Réalisé par : Michel Gondry
Avec : Gael García Bernal, Charlotte Gainsbourg, Alain Chabat, Miou-Miou, Pierre Vaneck, Emma de Caunes
Sur un scénario de : Michel Gondry avec une musique de : Jean-Michel Bernard
Genre : Comédie dramatique
Film Français réalisé en 2006

 

 

Synopsis du film :
Venu travailler à Paris dans une entreprise fabriquant des calendriers, Stéphane Miroux mène une vie monotone qu'il compense par ses rêves. Devant des caméras en carton, il s'invente une émission de télévision sur le rêve. Un jour, il fait la connaissance de Stéphanie, sa voisine, dont il tombe amoureux. D'abord charmée par les excentricités de cet étonnant garçon, la jeune femme prend peur et finit par le repousser. Ne sachant comment parvenir à la séduire, Stéphane décide de chercher la solution de son problème là où l'imagination est reine...

 
 

Analyse de film :

Critique :

Que l'on ne vienne pas me dire que je suis hermétique au style bien particulier de Michel Gondry. Grande fan depuis longtemps, j'ai toujours suivi la carrière de Michel Gondry de près. Adepte de son style un peu fou et de son esthétique, je ne suis pourtant pas parvenue à accrocher à La science des rêves.

La Science des rêves

Film sans doute le plus personnel de son réalisateur, La science des rêves croule sous l'imagination débordante de Michel Gondry. Multipliant les matériaux qui ont fait son succès, le film souffre d'un scénario trop faible, qui ne permet pas aux spectateurs de suivre les délires du personnage principal. Trop intéressé par la mise en scène et l'esthétique des rêves, Michel Gondry oublie le spectateur qui n'y comprend rien. Cela a pour conséquence de susciter l'ennui et de vite décrocher.
L'originalité ne parvient pas à combler le vide scénaristique. Mais surtout, Michel Gondry ne pose pas les bases de son histoire, si étant donné qu'il y en ait une. Même la petite histoire d'amour entre Stéphane et Stéphanie est si brève qu'elle ne parvient pas à accrocher le spectateur.
Ne vivant qu'à travers leurs rêves ou leur imagination débordante, l'on n'accède jamais vraiment aux personnages eux-mêmes. Les rêves prennent une place considérable et sont immédiatement trop personnels et trop esthétiquement marqués pour permettre aux spectateurs de rentrer dans le film.

La Science des rêves

Gros délire, La science des rêves se veut poétique, loufoque et drôle mais ne parvient que rarement à atteindre ses objectifs. C'est dommage car si le spectateur n'avait pas été laissé pour compte, le film aurait pu être merveilleux. Cependant, il est nécessaire de souligner la difficulté apparente de trouver le bon équilibre entre Stéphane enfermé dans son monde onirique et le public qui n'est peut-être plus habitué à rêver.

Erin

 
 
 

Photos du film :