Réalisé par : Wes Anderson
Avec : Edward Norton, Bruce Willis, Bill Murray, Kara Hayward, Tilda Swinton, Frances McDormand, Jason Schwartzman
Sur un scénario de : Wes Anderson et Roman Coppola avec une musique de : Alexandre Desplat
Genre : Comédie dramatique
Film Américain réalisé en 2012

 

 

Synopsis du film :
Sur une île au large de la Nouvelle-Angleterre, au cœur de l'été 1965, Suzy et Sam, douze ans, tombent amoureux, concluent un pacte secret et s'enfuient ensemble. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s'approche des côtes et va bouleverser davantage encore la vie de la communauté.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Présenté comme film d'ouverture au Festival de Cannes 2012, Moonrise Kingdom s'intéresse avant tout à l'enfance. Le spectateur est invité à suivre les aventures de Sam et Suzy, deux jeunes enfants amoureux en fugue. Mais que fuient-ils exactement ? Suzy est présentée comme une petite fille perturbée, ce que l'on peut aisément comprendre lorsque l'on découvre sa famille. Aînée de la famille, elle a trois petits frères qui font régner la loi et des parents qui se contentent d'appeler leurs enfants à l'aide d'un mégaphone. Les parents ne semblent pas vraiment proches et la mère a une aventure avec un policier. Sam est immédiatement présenté comme un petit garçon solitaire et rejeté par les autres enfants du camp de scouts. Orphelin, il est présenté comme "psychologiquement instable" du début à la fin du film. A partir de là, l'on comprend que Sam et Suzy fuient un monde qui ne leur correspond pas afin de pouvoir vivre librement leur amour. L'ambiance des années 1960 plane sur ce jeune couple et leur envie irrésistible de liberté.

Moonrise Kingdom

Mais ce qui est intéressant dans le film de Wes Anderson, c'est la confrontation du monde des enfants à celui des adultes. Les enfants apparaissent sûrs d'eux et sont capables de prendre des initiatives. Les adultes quant à eux sont présentés comme assez immatures. Le chef Scout Ward est incapable de surveiller correctement sa troupe. Dans un premier temps, Sam parvient à s'enfuir. Puis, il perd toute sa troupe de scouts partie à la rescousse de Sam. Les parents de Suzy ne semblent pas vraiment s'occuper de leurs enfants. La famille d'accueil de Sam refuse de l'accueillir à nouveau parce que ce dernier a fugué et ne semble pas s'inquiéter le moins du monde pour le petit garçon. Ironiquement, tous les adultes occupent des postes de contrôle où ils ont besoin d'exercer leur autorité. Les parents de Suzy sont avocats. Le capitaine Sharp représente la loi. Le chef Scout Ward est le chef des Scouts Kaki. Pourtant, aucun n'a véritablement le contrôle sur quoi que ce soit. Les parents de Suzy n'ont jamais remarqué la correspondance de leur fille avec Sam et n'ont pas été capables de prévoir la fugue de leur fille. Wes Anderson n'a absolument rien laissé au hasard. Les noms du capitaine Sharp et du chef Scout Ward en disent long sur leur statut. En anglais, "sharp" signifie "affûté" et "ward"  peut signifier "tutelle" ou encore "unité". Ces deux noms ont donc quelque chose à voir avec l'autorité. Wes Anderson va même jusqu'à dépersonnaliser le personnage interprété par Tilda Swinton en la réduisant à son travail : Services Sociaux.
Enfin, l'aspect géométrique et très carré de la maison des Bishop et du camp de scouts contraste fortement avec la forêt désordonnée dans laquelle s'aventure les enfants et montre l'opposition entre le monde carré des adultes et celui des enfants.
En dépit de toutes ces marques d'autorité, Suzy et Sam n'ont eu aucun mal à partir. Leur fugue qui apparaît comme un voyage initiatique permettant le passage de l'enfance à l'âge adulte semble nécessaire pour les enfants. Sans ce voyage qui va leur apprendre à grandir ? Comment consumer leur jeunesse sans vivre des aventures fantastiques ?

