Réalisé par : Sofia Coppola
Avec : Scarlett Johansson, Bill Murray, Akiko Takeshita, Giovanni Ribisi, Anna Faris
Sur un scénario de : Sofia Coppola avec une musique de : Kevin Shields
Genre : Drame
Film Américain réalisé en 2003

 

 

Synopsis du film :
Bob Harris, acteur sur le déclin, se rend à Tokyo pour tourner un spot publicitaire. Il a conscience qu'il se trompe - il devrait être chez lui avec sa famille, jouer au théâtre ou encore chercher un rôle dans un film -, mais il a besoin d'argent. Du haut de son hôtel de luxe, il contemple la ville, mais ne voit rien. Il est ailleurs, détaché de tout, incapable de s'intégrer à la réalité qui l'entoure, incapable également de dormir à cause du décalage horaire. Dans ce même établissement, Charlotte, une jeune Américaine fraîchement diplômée, accompagne son mari, photographe de mode. Ce dernier semble s'intéresser davantage à son travail qu'à sa femme. Se sentant délaissée, Charlotte cherche un peu d'attention. Elle va en trouver auprès de Bob...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Ce film que j'ai revu à plusieurs reprises, est et restera, je crois, à tout jamais un mystère pour moi.

Deux âmes égarées se rencontrent lors d'un bref voyage à Tokyo. L'un est un acteur dont la carrière est sur la fin et l'autre est une jeune femme délaissée par son mari photographe. Tous deux américains, ils vont naturellement se rapprocher dans ce pays dont ils ne maîtrisent pas la langue. Comme le montre leur différence d'âge, ces deux personnes n'auraient jamais eu l'occasion de se connaître si l'ennui ne les avait pas poussé l'un vers l'autre. Il n'y a rien de bien original là-dedans.

Lost in translation

Une amitié va naître et va peu à peu même s'orienter vers une histoire d'amour. Tout est évidemment très platonique. Il ne se passe jamais rien. Les sentiments sont confus, car la situation dans laquelle se trouvent les personnages correspond à un instant suspendu. Mais soyons réalistes, en dépit du baiser à la fin du film, il n'y a pas d'histoire d'amour entre Charlotte et Bob. Ils se sont seulement rapprochés parce que leur solitude commençait à devenir insupportable. Pire, comme le comportement de Charlotte le montre, les personnages attendent désespérément que leur vie change et devienne plus intéressante. Or, ni l'un ni l'autre ne se donnent vraiment les moyens de changer. Ainsi, au début du film, Bob repousse les personnes qui veulent discuter avec lui. Enfin, comment s'ennuyer dans une ville comme Tokyo ?

Lost in translation

Film de touriste, Lost in translation n'est pas tendre envers le Japon. Ces deux personnages sont nombrilistes au point de ne pas s'intéresser au pays dans lequel ils se trouvent le temps d'un voyage. En effet, les personnages sont limite agacer d'entendre des Japonais parler japonais. Sofia Coppola limite la culture japonaise aux jeux vidéos, au karaoké et à la publicité. Le film aurait pu se passer dans n'importe quelle autre grande ville. Le problème vient des personnages dont on ne sait finalement rien, si ce n'est qu'ils se sentent perdus, sentiment accru par le fait qu'ils sont dans un pays étranger.

Les américains en prennent aussi pour leur grade. La starlette américaine est complètement inculte. Elle ne se rend pas compte que le mot arexique n'existe pas mais que l'on dit anorexique. Pour plaire aux japonais, elle dit aimer le yoga et le karaté. Or, le yoga ne vient pas du Japon mais d'Inde. Pire, elle dit qu'elle est enregistrée sous le nom d'Evelyn Waugh, qui était un écrivain britannique.

Lost in translation

Le film se veut esthétique mais cette recherche désespérée d'esthétisme devient vite ennuyeuse. Il n'y a absolument aucun intérêt à voir un gros plan sur la petite culotte rose de Scarlett Johansson en guise d'introduction au film. Le thème de l'ennui est remarquablement mis en scène puisque le film parvient à ennuyer le spectateur.

Erin

 
 
 

Photos du film :