Réalisé par : Abbas Kiarostami
Avec : Juliette Binoche, William Shimell
Sur un scénario de : Abbas Kiarostami avec une musique de :
Genre : Drame
Film Franco-Italien réalisé en 2010

 

 

Synopsis du film :
James, un écrivain quinquagénaire anglo-saxon, donne en Italie, à l'occasion de la sortie de son dernier livre, une conférence ayant pour thème les relations étroites entre l'original et la copie dans l'art. Il rencontre une jeune femme d'origine française, galeriste. Ils partent ensemble pour quelques heures à San Gimignano, petit village près de Florence. Comment distinguer l'original de la copie, la réalité de la fiction ?

 
 

Analyse de film :

Critique analytique :

Réalité et fiction

Copie Conforme

Plusieurs interprétations sont possibles.

Dans la première partie du film, l'on a vraiment l'impression que la femme et James ne se connaissent pas. La femme prend la peine d'épeler le nom de sa soeur Marie à James pour qu'il dédicace son livre. James ne réagit pas lorsque la femme parle avec son fils au téléphone. De plus, Julien, le fils en question, voit James lors de la conférence et il ne réagit pas comme si cet homme était son père.

Le film prend un autre tourment après la scène du café. James raconte l'évènement ce qui lui a inspiré son livre. Lors de son récit, l'on reconnaît la femme et son fils. La femme elle-même se sent concernée puisqu'une larme coule sur sa joue. Plus tard, des anecdotes telles que la barbe que James se rase un jour sur deux, nous amènent à dire que cet homme et cette femme ont formé un couple. Pourtant, tous les couples du monde partagent des souvenirs communs.

La thèse la plus probable est qu'après avoir été pris pour un vrai couple au café, James et la femme jouent à ce jeu. Passant du lieu où les jeunes couples viennent se marier et se promettre fidélité sur l'arbre aux feuilles d'or, à l'hôtel où l'on peut passer sa nuit de noces, en passant par la crise du couple, ils vont en l'espace d'une journée, (re)vivre 15 ans de mariage.

Cette impression que les protagonistes ne se connaissent pas vraiment peut très bien coexister avec le fait que James et la femme forment un vrai couple, qui au fil des absences et des années, a fini par ne plus se connaître. Ensemble, ils sont pourtant devenus des étrangers l'un pour l'autre.

Une femme, un homme

Dans Copie conforme, les personnages alternent les langues : le français, l'anglais et l'italien. Dans un sens, l'alternance des langues traduit le manque éprouvé par la femme. Jonglant entre sa langue maternelle (le français), sa langue d'adoption (l'italien) et sa langue de communication (l'anglais), elle est à la fois partout et ailleurs.

Le personnage de la femme interprété par Juliette Binoche n'a pas de nom, ce qui permet à toutes les spectatrices de s'identifier à cette femme en pleine crise existentielle. Et pourtant, quelle femme ne s'est jamais demandée si son homme l'aimait encore ? Qui ne s'est jamais interrogé sur la manière dont les choses changent ?

Lors de leur petit voyage, la femme tient à ce que James voit une statue d'un homme et d'une femme enlacés. Touchée par la sculpture, elle est très affectée par le fait que son mari ne le soit pas. Elle se sent comme cette femme sculptée, la tête posée sur l'épaule de celui qu'elle aime. L'on comprend alors qu'elle a besoin d'être rassurée. Au final, elle n'attend désespérément qu'un geste d'affection, une preuve d'amour de la part de son mari qui s'y refuse. James considère que tout est acquis et qu'il n'a plus rien à prouver à sa femme. Même si Kiarostami montre les deux points de vue, l'on a l'impression qu'il est du côté de la femme. Ainsi, c'est elle qui est filmée seule face au miroir, se faisant belle. C'est face à elle que la caméra se retrouve pendant les repas. Et enfin, c'est elle qui organise ce petit voyage. Notons aussi que la femme obtient finalement ce qu'elle veut, puisqu'elle parvient à poser sa tête sur l'épaule de James.

Copie Conforme

Copies

Quelle est la valeur d'une copie par rapport à l'original ? La copie peut-elle égaler l'œuvre originale ? C'est l'hypothèse envisagée grâce au tableau de la Muse Polimnia, une copie qui a été prise pour une œuvre originale. La première partie du film est marquée par ce type de discussion. La théorie de James consiste à dire que "Une bonne copie vaut mieux que l'original". La femme n'est pas totalement d'accord avec cette thèse.

Lors de la deuxième partie du film, l'on a l'impression que la théorie laisse enfin la place à la pratique. En jouant au couple, ils ne font que copier l'image du couple. A la fin de la journée, alors que James s'apprête à partir, les cloches retentissent et l'on ne voit personne quitter l'hôtel. James est resté. L'on peut supposer qu'une (nouvelle) histoire peut commencer, histoire qui cette fois ne sera pas une copie.

Copie Conforme

Conclusion :

Copie conforme est un film troublant dans lequel on ne peut être sûr de rien, ce qui en matière d'amour est assez effrayant dans un sens. La beauté des paysages toscans, la véracité des dialogues, la réalité avec laquelle est retranscrite la vie de couple sont autant de points forts de ce film lumineux. L'on regrettera tout de même que tout cela soit parfois un peu confus. Juliette Binoche, récompensée à Cannes pour son rôle, est touchante de vérité.

Erin

 
 
 

Photos du film :