Moonrise Kingdom

Moonrise Kingdom contient une dimension spirituelle non négligeable. Tout d'abord, Sam et Suzy se rencontrent lors de la représentation d'une pièce sur l'Arche de Noé. A la fin du film, la tempête se transforme en véritable déluge. Les eaux emportent tout sur leur passage et les habitants sont contraints de se réfugier dans l'église, lieu saint et protégé des eaux. Enfin, lorsque Suzy observe de chez elle ce qui se passe aux alentours, elle utilise des jumelles. Tout en haut de sa maison, l'on a l'impression qu'elle est à bord d'un bateau.

Moonrise Kingdom

Dans les récits religieux, l'arche de Noé permet à l'espèce humaine et aux animaux de survivre. A la fin du film, prêts à commettre l'irréparable, les deux enfants sont sauvés in extrémis. Leur relation est également sauvée par la généreuse proposition du Capitaine Sharp. Mais qu'est ce que l'arche de Wes Anderson a-t-il vraiment permis de sauver et perpétuer ? Peut-être un peu d'innocence et d'amour dans ce monde d'adultes froid et dénué de sentiments.
La dimension spirituelle se retrouve également dans le nom de famille des personnages principaux : Bishop, ce qui signifie en anglais évêque.

Moonrise Kingdom

Wes Anderson signe un film loufoque, poétique et très travaillé. Il accumule les détails pour recréer l'ambiance des années 1960, pour traduire certaines idées seulement par la mise en scène. Même si le réalisateur parvient à présenter une fois de plus les personnages avec originalité, l'on pourra tout de même lui reprocher de ne pas avoir traité les personnages principaux avec la même volonté. Ainsi, le personnage du Capitaine Sharp qui se dévoile tout au long du film, a beaucoup de choses à dire mais n'a pas vraiment l'occasion de s'exprimer. L'on devine qu'il a sans doute été un enfant placé dans les services sociaux et qu'il en a souffert mais nous ne pouvons que le deviner. Les réactions des parents de Suzy sont assez inhabituelles. Le discours tenu par le père à la fin du film est particulièrement étonnant. Pourtant, nous ne saurons pas grand chose d'eux. Si Wes Anderson s'était un peu plus attardé sur les personnages, il est possible que son récit aurait été plus fluide et consistant.

Moonrise Kingdom

Le film se conclut en demi-teinte. Certes, Sam et Suzy sont parvenus à rester ensemble mais tout ne semble pas s'être arrangé pour les membres de la famille Bishop. La dernière scène du film est assez explicite. L'on ne voit que les enfants ensemble réunis dans une pièce. Pas de parents à l'horizon. Le film se conclut sur une musique sur laquelle l'on entend une voix commenter la participation des différents instruments. Au début du film, l'on peut considérer que les différents sons des instruments composant la musique correspondent aux divers membres composant la famille. En les distinguant les uns des autres, l'on montre que la famille comme la musique n'est pas harmonieuse puisque l'on ne parvient pas à entendre la musique seule. A la fin du film, l'on ne parvient toujours pas à écouter la musique sans distinguer les différents instruments qui la composent. Le constat sur la famille Bishop semble très proche de cette musique : désunie.

Moonrise Kingdom

Enfin, l'un des derniers plans du film montre la peinture réalisée par Sam. Il s'agit du lieu où les deux amoureux ont vécu leurs meilleurs moments. Ce paysage naturel est peut-être devenu un paradis perdu emporté par les eaux du déluge. Cette peinture rappelle que les amoureux avaient décidé de fuir dans la nature et de suivre la trace des Chickasaw (les Chicachas en français). Elle contraste avec la ville et le mode de vie urbain en plein développement dans les années 1960. Faut-il y voir un commentaire sur notre soi disant civilisation ?

Erin

 
 
 

Photos du film :