Réalisé par : Yojiro Takita
Avec : Masahiro Motoki, Tsutomu Yamazaki, Ryôko Hirosue, Kazuko Yoshiyuki, Kimiko Yo
Sur un scénario de : Kundô Koyama avec une musique de : Joe Hisaishi
Genre : Drame
Film Japonais réalisé en 2008

 

 

Synopsis du film :
Dans une province rurale du nord du Japon, à Yamagata, où Daigo Kobayashi retourne avec son épouse, après l'éclatement de l'orchestre dans lequel il jouait depuis des années à Tokyo. Daigo répond à une annonce pour un emploi "d'aide aux départs", imaginant avoir affaire à une agence de voyages. L'ancien violoncelliste s'aperçoit qu'il s'agit en réalité d'une entreprise de pompes funèbres, mais accepte l'emploi par nécessité financière. Plongé dans ce monde peu connu, il va découvrir les rites funéraires, tout en cachant à sa femme sa nouvelle activité, en grande partie tabou au Japon.

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Le film s'intéresse à un aspect moins connu de la culture japonaise. Dès le début du film, l'on comprend l'importance des cérémonies funéraires pour la famille du défunt. Tous les gestes sont minutieux et le plus grand respect est accordé aux traditions. En dépit de cette importance accordée aux funérailles, nettoyer et préparer le défunt pour la cérémonie est une activité considérée comme répugnante par la population qui y voit une manière de se souiller.

Departures

Le retour aux origines est abordé de plusieurs manières dans le film. Tout d'abord, l'épreuve de la mort permet aux protagonistes de relier avec les traditions du passé. Le retour à la campagne, pour des raisons financières, est aussi dans un sens un retour aux origines puisque les campagnes japonaises ont été désertées depuis un petit moment. Enfin, Daigo renoue avec ses origines puisqu'il retrouve son père qui l'avait abandonné lorsqu'il était encore enfant.

Le film aborde aussi le thème de la transmission notamment grâce à la relation entre l'apprenti nokanshi (Daigo) et son employeur. Cette relation boucle la boucle, et permet à Daigo de trouver un certain équilibre. En effet, privé de père qui aurait dû lui transmettre des choses sur le sens de la vie, et donc par extension de la mort, Daigo trouve en son employeur une figure paternelle.

Departures

Entre modernité et tradition, le film est typiquement japonais. C'est ce que dit le réalisateur Yojiro Takita «Longtemps les Japonais ont eu l'habitude de la mort chez eux, mais avec la modernité elle s'est éloignée d'eux. Ils ne veulent plus y toucher. C'est pour ça que moi, je voulais y toucher». Malgré une réalisation sobre mais efficace, le film montre parfaitement que préparer le mort avant son dernier voyage relève du domaine de l'art.

Tout en retenue, Departures est un film émouvant. Il n'empêche que le film ne manque pas d'humour, comme en témoigne la scène montrant Daigo s'occuper pour la première fois du corps d'un mort.

Si le film parvient à toucher malgré tout le spectateur occidental, c'est parce que la mort est un sujet universel que tout le monde peut comprendre en dépit de toutes les différentes traditions qui l'entourent de par le monde.

Departures

Enfin, le film est sublimé par la magnifique musique de Joe Hishaishi qui apporte un côté aérien, voire spirituel.

Erin

 
 
 

Photos du film :