Réalisé par : Richard Siodmak
Avec : Burt Lancaster, Ava Gardner, Edmond O'Brien, Albert Dekker, William Conrad
Sur un scénario de : Anthony Veiller avec une musique de : Miklós Rózsa
Genre : Film noir
Film Américain réalisé en 1946

 

 

Synopsis du film :
Un soir, dans une petite ville qui traverse la route nationale, arrivent deux inconnus. Ils cherchent quelqu'un. Ce sont des tueurs à gages. Leur victime sera un autre inconnu, Pete Lunn, installé depuis quelque temps dans cette modeste bourgade et qui tient un poste d'essence. Pete Lunn, prévenu de leur arrivée, ne cherche cependant pas à s'enfuir et attend avec fatalisme qu'ils l'abattent. Mais Lunn avait souscrit à une assurance sur la vie. La compagnie d'assurance désigne l'un de ses détectives, James Reardon, pour enquêter sur cette affaire. Interrogeant les témoins et ceux qui ont connu Pete Lunn, Reardon reconstitue le puzzle mystérieux... la vie de Lunn, dit le "Suédois". Cet ancien boxeur a participé au hold-up d'une usine, avec des gangsters. Pourquoi ? Par amour. Mais en faisant connaissance de la trop belle Kitty, Pete Lunn s'est perdu. "Roulé" par les gangsters et par Kitty, il était déjà un mort en sursis après la trahison de celle qu'il aimait. Voilà pourquoi il a attendu la mort avec résignation.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

La fidélité à la nouvelle d'Hemingway

Le film est clairement divisé en deux parties. Ainsi, la scène d'ouverture qui constitue une sorte d'analepse semble très fidèle à la nouvelle écrite par Hemingway. La scène d'ouverture est d'ailleurs le seul matériel adapté à l'écran, puisque tout le reste du film a été inventé à partir de la nouvelle mais ne se trouve pas dans le texte d'origine. La majeur différence que l'on peut noter entre la nouvelle et la scène d'ouverture réside dans la manière dont le meurtre du Suédois est traité. Dans la nouvelle, le meurtre a bien lieu mais aucune ligne ne raconte le meurtre. Dans le film, Siodmak montre le meurtre en multipliant les effets de style (jeu de lumière, ombres). Le personnage de Nick Adams, plus âgé dans le film que dans la nouvelle, est moins présent dans le film que dans la nouvelle. Le lieu où se passe l'action est également différent. La description que Hemingway fait des tueurs ne peut pas être retrouvée dans le film. En effet, alors que l'auteur américain insiste sur la  dualité des tueurs, Siodmak en fait deux personnages bien distincts l'un de l'autre.
Bien que le film semble plus noir que la nouvelle, Siodmak a conservé la plupart du texte d'origine, ce qui permet à la scène d'ouverture d'être très représentative de la nouvelle.

Les Tueurs

Il est difficile de parler d'autres changements puisque la majorité du film n'est pas l'adaptation de la nouvelle d'Hemingway mais un prolongement qui s'efforce de recréer l'histoire du Suédois. Nous allons voir comment le genre choisi (le film noir) par Siodmak a influencé le cours de l'histoire de ce personnage. Pourtant, il est intéressant de noter que Siodmak a su exploiter les éléments du texte pour coller au mieux à l'esprit de la nouvelle. Alors que l'on sait que Ole (le Suédois) est boxeur de profession, le réalisateur d'origine allemande n'a pas hésité à exploiter cet élément pour exprimer le fatalisme inhérent à l'histoire. Ainsi, Siodmak filme une scène de combat de boxe que le Suédois perd, ce qui dans un sens, annonce sa chute inévitable.

Un film noir

Visuellement, le spectateur est immédiatement confronté au film noir. Réalisateur allemand, Siodmak s'est servi de son influence de l'expressionnisme Allemand pour réaliser Les Tueurs. C'est pour cette raison que le jeu sur les ombres et la lumière (utilisation du clair-obscur) est si important dans le film.
Comme dans de nombreux films noirs (Assurance sur la mort de Billy Wilder), l'enquête est mené par un inspecteur pour l'assurance. Il est donc possible que le genre est influencé le choix du personnage menant l'enquête. Après tout, un autre personnage aurait pu enquêter.
Le personnage de Kitty interprété par Ava Gardner est une femme fatale, typique du film noir. La femme fatale est un personnage sensuel qui sait se servir de ses charmes pour attraper dans ses filets un homme. Séductrice, elle est aussi manipulatrice et castratrice. Kitty dans le film, la femme fatale scelle souvent le destin du héros.

Les Tueurs

Conclusion :

Les tueurs semble être une adaptation relativement fidèle de la nouvelle d'Hemingway. Le choix de la structure en flash-backs permet de se rapprocher de l'esprit de la nouvelle écrite par Hemingway. En effet, la nouvelle insiste sur le fatalisme de la situation du Suédois. En choisissant de partir du meurtre, l'aspect fatal dans le sens du fatum est conservé, puisque l'évènement est établi, et que la majorité du film va s'employer à comprendre ce qui a pu mener à cela. En adaptant la nouvelle d'Hemingway pour un film noir, il apparaît naturel que Siodmak ait choisi de créer une femme fatale, responsable du destin du Suédois. L' époque et le genre choisi ont influencé la réalisation de cette adaptation. Ainsi, l'on perçoit des références à la guerre froide, à cette atmosphère mystérieuse et dangereuse.

Erin

 
 
 

Photos du film :