parmi ces personnes désireuses de rencontrer leur "père" biologique, nombreux sont ceux qui ont un manque dans leur vie. C'est peut-être ce qui les rend différents de leurs 391 frères et sœurs qui eux ne souhaitent pas connaître Starbuck. Il est donc assez émouvant de voir cet adulte encore adolescent veiller sur sa progéniture comme un père. Leur rencontre avec David sans même savoir qu'il s'agit de leur père leur apporte un petit plus. Le garçon handicapé se sent un peu moins seul, la toxicomane décide d'en finir avec la drogue, un barman saisit la chance de sa vie pour devenir acteur, un gothique triste se révèle. Starbuck devient David Wosniak, l'adolescent laisse place à l'homme prêt à devenir responsable.

Starbuck

Comme son personnage David Wosniak, Starbuck est un film généreux qui donne sans compter. En effet, l'un des points forts du film est le personnage principal. Attachant, cet adulte qui se comporte comme un adolescent est aussi amusant que touchant. Même s'il a le don de se trouver dans des mauvaises situations, il donne sans compter comme nous le rappelle le père de David lui-même. Son fils n'a pas hésité à amener toute sa famille à Venise pour réaliser le rêve de ses parents.

David a de sérieux problèmes d'argent. Il doit 80 000 $ à des prêteurs qui veulent sa peau. Pour résoudre ses problèmes d'argent, David et son ami qui s'improvise avocat, vont défendre l'anonymat de Starbuck. En gagnant son procès, David récupère donc tout l'argent dont il a besoin pour reprendre sa vie en main. Mais l'histoire ne s'arrête pas là. David qui entre-temps est devenu adulte est désormais tiraillé par le désir d'avouer sa paternité extraordinaire quitte à perdre tout l'argent. La famille fera le reste.

Starbuck

Si Starbuck fonctionne aussi bien c'est sans doute grâce à l'aspect authentique du film. Qu'il s'agisse de David Wosniak ou son ami, le film montre toute la difficulté de devenir père et d'élever ses enfants. Avec honnêteté, il montre qu'être parent ce n'est pas simplement être en admiration devant ses enfants capables de vous mener par le bout du nez.

Starbuck

Feel good movie par excellence, Starbuck qui est servi par deux acteurs exceptionnels Patrick Huard et Antoine Bertrand, est aussi un véritable hymne à la tolérance. Comme le montrent les spécificités culturelles et linguistiques québécoises c'est justement de nos différences que nous tirons toutes nos richesses.

Erin

 
 
 

Photos du film :