Réalisé par : Jim Sharman
Avec : Tim Curry, Susan Sarandon, Barry Bostwick, Richard O'Brien, Patricia Quinn, Nell Campbell, Jonathan Adams, Peter Hinwood, Meat Loaf, Charles Gray
Sur un scénario de : Jim Sharman et Richard O'Brien avec une musique de :
Genre : Comédie musicale
Film Américain réalisé en 1975

 

 

Synopsis du film :
Une nuit d'orage, la voiture de Janet et Brad, un couple coincé qui vient de se fiancer, tombe en panne. Obligés de se réfugier dans un mystérieux château, ils vont faire la rencontre de ses occupants pour le moins bizarres, qui se livrent à de bien étranges expériences.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Qu'on se le dise, The Rocky Horror Picture Show de Jim Sharman n'est pas un film comme les autres et laisse à tous les spectateurs qui ont eu l'occasion de le voir un souvenir durable.

Adaptée de la comédie musicale écrite par Richard O'Brien en 1973, The Rocky Horror Picture Show est à la fois un échec commercial et un échec critique lors de sa sortie en salles. Grâce à la mode des Midnight Movies (séances de minuit) née dans les années 1970, le film a droit à une seconde chance et connaît enfin le succès. Le film fait rapidement l'objet d'un culte de la part des fans. Nombreux sont ceux qui jouent le rôle de leur personnage préféré durant la séance.

The Rocky Horror Picture Show

Soyons honnêtes, le scénario tient sur une feuille de papier : Brad et Janet sont en voiture sous un terrible orage lorsqu'un pneu crève. Ils s'approchent alors de la bâtisse la plus proche afin de pouvoir téléphoner mais là rien ne se passe comme prévu. Mais le film se révèle riche d'une tout autre manière. Entre ambiance folle et révoltée appartenant désormais à une époque bel et bien révolue, chansons entraînantes et des images fortes en symboles, The Rocky Horror Picture Show s'insurge contre la morale, les puritains et les conservateurs en abordant ouvertement des thèmes tels que le sexe, la drogue et le rock'n'roll.

The Rocky Horror Picture Show

The Rocky Horror Picture Show fait partie de ces films dont les défauts évidents sont devenus les véritables atouts. Ainsi, les effets spéciaux sont ratés et rappellent les films de science fiction des années 1930 à 1950. Ces derniers ainsi que la plupart des chansons sont de véritables hommages à ces films un peu kitsch mais qui ont souvent laissé des souvenirs mémorables dans nos esprits. Certains détails sont d'ailleurs très explicites. Ainsi, le château n'est pas sans rappelé celui d'un certain Frankenstein, la créature Rocky a été créée de toutes pièces par le scientifique qui s'apparente alors à Frankenstein lui-même, les occupants viennent de la planète Transsexuelle de Transylvanie, région habitée par un certain Comte Dracula, comme dans La Nuit du chasseur de Charles Laughton , les mots "love" et "hate" sont tatoués sur les mains du motard Eddie, la mort du docteur Frank-N-Furter ressemble comme deux gouttes d'eau à celle du mémorable King Kong sur l'Empire State Building. L'on reconnaît Docteur Folamour de Stanley Kubrick grâce au docteur Scott qui circule en fauteuil roulant et qui a un fort accent allemand. La coiffure de Magenta est identique à celle de la Fiancée de Frankenstein. La chanson "Science fiction/double feature" est à elle seule le plus beau des hommages.

The Rocky Horror Picture Show

Michael Renniewas ill the day the earth stood still
=> référence à l'acteur Michael Rennie dans Le Jour où la Terre s'arrêta de Robert Wise (1951)
But he told us where we stand
And Flash Gordon was there in silver underwear
=> référence à Falsh Gordon de Frederick Stephani et Ray Taylor (1936)
Claude Raines was the invisible man
=> référence à l'acteur Claude Raines qui interpréta l'homme invisible dans le film L'homme invisible de James Whale (1933).
Then something went wrong for Fay Wray and King Kong
=> référence à l'actrice Fay Wray qui incarna en 1933, la belle qui fait chaviré le cœur de King Kong, dans le film du même nom et réalisé par Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack.
They got caught in a celluloid jam
Then at a deadly pace it came from outer space
=> référence au film de Jack Arnold (1953)
And this is how the message ran:

Science Fiction - Double Feature
Dr. X will build a creature
=> référence au film Doctor X de Michael Curtiz (1932)
=> référence à Frankenstein
See androids fighting Brad and Janet
Anne Francis stars in Forbidden Planet
=> référence à Planète Interdite de Fred McLeod Wilcox (1956) et à Anne Francis qui joue dans ce film
Oh-oh at the late night, double feature, picture show.

I knew Leo G. Carrollwas over a barrel
=> référence à l'acteur principal de Tarantula
When Tarantula took to the hills
=> référence au film Tarantula de Jack Arnold (1955)
And I really got hot when I saw Janet Scott
Fight a Triffid that spits poison and kills
=> référence à La Révolte des Triffides de Steve Sekely (1962)
Dana Andrewssaid prunes gave him the runes
=> référence à Rendez-vous avec la peur de Jacques Tourneur (1957) et à Dana Andrews qui joue dedans.
And passing them used lots of skills
But when worlds collide, said George Palto his bride
=> référence à Le Choc des mondes de Rudolph Maté (1951)
=> référence à George Pal, réalisateur de La Machine à explorer le temps (1960) et producteur de Le Choc des mondes de Rudolph Maté (1951)
I'm gonna give you some terrible thrills, like a:

Science Fiction - Double Feature
Dr. X will build a creature
See androids fighting Brad and Janet
Anne Francis stars in Forbidden Planet
Oh-oh at the late night, double feature, picture show.
I wanna go, oh-oh, to the late night double feature picture show.
By RKO, oh-oh, at the late night double feature picture show.
=> référence à la RKO, un studio de cinéma spécialisé dans la série B.
In the back row at the late night double feature picture show.

Les personnages sont le point fort du film. Tim Curry interprète le Dr Frank'N'Furter à la perfection. Aussi extravagant que touchant, il est depuis devenu un personnage culte. Et cela peut aisément se comprendre. Personnage ambigu et charismatique, le Dr Frank'N'Furter mène la danse et ce n'est pas pour nous déplaire.

The Rocky Horror Picture Show

Traitant de sujets forts et tabous à l'époque, The Rocky Horror Picture Show donne une envie irrésistible de bouger et communique sa bonne humeur.

Erin

 
 
 

Photos du film :