Réalisé par : Gus Van Sant
Avec : Alex Frost, Eric Deulen, John Robinson
Sur un scénario de : Gus Van Sant avec une musique de :
Genre : Drame
Film Américain réalisé en 2003

 

 

Synopsis du film :
En ce jour d'automne, les lycéens, comme à leur habitude, partagent leur temps entre cours, football, photographie, potins, etc. Pour chacun des élèves, le lycée représente une expérience différente, enrichissante ou amicale pour les uns, traumatisante, solitaire ou difficile pour les autres. Cette journée semble ordinaire, et pourtant le drame couve...

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Le poids du destin

Dès le début du film, les plans sur le ciel suggèrent la présence du destin et de la fatalité contre laquelle personne ne peut lutter. Ainsi, juste avant que les adolescents meurtriers ne décident de passer à l'action, Gus Van Sant ne manque pas de montrer le ciel s'obscurcir; signe que le mal est en route. Enfin, Alex met en garde John et lui dot de ne pas revenir au lycée. Pourquoi Alex prévient-il John ? John est prévenu alors qu'il sort du lycée. Les circonstances font que John ne devait pas être présent au moment du massacre. En prévenant John, Alex scelle son destin et celui de ceux qui vont mourir. Gus Van Sant va plus loin en montrant John paniqué et tentant d'avertir les personnes s'apprêtant à rentrer dans l'établissement. Personne ne l'écoute, personne ne s'interroge. Le destin en avait décidé ainsi. Lorsque Alex et Eric, les meurtriers, envisagent leurs morts respectives. Ils parlent d'eux mêmes comme s'ils étaient des instruments du destin "Alors c'est aujourd'hui qu'on va mourir ?".La construction éclatée du film renforce cette impression que tout est déjà joué d'avance.

Elephant

Pourquoi ?

Qu'est ce qui peut bien pousser deux adolescents à faire un massacre dans leur établissement scolaire ? La force de Elephant est de ne pas privilégier aucune piste. Gus Van Sant prend le temps de proposer quelques pistes de réflexions mais ne prend pas parti. Les parents sont-ils trop absents et les enfants trop livrés à eux-mêmes dans un monde qui devient fou ? Le télévision et les jeux vidéos insensibilisent-ils la jeunesse en les confrontant trop souvent à la violence ? Les établissements scolaires correspondent-ils vraiment aux adolescents ? Sont-ils vraiment des lieux de vie ?

Une seule chose est sûre : il est trop facile d'acquérir une arme à feu aux Etats-Unis.

Une scène suggère que le mal est plus profond. En effet, Alex tire sur son complice et le touche mortellement. Est-il possible que le mal habite certaines personnes ? Comme on peut le constater, Alex et Eric ne sont pas pris d'une folie meurtrière. Ils ont savamment calculé leur plan d'attaque et vont jusqu'à traquer des élèves cachés pour les tuer.

Le film propose un éventail d'explications possibles mais aucune ne semble correspondre à Alex et Eric. Alex est rejeté par ses camarades, tout comme Michelle qui sera par ailleurs la première victime de la tuerie. John doit affronter une situation familiale compliquée.

La scène montrant Alex et Eric regarder un reportage sur le nazisme montre clairement que les adolescents ne sont pas animés par quelconque idéologie. Ce qui émane de ces deux adolescents c'est leur nihilisme. Sans porter une accusation directe à son encontre, le monde des adultes est clairement pointé du doigt. Ainsi, les foyers d'Alex et d'Eric sont désertés par les adultes. Au début du film, l'on voit John, qui ne deviendra pas pour autant un meurtrier, conduire à la place de son père ivre.

La seule motivation que l'on peut trouver à Alex et à Eric c'est leur envie de montrer leur totale liberté.

Elephant

Le lycée américain

Des cuisines au gymnase en passant par la bibliothèque, Gus Van Sant filme le moindre recoin du lycée et insiste sur son fonctionnement bien particulier. Dans le film, les adolescents pratiquent diverses activités : le sport, la photographie, et discutent de sujets qui les préoccupent comme la sexualité. Bref, le réalisateur passe en revue tous les moyens mis en place pour que les élèves s'épanouissent. Est-ce vraiment efficace ?

Le symbole de l'éléphant

Le titre Elephant a été choisi d'après un téléfilm d'Alan Clarke, s'intéressant à la violence du conflit nord-irlandais.

Aux Etats-Unis, l'éléphant est la mascotte du parti républicain, ce qui implique donc un symbolisme politique.

Enfin, l'éléphant est une parabole utilisée pour dire que l'on n'a pas une vision globale des choses. Gus Van Sant met en scène cette parabole en fragmentant son récit.

Elephant

Les apparences

Le débat sur l'homosexualité tourne essentiellement autour de l'apparence. Avec ce débat, Gus Van Sant introduit le thème de l'apparence, qui semble indissociable du monde des adolescents.

Le film commence sur John, cet adolescent dont le père a des problèmes avec l'alcool. L'on peut alors penser que c'est lui qui sera le tueur.

L'un des tueurs Alex est un garçon cultivé, capable de jouer la Sonate au clair de lune de Beethoven, et de citer Macbeth de Shakespeare "Je n'ai jamais vu de jour si immonde et si beau". L'on peut établir un parallèle entre Alex et un autre Alex célèbre. Il s'agit du personnage principal d'Orange mécanique, qui aime la violence et Beethoven.

Elephant

Conclusion

Palme d'or 2003, Elephant est inspiré de la tuerie de Columbine (18 Avril 1999). Un an avant, Michael Moore s'était lui aussi inspiré du massacre pour réaliser Bowling for Columbine. Elephant est un film marquant qu'il est essentiel d'avoir vu au moins une fois. Pourquoi ? Tout d'abord, la mise en scène de Gus Van Sant est impeccable. Les plans-séquences sont à la fois porteurs de sens et d'une esthétique magnifique. De plus, le réalisateur n'opte pour aucun parti pris, ce qui permet d'accentuer la violence du film. Personne ne peut en sortir indemne.

Erin

 
 
 

Photos du film :