Réalisé par : Buddy Giovinazzo
Avec : Tim Roth, James Russo, Deborah Kara Unger
Sur un scénario de : Buddy Giovinazzo avec une musique de : Robin Ford
Genre : Comédie dramatique
Film Américain réalisé en 1996

 

 

Synopsis du film :
Apres six années passées en prison, Joey Larabito retourne dans la maison de ses parents. Tout a changé et sa mère est morte. Son frère ainé, Tommy, s'est installé dans la maison familiale. S'il l'accepte avec joie, ce n'est pas le cas de sa femme, Lorrain, qui n'a pas envie d'héberger un criminel.

 
 

Analyse de film :

Critique :

Présenté en hors compétition au festival de Deauville, No Way Home est un film pas très connu du public. Ni culte, encore moins un chef d'oeuvre, le film a cependant un petit truc qui m'a permis de bien accrocher. Certains lui reprocheront la lenteur du film. Pour ma part, je trouve que c'est peut-être une des qualités du flm : Joey (Tim Roth, très attachant et qui nous livre une bonne performance) a eu, quelques années auparavant, pendant son enfance, un accident qui l'a rendu "lent". Il sort de prison, désorienté, ne reconnait pas vraiment la maison de ses parents. Il n'a plus d'amis, plus de repères. Ses journées son longues et lentes. La relation entre les deux frères est complexe et on le voit grâce au point de vue de Lorain. Joey a passé six ans en prison mais ce n'est pas un mauvais type. Il est genti, poli, serviable, recherche du travail légalement. Il est pudique, timide et discret. Il est juste un peu perdu et il apprend que la femme qu'il aimait s'est mariée et a eu un enfant. Tommy, lui, est l'opposé de Joey (même physiquement) : il n'a pas fait de prison mais est irrespectueux, infidèle,impoli, dealeur, manipulateur et menteur. C'est Tommy qui aurait dû aller en prison. Joey n'a rien fait. Tommy ne réalise pas vraiment ce que son jeune frère a enduré : viol, humiliation, coups, insultes pendant six ans. On remet en question les relations entre frères mais aussi la prison et la justice.
Joey a un peu du mal à enlever ses habitudes. Dans sa tête, il est un peu resté un taulard.
Avant qu'on découvre officiellement la vérité, grâce aux comportements de Tommy et Joey, on sait ce qui s'est passé. A la fin, Tommy culpabilise et en paie le prix.

Il y  a également une présence maternelle. On ne voit jamais la mère de Tommy et Joey mais on sait que les dernières années de sa vie lui ont été difficiles. Est-elle morte de chagrin ? On ne sait pas trop mais on peut le supposer. D'après Lorrain, la mère aimait beaucoup Joey et pensait qu'il était innocent. Au début, on se dit que cette femme a dit cela car c'est une mère et c'est difficile de voir que son fils est un criminel. Etait-ce de l'instinct maternel ? Le plus terrible, c'est qu'elle est morte sans la présence de Joey. Il n'a pas pu avoir l'autorisation de sortie pour aller à son enterrement.

Les acteurs sont justes, la mise en scène est bonne, le scénario pas forcément original mais reste correct. Il y a du suspens. Pas contre pas vraiment d'émotion.

No Way Home reste un bon film mais ne reste gravé dans nos mémoires... Dommage.

No way home

Tina

 
 
 

Photos du film :